Cultures et recherche : vers un moment post-numérique ?

En guise d’introduction par Serge Wolikow, coordinateur du consortium

Ce texte répond à l’appel que nous avons lancé en décembre 2014 pour que reprenne  la réflexion et les échanges  entre  les chercheurs  à partir de leurs expériences respectives. Dans cette contribution est présentée l’ambition d’un projet  à la fois documentaire  et scientifique autour de la  constitution sous forme numérique  des collections de disques des  immigrés dans l’Est de la France – dans les  années  60-90.  Les possibilités offertes par le numérique  pour étudier et constituer ces collections sont soulignées par les auteurs pour autant ils insistent sur les limites   eut égard à la collecte des sources mais aussi à leur usage. Le terme  de post numérique dans ce cas  mérite  attention car il leur sert de cadre  pour penser les usages  paradoxaux des outils numériques  commerciaux ou grands publics  pour envisager de reconstituer des collections lacunaires …

Quoi qu’il en soit   nul doute que cette contribution saura en  encourager d’autres … 

 Cultures et recherche : vers un moment post-numérique ?

Par Paihce-logonagiota Aganostou (Docteure sciences politiques et Didier Francfort (prof. hist. Contemporaine)

Il peut sembler audacieux d’envisager un temps post-numérique alors que la numérisation des sources classiques et la collecte des documents nativement numériques ou obtenus par numérisation est loin d’être achevée. Ce billet est avant tout destiné à participer au débat et à la réflexion collective que le Consortium Archives des Mondes Contemporains a très opportunément ouverts.

Disons-le clairement, nous ne souhaitons pas nous arc-bouter dans une posture passéiste nostalgique de l’âge analogique. Nous ne souhaitons pas plus exprimer, même s’il existe souvent dans notre vie quotidienne de chercheur, notre enthousiasme de néophyte découvrant que la révolution technique numérique permet d’accéder à des sources et des méthodes jusqu’alors inaccessibles. Nous souhaitons exposer la situation de petits groupes de recherche et laboratoires, disposant de ressources budgétaires limitées face aux défis du passage au numérique. Il semble bien que nous partagions avec les institutions pleinement engagées dans les humanités numériques  de nombreux objectifs.

Une position

 Plat de Couv PrésenceLisant l’ouvrage collectif récent dirigé par Olivier Le Deuff, Le temps des humanités digitales. La mutation des sciences humaines et sociales (FYP, décembre 2014), nous pouvons sans difficulté trouver des convergences avec nos idées et nos pratiques de recherche. Nous n’avions pas pensé à l’appellation d’API (Application Programm Interface), évoqué par Olivier Le Deuff (p.170) mais nous avons cherché, empiriquement et naïvement, à utiliser des formes d’exposition, de valorisation de la recherche différentes du livre ou de l’article (mais il faut le reconnaître échappant souvent aux résultats pris en compte dans les évaluations, qu’une partie de notre équipe avait en son temps remis en cause à titre personnel http://firgoa.usc.es/drupal/node/45427). Dès que nous le pouvons, sans renoncer à publier des articles « classiques » ou des ouvrages personnels ou collectifs, nous essayons de publier en intégrant à notre recherche un matériau sonore et visuel, sans but commercial, évidemment.  L’expression institutionnelle de l’Institut d’Histoire Culturelle Européenne Bronisław Geremek du Château des Lumières de Lunéville (et notre page Facebook) reflète cette volonté de diversifier les supports pour mieux partager les résultats et souvent, en amont des résultats, des découvertes ou des intuitions… ihce-logoTravaillant sur les questions de construction des identités culturelles, de définitions et de multiplicité des sentiments d’appartenance, en grande partie à partir de sources musicales et visuelles, nous avons le sentiment d’avoir le devoir, comme intellectuels, d’intervenir  à notre façon non strictement partisane dans les grands débats de société. Mais notre intervention privilégie le contact humain local et les pratiques culturelles partagées dont nous essayons de tirer des réflexions remettant en cause les fausses évidences essentialistes qui nourrissent les discours identitaires.

De la même façon, nous trouvons bien des points de convergence avec la démarche exposée par Olivier Le Deuff dans l’idée d’ « humanités populaires » (p.166) « Pourquoi [ne] laisser les humanités numériques qu’aux seuls territoires de la recherche ? » (p.167). L’idée de sciences humaines participatives, de sciences « citoyennes » peut ainsi trouver des applications dans l’usage du numérique qui facilite les échanges et les interactions entre les chercheurs et la société dans laquelle ils s’insèrent. En sciences humaines et sociales, le caractère expérimental d’une démarche peut s’appuyer sur le comparatisme. Il peut aussi, en particulier en histoire culturelle et dans les recherches de sciences politiques sur les usages collectifs des musiques, s’appuyer sur des allers-retours avec les « publics ».  Le numérique facilite les choses mais les démarches « présentielles » ne nous ont jamais semblé superflues. Quand des petits-enfants de migrants peuvent reprendre en chœur la Bella Ciao, quand les auditeurs tapent du pied en écoutant une marche militaire, ils apportent une confirmation de caractère scientifique à l’idée d’une efficacité sociale de certaines musiques ou à l’idée de leur inscription dans les mémoires. L’expérimentation de cet ordre, la recherche de sources sonores et visuelles sont largement facilitées par le numérique mais il est aussi important de ne pas renoncer à l’inscription dans un environnement social vivant, avec une confrontation à des publics-acteurs de milieux et de générations différents. Nous avons la certitude d’être au cœur de notre mission de chercheur en sciences humaines et sociales en n’hésitant pas à être présents lors d’une soirée de retree1-dsaillardaités de la MGEN, face à des scolaires, dans de l’accueil touristique dans des sites patrimoniaux, en animant, par exemple, grâce à Denis Saillard, des ateliers gastronomiques, en travaillant avec des musiciens amateurs ou professionnels.

On l’aura compris : nous nous préparons à utiliser toutes les possibilités du numérique qui se présenteront à nous sans pour autant renoncer au travail de terrain et d’expérimentation dans la société. Il est temps de passer à une réflexion plus précise tirée d’une expérience de terrain et d’un projet de recherche que nous sommes heureux de pouvoir associer à l’axe du consortium dédié aux migrations.

Un projet

 Nous sommes un petit groupe de chercheurs issus de plusieurs champs disciplinaires (histoire culturelle, anthropologie, sciences politiques, musicologie, ethnomusicologie…) qui s’intéressent aux phénomènes sociaux liés aux pratiques musicales, rassemblés autour du cadre (relativement jeune) de l’IHCE. Notre projet est de travailler sur les collections de disques, entièrement ou en partie, conservées par des personnes ayant un lien avec l’histoire de l’immigration, dans une démarche comparative dans plusieurs pays européens ou extra-européens. Nous avons d’abord pensé à une démarche d’urgence liée au destin des supports obsolètes et périmés comme les K7 audio et les vinyles. L’idée était de procéder en numérisant les contenus et les catalogues (à reconstituer) des collections privées de disques et de K7 avant qu’elles ne soient dispersées ou détruites. Les effets d’un retour de la mode de vinyles sont tout autant désastreux pour la recherche que l’oubli. Une logique marchande s’impose. Ce sont des détecteurs de métaux précieux qui écument les collections et repèrent les pépites les plus rentables, rendant impossible à identifier la logique de la collection. Or c’est bien cette logique qui nous a semblé nécessaire. Les inventaires après décès des bibliothèques ont permis de connaître la culture livresque des bourgeois de l’époque moderne, il est temps de connaître le goût musical du XXe siècle à partir des discothèques. Alors pourquoi ne pas  numériser leur contenu en même temps que l’on les catalogue de façon systématique et que l’on numérise les pochettes ?Logo Disque Exil_bonne def_SA Il peut s’agir d’un préalable à de véritables possibilités de comparaison avec d’autres terrains plus ou moins voisins. L’idée de numériser le contenu des discothèques était aussi perçue à l’origine comme un moyen pour resserrer les liens que l’Institut et les chercheurs qui y sont associés cherchent à nouer avec la société locale et régionale (de façon concentrique dans le Lunévillois, la Meurthe-et-Moselle, la Lorraine et la Grande Région transfrontalière), par le truchement de structures associatives. Les ayants-droit des discothèques repartiraient avec une belle masse de fichiers mp3 correspondant au contenu de leur discothèque et une partie infime serait mise en ligne, le reste étant accessible uniquement aux chercheurs étant prêts à venir travailler sur place, pour renforcer l’attractivité du site patrimonial qui nous a associés. La présence du CNAM et les formes de transversalités favorisées par le Conseil Général propriétaire du Château doivent réduire les difficultés techniques de la numérisation. Le travail a donc commencé avec une collection « pilote » destinée à repérer les difficultés dans les différentes phases du travail envisagé. La première est l’énormité des stocks de données et de métadonnées. Nous avons donc opté, dans un premier temps, pour une restriction des échantillons en choisissant de privilégier les collections de disques forgées ou conservées par des personnes qui ont un lien avec l’histoire des migrations. Le seul critère distinctif est la conscience explicite de ce lien, sans que l’on ait à distinguer des migrants, des enfants ou petits-enfants de migrants. La deuxième difficulté tient aux critères de classements musicaux. Là encore, les identifications assumées l’emportent sur les identités assignées.

Ce travail de repérage des enjeux et des difficultés de la recherche liée à la numérisation des disques et cassettes s’avance à un rythme déterminé par les moyens humains qui peuvent y être consacrés. Le projet rencontre un large mouvement de sympathie chez les bénévoles qui accompagnent la vie de l’Institut qui est à la fois un centre de recherche et une université populaire active. Un cas intéressant a contribué à réorienter notre démarche de recherche et de numérisation. Dans une collection d’un petit-fils de juifs exilés de Pologne après la Première Guerre mondiale de tradition éclectique et jazzophile, on trouve un disque de jazz grec daté de 1979. Les liens de la gauche française avec les opposants à la dictature des colonels (qui avait duré jusqu’en 1974) avait longtemps privilégié la présence de disques de Mikis Theodorakis. Les liens entre la composition des collections de disque et l’histoire des migrations se posent ainsi d’une autre manière lorsque l’on parle de la présence dans le paysage musical d’artistes exilés. Le disque en question est un objet singulier enregistré à Thessalonique par un pianiste de dix-huit ans devenu célèbre, Sakis Papadimitriou. On est dans un positionnement esthétique radicalement libre, la pochette est abstraite, l’improvisation sans limite ni contrainte. Une notice bilingue (en grec et en anglais) précise que la copie du contenu du disque est entièrement libre. La musique peut être reproduite, copiée, utilisée dans des films, des émissions de radio sans aucune limitation. Les auteurs du disque précisent même que l’entière liberté de reproduction et d’utilisation de ce disque est proclamée pour toute reproduction par les moyens actuels ou des moyens à venir quels qu’ils soient. Les musiciens n’avaient certes pas prévu le mp3 mais, un peu comme dans les débats sur le primat des forces productives ou des rapports de production, la production et les pratiques culturelles peuvent, au moins dans les proclamations sur l’usage social de l’art, anticiper sur les conditions techniques. Ce disque se réclame avant tout de  l’improvisation (« Αυτοσχεδιάζοντας Στου Μπαράκου », avec Floros Floridis). C’est peu de dire que nous étions heureux d’avoir avec nous le bon droit pour envisager la numérisation d’une  source originale, d’un disque qui, d’ailleurs, avait déjà été édité en CD et, depuis, est, au moins partiellement, accessible en ligne.

Paradoxe de voir que le travail de numérisation comme la chasse au trésor dans les sites archéologiques, a commencé de façon sauvage, désordonnée, peu soucieuse d’éthique et de rigueur scientifique. Notre recherche ne s’inscrit pas dans un terrain social vierge où la numérisation maîtrisée marche au même pas que la recherche qui l’utilise comme source. S’il faut attendre d’avoir les moyens financiers et techniques d’un véritable traitement systématique d’accumulation et de classement de sources sonores numérisées pour entreprendre leur interprétation, nous risquons de passer à côté de documents non classés qui font une furtive apparition sur internet et qui montrent des formes originales d’appropriation de musiques. Or, nous cherchons à insister (au moins) autant sur les pratiques que sur les représentations, en plaçant bien l’appropriation active (liée bien sûr aux modes de diffusion) au cœur des processus créatifs. Nous ne pouvons donc pas attendre d’avoir les moyens de nous assurer un corpus « légitime » pour commencer à réfléchir aux questions de classification de genres musicaux, de modalités de constructions individuelles de cultures complexes s’identifiant de façon contradictoire à des modèles différents (la nostalgie du pays perdu, la volonté de s’intégrer, la référence aux modèles politiques, à la modernité internationale…).

Nous voici donc condamnés à être des flibustiers du mp3, guettant sur YouTube les dernières acquisitions d’un collectionneur de 78 tours, ou les reprises de vieux succès par des amateurs chevrotant. D’ailleurs, plus que de redoutables pirates, nos partenaires cherchant à sauver leur mémoire ressemblent plus à des naufragés de l’ère de la reproduction analogique de la musique sauvant les meubles de la mémoire par ordre de priorité, dans des cadres pas toujours stables ni sûrs d’être pérennisés. Plus que des corsaires pillant les entrepôts des trésors convoités de l’histoire de la musique, nous héritons sur notre frêle embarcation de témoignages sonores dont la valeur n’a rien de marchand, un peu comme la chèvre Matołek dans un dessin animé polonais écoutant un vieux tango sur une île déserte.

La question n’est pas seulement de sauver le contenu des disques mais de savoir quel disque on prendrait sur l’île déserte. Dans le cas de l’histoire culturelle de l’immigration, c’est précisément l’ordre du sauvetage, la reprise des trésors de la musique des migrants de première génération qui nous renseigne sur la coexistence dans chaque individu de références complexes et nombreuses qui rendent impossible l’idée d’une évolution linéaire d’une culture d’émigration à une culture du pays d’accueil. On se rend compte que des familles d’origine italienne écoutent les Chœurs de l’Armée Rouge (ou ont le disque avec, en pochette, l’accordéoniste-danseur qui bondit), que l’on a aussi pas mal de musiques américaines dans des milieux qui n’ont pas d’expérience des migrations transatlantiques.

Numériser des objets culturels ?

Les sources musicales ne sont pas isolées : l’esthétique des pochettes de disques, les modes vestimentaires de générations sont des marqueurs culturels forts, significatifs de la construction identitaire complexe des individus. L’histoire des phénomènes multiculturels diffère selon que l’on privilégie des sources visuelles et musicales ou des sources écrites. Les ateliers d’été de l’Institut d’histoire culturelle européenne en juillet 2014 ont mis en évidence cette coexistence d’une nostalgie du multiculturel et des logiques qui conduisent à l’enfermement identitaire: http://www.ihce.eu/UserFiles/File/vous-avez-dit-multiculturel-ateliers-dete-2014-hypotheses-et-projets.pdf

Réfléchir à une dimension post-numérique de la recherche ne signifie pas nier l’importance et la nécessité de la phase de numérisation. Dans la mesure où des moyens spécifiques, en particulier en termes d’emploi, sont investis dans cette phase, elle peut être menée selon les règles éthiques, juridiques et techniques les plus strictes. Les chercheurs qui interviennent en aval en classant, en interprétant, en rapprochant des sources numérisées ne peuvent pas ne pas prendre en compte des sources qui existent, sont facilement accessibles, sous prétexte que le stockage ne s’est pas fait scientifiquement. Nous pouvons partir du principe que, pour le moment, alors que nous mettons en œuvre des programmes spécifiques de recherche, avec des demandes de moyens humains et matériels dédiés à la numérisation, nous ne pouvons pas faire abstraction du contenu de certains disques qui parlent, à leur façon, de l’histoire de l’immigration. Qui sait encore chanter ou parler la langue utilisée dans tel disque ? Qui sait danser cette musique ? Qui se souvient de l’origine de ce disque ?  Le moment de la numérisation des collections de disques liées à l’histoire de l’immigration n’isole pas la question des cultures migrantes des cultures et des goûts généraux des individus. La phase de numérisation peut être un échange de service avec le témoin à qui l’on donne accès à son histoire (et à ses trésors rares) au moment où l’on sollicite ses souvenirs. Elle n’est ni le but, ni le seul moyen de la recherche. Le contenu de certains disques déjà numérisés peut être dès à présent une source à part entière. A contrario, il est des chants difficiles à retrouver sur internet, de façon significative. Le petit 45 tours édité dans les années 1960 avec Le chant des mineurs est encore présent dans bien des foyers de familles ayant une histoire migrante. Il n’est pas évident de l’entendre sur Internet… Il faudra sans doute le numériser. Une démarche d’histoire culturelle participative a permis de mesurer lors de conférences à Tucquegnieux ou à Moyeuvre-Grande, dans les vallées minières de l’Orne ou de la Fentsch, qu’il n’est pas oublié :

« C’étaitarton2609 hier le meeting des mineurs/ Rassemblement de tous ces braves gens/                Ils sont venus de toute la Lorraine /                        Pour protester contre les licenciements »

source images : http://www.larevuedesressources.org/IMG/arton2609.jpg

Mais à côté de ces manques évidents de titres et de contenus sonores significatifs des cultures populaires militantes, il existe des documents qui mettent en évidence la façon dont la mémoire de l’immigration s’est appropriée ou réappropriée des pratiques musicales et sonores qui ne sont pas nécessairement son expression directe, qui ne sont pas issues du terrain de l’étude mais qui peuvent par moment fonctionner comme un signe fort d’identification. La réflexion sur l’histoire du goût musical des familles migrantes n’exclut aucune piste. Le travail de terrain réintégrera largement d’autres déterminations sociales. Il importe de ne pas isoler une seule forme d’identification mais, au contraire, de voir comment elles s’articulent chez un individu particulier ou dans un groupe social, en insistant sur la dimension locale.

Nous pouvons ici simplement faire écho à l’observation de chansons, de musiques, de documents sonores liés à l’histoire de l’immigration qui provoquent dans le public des réactions de reconnaissance, de surprise, de sentiment d’appartenance ou de distance critique qui enrichissent la recherche, conçue ici comme une recherche où l’individu n’est pas un cobaye mais une personne associée à la compréhension et à la construction de son histoire. C’est peut-être dans ces moments surprenants de restitution de recherche que l’histoire culturelle ou les sciences politiques s’intéressant à la musique trouvent leur véritable dimension expérimentale, faisant que l’on ne peut pas opposer recherche et valorisation, recherche fondamentale et recherche appliquée.

Voici quelques exemples qui, dans des « publics » différents ou des groupes de témoins et d’informateurs différents, selon les terrains, ne manquent pas de provoquer des évocations de souvenirs et pour lesquels le matériau de base est déjà numérisé. Citons, pour le moment dans le désordre quelques-unes de ces découvertes qui font parler et chanter les témoins :

–          Yves Montand, Nino Ferrer, Serge Reggiani chantant en italien.

–          Adamo ou Dario Moreno chantant en turc (pour des raisons différentes)

–          Serge Gainsbourg ou Marina Vlady et sa sœur Odile Versois chantant en russe

 La liste sera longue et cette réflexion provisoire ne se propose pas de l’épuiser mais d’attirer l’attention de la communauté scientifique sur le fait que les petites équipes de recherche doivent, dans le tournant numérique, partir d’une approche scientifique « participative » des cultures et des pratiques d’appropriation créatives musicales, à partir d’un flux numérique existant qu’elles ne maîtrisent pas mais qui les nourrissent et dans lequel elles interviennent, avant de pouvoir constituer leur propre stock de matériaux et de sources. Il paraît que Schoenberg disait que sa musique n’était pas moderne mais mal jouée. Nous pourrions dire que nous sommes condamnés, avec les moyens dont nous disposons, à nous préparer, en essayant de l’humaniser, à l’ère post-numérique, où les pratiques culturelles vivantes et participatives seront autant des sources que les pratiques stockées sur des supports fixes.


Vous aimerez aussi...

11 réponses

  1. Moysan dit :

    Passionnant. Enfin de l’air et du mouvement… A soutenir !

  2. E Tenenbaum dit :

    Je ne suis pas du tout spécialiste mais je trouve la démarche originale et créative. Je lui souhaite longue vie!

  3. Cécile Vaissié dit :

    Merci pour ce texte et pour ce travail qui, une fois de plus, fait preuve d’une grande créativité et me donne des idées: il y aurait beaucoup à faire aussi sur le « cas russe » ! J’avoue n’y avoir jamais réfléchi auparavant, mais votre texte m’a permis de saisir certains enjeux et possibilités ! Merci encore ! J’y réfléchis et j’espère que nous pourrons en reparler, à Lunéville ou ailleurs !

  4. Laure Guilbert dit :

    Merci pour ce beau texte qui témoigne d’une approche novatrice de la recherche en histoire socioculturelle en questionnant la complexité du phénomène migratoire à partir de corpus aussi inédits et qu’essentiels. Un chantier stimulant pour la communauté des chercheurs.

  5. Cohen Evelyne dit :

    Il me semble que les propositions contenues dans ce billet vont dans la direction « partagée » aujourd’hui par tous ceux qui s’intéressent aux ressources patrimoniales, à leur numérisation et à l’interopérabilité des systèmes afin de mettre ce type de documents à la disposition « raisonnée » du plus grand nombre. Oui, il faut réfléchir au devenir de l’archive sur You tube mais personne ne peut dire que ce n’est pas une voie de connaissance. Rappelons nous aussi des réticences que nous avions vis à vis de Wikipedia…Et pourtant …
    Je ne comprends pas bien le « chapô » qui précède ce billet qui semble un peu en contradiction avec le texte lui même…

  6. Bejot Virginie dit :

    En tant que chercheuse indépendante et organisatrice d’événements culturels, je trouve ce projet de recherche sur le post-numérique très intéressant, d ailleurs pour y participer moi meme… Par contre, je n’ai pas bien compris l introduction, notamment, lorsque son auteur parle des « usages paradoxaux des outils numériques commerciaux ou grands publics ». Peut-on me l’expliquer? Merci.

  7. Billet très appréciable, même si je ne suis pas sûr d’avoir compris ce que Serge Wolikow entend par « Le terme de post numérique dans ce cas mérite attention car il leur sert de cadre pour penser les usages paradoxaux des outils numériques commerciaux ou grands publics pour envisager de reconstituer des collections lacunaires … ». Il ne me semblait pas que « post-numérique » s’appliquait particulièrement aux outils numériques commerciaux, mais plutôt à l’ensemble de ce qui est fait en dehors du cadre numérique et la relation, au-delà du numérique, entre chercheurs et grand public.

    • Guenot dit :

      Je suis d’accord avec votre remarque. Etant bénévole à l’IHCE dont le directeur est Didier Francfort, je peux affirmer que les rencontres sont très appréciées. Chaque mercredi nous rencontrons des chercheurs, qui ne font rien de commercial, mais qui étant très cultivés savent se mettre à notre portée pour nous faire comprendre la complexité de l’histoire culturelle. En utilisant des supports « populaires » pour mieux nous parler et surtout en ne se gargarisant pas d’un vocabulaire ésotérique renforcé par des formes grammaticales pompeuses du style: « eut égard… » je ne répète pas la phrase qui a peu de sens pour moi. Le public « populaire » apprécie de rencontrer des personnes qui les respectent en partageant l’accès à la culture.

    • Cette première réflexion publiée en réaction à l’appel du responsable du consortium porte sur l’usage du numérique dans le projet de l’Institut d’histoire culturelle européenne. L’objectif de l’IHCE ne se limite pas à la création d’une collection sous forme numérique. Dans le texte ci-dessus, il s’agit de penser la nécessité d’utiliser le numérique, accessible dans le grand flux de ce qui passe sur Internet. De considérer les documents récoltés au même titre que ceux qui sont archivés. Quant aux éléments du projet de l’IHCE il y a, entre autres, la réflexion sur le classement des genres musicaux, l’étude des liens entre les aspects visuels et sonores de la culture des familles et des individus dont l’histoire personnelle ou transmise est liée au fait migratoire. Le travail de l’IHCE ne s’arrête pas à la question de constitution, de classement du corpus. Son équipe se consacre à la question de la signification sociale et de l’approche historique des phénomènes observés.

  1. 08/02/2015

    […] des professionnels de l'information dans ce type de projets et d'expériences. A lire également, ce billet qui évoque certaines pistes de réflexions et qui fait écho à certains aspects que nous avons […]

  2. 05/06/2015

    […] de l’information dans ce type de projets et d’expériences. A lire également, ce billet qui évoque certaines pistes de réflexions et qui fait écho à certains aspects que nous avons […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *