Fonds des archives industrielles des Établissements Vairet-Baudot

« La briqueterie Vairet-Baudot est une ancienne usine de production céramique installée au cœur de ce qu’on appelait au début du XXe siècle la « Vallée de la céramique ». Les premiers bâtiments sont édifiés en 1893, les plus récents en 1920. L’entreprise, créée par Jean-Baptiste Baudot, puis dirigée à partir de 1896 par son gendre Ernest Vairet, s’est spécialisée dans la fabrication de briques de pavage et de produits anti-acides destinés à l’industrie chimique. L’usine connaît son apogée durant la Première Guerre mondiale, employant alors une centaine d’ouvriers, et ferme ses portes en 1967, date à partir de laquelle l’usine est abandonnée au vandalisme, à la rouille et à la végétation  » [Source : http://www.ecomusee-creusot-montceau.fr/spip.php?rubrique63]

En 1995, lÉcomusée du Creusot-Montceau devient propriétaire de ce qui est devenue une épaisse friche industrielle. Il lance ensuite un chantier de restauration. 

Un fonds d’archives industrielles classé et en partie numérisé.

Le fonds Vairet-Baudot a été récupéré par l’ Écomusée du Creusot-Montceau en 1995. Il s’agit d’un don de la famille Piot, les descendants d’Ernest Vairet et d’Antoinette Vairet, née Baudot.

En février 2012, débute le traitement archivistique du fonds. Les archives ont été triées puis ont commencé à être classées au sein de l’Écomusée. Au cours de l’année 2013, le travail de classement des archives a repris. L’instrument de recherche a été encodé en DTD EAD 2002 et a été indexé par un archiviste de l’Écomusée. Ce travail a été réalisé au Service de Documentation et d’ Archives Scientifiques de la Maison des Sciences de l’Homme de Dijon qui a noué un partenariat avec l’Écomusée du Creusot-Montceau. Le fonds a aussi été en partie numérisé, un choix des documents les plus pertinents a été réalisé : 23 000 pages ont été numérisées, au sein du Service de Numérisation et de Bases de Données de la MSH de Dijon.

La consultation du fonds s’effectue à l’Écomusée du Creusot-Montceau, elle est soumise à l’autorisation du directeur et conservateur de l’établissement.

LOGO_PANDORpetitAccès à l’instrument de recherche sur le portai PANDOR de la MSH de Dijon : Fonds des archives industrielles des Etablissements Vairet-Baudot

Les archives les plus anciennes ne remontent pas à la fondation de l’usine (1863) mais débutent dans les années 1870-1880 et s’échelonnent jusqu’en 1978 soit onze années après la fermeture définitive de l’usine. Les archives de l’entreprise Vairet-Baudot sont constituées de registres, de livres de comptabilités de l’entreprise, d’une correspondance importante entre le producteur et ses différents clients ou fournisseurs. On y trouve également des plans ainsi que quelques boites d’archives concernant la famille Vairet-Baudot.

Ces différentes archives permettent d’avoir un point de vue global sur l’ensemble des activités de cette entreprise familiale ainsi que sur son fonctionnement et un aperçu de ses relations avec les ouvriers.

Le plan de classement s’articule en douze parties :

  1. Constitution de la société
  2. Direction générale
  3. Domaine
  4. Matériel d’exploitation
  5. Approvisionnements et fabrications
  6. Comptabilité
  7. Correspondance
  8. Services commerciaux
  9. Personnel
  10. Archives familiales
  11. Fonds figuré
  12. Documentation

Chronologie de l’entreprise Vairet-Baudot (1863-1967)VAIRET2

  • 1863 : Jean-Baptiste Baudot fait construire aux Touillards, sur le site d’une ancienne forge, des fours à poterie. L’entreprise emploie moins d’une dizaine d’ouvriers. Dans un premier temps, la production est essentiellement composée de cruchons, pots en terre cuite.
  • 1874 : J-B. Baudot dépose un brevet pour une brique noire spéciale dite « de fer », destinée au pavage et résistant aux acides et aux sabots des chevaux.
  • 1892 : création de la société Baudot-Baudot et Vairet ; Jean-Baptiste Baudot et son gendre Ernest Vairet entament la construction d’une nouvelle usine à 300 mètres en amont, sur la rive gauche de la Bourbince.
  • 1893 : début de l’exploitation de la nouvelle usine, sur le site actuel ; dépôt de brevet par Baudot et Vairet pour un four à deux étages et à flamme renversée.
  • 1896 : dissolution de la société ; J-B. Baudot quitte Ciry-le-Noble pour son usine de Cusset (Allier), et fonde en 1901 l’usine Fauchon-Baudot de Paray-le-Monial, avec son autre gendre. L’usine des Touillards devient usine Vairet-Baudot.
  • 1900-1918 : les deux usines fonctionnent simultanément, utilisant jusqu’à 17 fours ; extension de la nouvelle usine, modernisation de l’équipement, accroissement des effectifs ; une centaine d’ouvriers y travaillent. Pendant la Première Guerre mondialVAIRET3e, l’usine est réquisitionnée pour sa production de briques et de récipients anti-acides indispensables aux Poudreries nationales.
  • 1919 : l’ancienne usine est transformée en maison d’habitation.
  • 1920 : établissement d’un raccordement particulier de l’usine avec la ligne PLM (Paris-Lyon à Marseille) avec 700 mètres de voie ferrée entre les Touillards et la gare de Ciry-le-Noble. C’est également la fin de l’extension du site industriel.
  • 1927 : mort d’Ernest Vairet ; son épouse devient gérante avec l’aide de ses gendres Piot et Jouvel. Une soixantaine d’ouvriers sont présent sur le site.
  • 1930 : achat de la tuilerie Bossot ; l’entreprise tente de diversifier ses produits et s’essaie dans la production de tuiles de grès.
  • 1937 : mort d’Antoinette Vairet, veuve d’Ernest Vairet ; la direction est alors assurée par Maurice Piot.
  • Années 1940 : tentatives infructueuses de modernisation de l’équipement ; chute des effectifs (entre 25 et 30 ouvriers).
  • Années 1950 : l’usine périclite et ne fonctionne plus en permanence.
  • 1967 : fermeture définitive de l’usine.
  • Malgré la fermeture de l’usine, des archives ont continué à être créées, en bien moindre quantité. Et en 1995, c’est le rachat de l’usine Vairet-Baudot par l’écomusée de la CUCM. Le site alors en friche et les bâtiments en mauvais état font l’objet de travaux de réhabilitation assurés par le chantier d’insertion de l’AFPA. La récupération des archives s’effectue la même année.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search