COMPTE-RENDU de l’assemblée générale du consortium ArcMC – 22 novembre 2013

Logo 1La réunion s’est déroulée le 22 novembre, à la FMSH de Paris, étaient présents les responsables de pôle ou leur représentants, des membres des laboratoires associés, des représentants des Archives nationales et des porteurs de projets désirant intégrer le consortium.

Ont aussi participé au début de la réunion Marc Renneville, Stéphane Pouyllau respectivement directeur et directeur adjoint de la TGIR Huma-Num. Ils ont introduit la journée en rappelant le mode de fonctionnement du TGIR, sa raison d’être, ses relations avec le CINES pour l’archivage des données et les échéances prochaines (retour des bilans scientifiques et financiers 2013, Assemblée générale de la TGIR le 23 janvier 2014). Ils ont ensuite exposé les conditions d’attribution de l’enveloppe financière versée annuellement à chaque consortium après l’examen par le comité scientifique de la TGIR Huma-Num d’un bilan intermédiaire des activités faites et des projets du consortium. Ils ont enfin manifesté leur intérêt pour la question du traitement des archives audiovisuelles au sujet desquelles, ils souhaiteraient que des initiatives soient prises au sein de certains consortiums et de manière transversales à commencer par des discussions interconsortiums.

Serge Wolikow, comme coordinateur scientifique du consortium a ensuite pris la parole. Il a rappelé que le consortium ArcMC a été labellisé en novembre 2012, mais ses moyens n’ont pu être affectés aux missions et fonctions concernées qu’à partir de l’été et de l’automne 2013. Les réalisations du consortium pour cette première année ont réclamé une organisation interne adaptée et une mise en route de chaque pôle qui débouche sur des résultats significatifs. L’année 2013 a ainsi été une année de lancement pour faire en sorte que l’année 2014 permette aux réalisations de se déployer.

L’objectif du consortium est la constitution d’une base documentaire pour les archives numérique des mondes contemporains. Pour cela, les efforts du consortium se concentrent sur plusieurs activités, dans le cadre de chaque pôle thématique :
– L’élaboration collaborative (chercheurs, archivistes et techniciens) d’une méthodologie portant sur la constitution de corpus de données, leur archivage numérique et conditions de mise en ligne. Travail à plusieurs niveaux pour les archives de la période contemporaine qui ont comme particularité d’être marquées par une très grande hétérogénéité documentaire. Il faut rappeler ici que les inventaires numériques font partie du cahier des charges fixé par Huma-Num.
– Un recensement des différents projets et corpus d’archives numériques. Pour intégrer le consortium, ils doivent être nécessairement associés à des projets scientifiques. C’est un critère fixé par le consortium pour délimiter son champ d’investigation et d’activités.
– Dans une moindre mesure et compte-tenu des exigences financières : La production de données à partir de matériaux soit nativement numériques ou à convertir numériquement, (archives filmées, textes…..). Ce travail doit s’appuyer sur les différentes plateformes présentes dans le consortium.

Pour réaliser ce programme, le consortium s’appuie sur six pôles thématiques moteurs. Chacun d’eux regroupent des corpus d’archives constitués par différentes équipes de chercheurs, adossés à des laboratoires et à des MSH. Cette structure est la dorsale du consortium et permet de penser les directions possibles pour le développement du consortium.
La fin de la matinée et le début d’après midi ont été consacré à la présentation par pôle des différents corpus d’archives déjà présents et constitués.Chacun des participants a ainsi pris la parole et exposé rapidement ses réalisations et ses projets. L’originalité du consortium réside dans la diversité des initiatives et la multiplicité des types d’archives que ces différents corpus recouvrent.

Pôle Circulations, migrations
-Le Fonds Delanoue par Françoise Blum
-La Base “Archives sonores Mémoire Européenne du Goulag” par Marta Craveri.
-Le corpus Zukunft par Christian Oppetit et Marion Veyssière.

Pôle Mouvements sociaux et organisations ouvrières
-Le corpus ” Mémoires visuelles des mobilisations” par Ulrike Riboni.
– Le corpus des archives du communisme en France de la première moitié du XXe siècle : l’ANR Paprika par Jean Vigreux.

Pôle Pensée Critique
-La Bibliothèque numérique Marx et Engels (Binume) et le corpus des formes brèves d’imprimés (BMP) par Richard Lagache.

Pôle Archives de la recherche et des chercheurs
– Activité et corpus “ARSHS” et “Centre Marcel Maget ” par Céline Alazard.

Pôle Monde de l’industrie et travail industriel
– Les corpus “Industries et Première Guerre mondiale”et “Archives de entreprises” par Jean Paul Barrière avec participation de Bernard Ganne.

Pôle Mondes Ruraux
– Le corpus “sources audiovisuelles et sonores des mondes ruraux contemporains” et le corpus ” Archives de la vigne et du vin” par Edouard Lynch.

L’entrée de deux nouveaux partenaires a été actée lors de cette journée.
– le CERHIO dont les activités recoupent deux pôles du consortium (par Aurélie Hess-Miglioretti)
– le projet placé sous l’égide de Frédéric Monier, composé du Centre Norbert Elias (Bruno Bertherat) associé au Laboratoire souterrain à bas bruit (LSBB) représenté par Stéphane Gaffet avec un programme d’archives autour du plateaux d’Albion dont la thématique rejoint directement le pôle “Monde de l’industrie et travail industriel”.

Etaient aussi présents trois porteurs de projets d’archives intéressés par les activités du consortium. Ils ont rapidement exposés leurs projets et leurs intégrations ont été discutées de manière favorable sans pour autant être validés lors de cette journée.

Pour plus d’informations sur les différentes présentations faites pendant la journée: consulter les billets sur le carnet hypothèses du consortium.

La fin de la réunion s’est concentrée sur le programme de l’année 2014 et les priorités du consortium: Il semble nécessaire de rendre plus visible, en la consolidant l’identité du consortium.
Le consortium souhaite exister comme un espace de travail et de réflexion collaboratif pour le traitement et la valorisation scientifique des archives numériques de la période contemporaine reliées au champ des SHS.Les perspectives pour l’année 2014 doivent aller dans ce sens.

Pour cela plusieurs propositions ont été faites:

-Un travail plus fin de prospection et de recensement de corpus et programmes d’archives déjà existants dans le réseau des institutions scientifiques, en entrant en contact avec différentes structures par exemple les associations de spécialistes.

– La mise en place de groupe de travail au sein du consortium autour de thématiques communes à plusieurs et/ou l’ensemble des pôles. Voici une première liste des thématiques proposées, toutes ne seront pas forcément retenues :
– La constitution et le traitement des archives audiovisuelles
– La question de la propriété intellectuelle
– La notion d’interopérabilité et les régimes documentaires
– La particularité des archives orales : conditions d’entretiens /valeur des témoignages….
– Le traitement des archives nativement numériques
– Les cahiers des charges, contraintes et types de financement dans la constitution de corpus
– Les rapports entre communauté scientifique et monde associatif dans la constitution d’archives.

– La création d’un site pour le consortium. L’architecture sera discutée par une équipe avant d’être proposé à l’ensemble du consortium. Ce site sera hébergé chez huma-num dans le cadre de la grille de service.

– Dans l’attente de la création du site, il a aussi été décidé de développer le carnet hypothèses du consortium. Il est en ligne depuis juin 2013 et jusque là, trop peu exploité. Il est décidé qu’une personne se charge désormais de son animation et que les billets doivent être proposés et/ou rédigés par l’ensemble des partenaires. Il s’agit avant tout d’un outil de communication sur les activités du consortium et d’un espace de réflexion collaboratif.

-La réalisation d’une journée d’étude portant sur la propriété intellectuelle et un atelier sur les archives audiovisuelles.

Rappel
Doivent être transmis pour les premiers jours de décembre, le rapport scientifique puis le rapport financier qui seront étudiés par le conseil scientifique de la TGIR et serviront de références aux décisions du comité de pilotage concernant les moyens accordés au consortium pour l’année 2013.

Présents: Panagiota AGNOUSTOU, Céline ALAZARD, Jean-Paul BARRIERE, Bruno BERTHERAT, Françoise BLUM, Marta CRAVERI, Julie DEMANGE, Bernard GANNE, Stéphane GAFFET, Aurélie HESS, Richard LAGACHE, Rosine LHEUREUX, Edouard LYNCH, Roger MARTELLI, Hédi MAAZAOUI, Stéphane POUYLLAU, Christian OPPETIT, Marc RENNEVILLE, Ulrike RIBONI, Diego ROPELE, Jean VIGREUX, Marion VESSIERE, Serge WOLIKOW.

Excusés : Alain BERTHO, Marie-Cecile BOUJOU, Vincent CHAMBARLHAC, Jean Numa DUCANGE, Laurent GAUTIER, Julien HAGE, Florian HUMBERT, Gilles LAFERTE, Jean-Yves MOLLIER, Fréderic MONIER, Guillaume NAHON.

Rapporteur: Julie Demange

Compte rendu au format PDF :CR_AG_ArcMC-2013-22-11

Ordre du jour au format PDF :OdJ_22novembre-ARcMC


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.