Retour sur la journée “Archives des chercheurs de la propriété au data management” – 13 novembre 2013

Eléments du fond Minot, déposé à la MSH, Dijon, 2013.

Eléments du fond Minot, déposé à la MSH, Dijon, (prise de vue 2013).

Le mercredi 13 novembre l’ISH de Lyon a organisé une journée d’étude autour “des archives des chercheurs : de la propriété au data management” (le programme: ici) .  Le nombre des auditeurs a montré l’intérêt porté à ce sujet par la communauté scientifique.  Cette journée se proposait d’aborder la question à partir d’approches générales et d’expériences particulières, en posant des questions d’ordres théoriques, mais aussi très pratiques. Les interventions de la matinée ont permis de poser le cadre institutionnel et juridique des archives des chercheurs (cf.: les interventions de Fabien Opperman, conservateur du patrimoine et Isabelle de Lamberterie, juriste de formation). La gestion de ces archives reste cependant encore aujourd’hui majoritairement organisée à partir d’initiatives particulières.  Des interventions de la matinée et de l’après-midi ont ensuite permis de présenter différents projets d’archivage des données des chercheurs. Il en en ressort que plus les besoins sont identifiés et ciblés plus le traitement est facilité et “efficace”. La présentation faite par Sylvie Bruxelles du CLAPI en a très bien montré l’exemple. Si ce centre d’archives répondait au départ à des besoins ciblés, les corpus qui ont été crées peuvent maintenant  êtres réinvestis au sein d’autres plateformes d’archives, permettant ainsi une réutilisation des données et une revisite de ces corpus par d’autres chercheurs.

Plusieurs interventions et notamment celle de Jesus Gonzales-Feilu (Ingénieur de recherche en production et analyse de données au LET) ont mis en valeur la nécessaire coopération entre chercheurs et archivistes, pour anticiper dès la collecte et création de données l’archivage de ces futurs corpus d’archives. Sur ce point le consortium ARcMC cherche à se positionner comme un espace de travail collaboratif  entre différentes équipes de recherche qui au delà de la création de corpus tente de mettre en œuvre des pratiques communes.

Les interventions de l’après-midi se sont arrêtées sur des cas de figure plus concrets,  en particulier l’archivage électronique avec la présentation de Louise Corvasier (archiviste à Maison René-Ginouvès d’archéologie et ethnologie), le traitement des archives nativement numériques et la question des formats. Ici aussi, l’importance de sensibiliser les chercheurs à ces questions au sein même de leurs activités est aujourd’hui devenue une nécessité.

Enfin, la question des droits et la nature même de ces archives, la frontière souvent ambigüe entre ce qui relève du privé et ce qui relève du public a fait l’objet de plusieurs échanges entre les intervenants et les auditeurs. A quel moment s’arrête le travail de recherche dans la vie d’un chercheur ? Toutes ses données doivent-elles être archivées ? A quel niveau et comment organiser la sélection ?

Cette journée ne cherchait pas à faire le tour des questions, elle aura permis de mettre en lumière le faisceau d’enjeux des archives des chercheurs qui sans attendre la fin de leur carrière disposent désormais de plus en plus d’outils pour transformer leurs données en archives et permettre ainsi de les rendre disponibles à l’ensemble de la communauté scientifique. La question de la propriété est aujourd’hui première pour éviter aux chercheurs de se voir déposséder des fruits de leurs travaux. Au delà de leurs contenus scientifiques, les archives représentent un objet auquel les personnes qui ont collecté, constitué, exploité les données sont affectivement attachées. Qu’elles soient de papier, analogiques ou numériques, les archives sont  aussi du domaine du sensible.

                                                        

PS : Vous trouverez un compte-rendu de cette réunion fait par Cécile Armand publié dans le carnet hypothèse NHumérisme. Ce carnet a pour première vocation d’être un espace de travail du “labo junior” de l’ ENS de Lyon consacré aux humanités numériques, mais, par la qualité de ses billets il est susceptible d’intéresser un plus large public. Pour le consulter aller ici.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search