Les sources de la pensée critique : regards sur les imprimés de l’époque contemporaine (1880-1970)

Journée d’étude  organisée le 15 janvier 2014, à l’Université de Rouen

Orgaessai PCnisée par le Laboratoire GRHIS, le Centre G. Chevrier (Dijon) et  le Consortium  Archives des Mondes contemporains.

Cette journée vise à fournir des éléments de réflexion sur un ensemble de sources de l’histoire contemporaine en cours de numérisation. Ce que l’on a coutume de nommer la « littérature grise » fournira la base de réflexion à la présente journée, consacrée aux « pensées critiques » : brochures, tracts, affiches, éditions vulgarisées, etc. En effet, celles-ci ne retiennent que depuis très peu de temps l’attention des historiens. Une étude attentive de ces sources, rendue possible par la numérisation de corpus, est désormais au coeur de recherches combinant les approches de l’histoire politique et sociale avec une histoire de l’édition attentive aux conditions de matérialité et de diffusion des textes. La journée entend offrir un premier bilan de ces recherches.

Elle s’inscrit dans le cadre du pôle “Pensée critique”, co-dirigé par Jean-Numa Ducange et Vincent Chambarlhac (Maître de conférence, Université de Bourgogne), du “Consortium Archives des Mondes contemporains”, qui a pour objet de soutenir et développer une démarche collaborative et collective sur la numérisation de sources et d’archives de la période contemporaine (XIXe-XXe siècle). L’axe “pensée critique” s’appuie plus spécifiquement sur une politique de numérisation et de mise en ligne déployée par la MSH de l’Université de Bourgogne depuis 2008. Compte tenu de l’avancement des travaux de numérisation et des recherches en cours des personnes impliquées, trois corpus seront particulièrement étudiés.

Le premier concerne les premières traductions de Marx et Engels en français. Il est composé d’un corpus étendu de quelques dizaines de titres permettant de rendre compte non seulement des différences de traductions à l’échelle de plusieurs décennies, mais également d’éditions (préface, appareil critique, postface, coupures éventuelles, ajouts…) ; ces notices détaillées (sur l’histoire des maisons d’édition notamment) fournissent un exemple d’outil perfectionné pour les chercheurs travaillant sur l’histoire politique, sociale et culturelle de l’Europe.

Le second concerne environ 3000 brochures d’entre-deux-guerres issues de l’ex-Bibliothèque marxiste de Paris (ancienne bibliothèque du PCF). Celles-ci permettent de renouveler l’histoire des mouvements ouvriers dans l’horizon d’une histoire éditoriale et politique. L’ensemble forme une collection de grande ampleur, d’autant plus qu’une grande part de ces brochures n’a jamais été répertoriée par la BNF.

Le troisième ensemble est issu du fonds privé de Patrick Kessel, constitué de 5000 brochures, de tracts et de journaux (souvent clandestins) principalement sur les années 1960-1970, relatifs aux courants de la gauche critique dans leur diversité. Deux moments ont été privilégiés pour la numérisation : la guerre d’Algérie et la crise de 1968, afin de lier d’emblée la numérisation de ce fonds avec l’exploitation scientifique autour des problématiques de l’imprimé comme vecteur de politisation, et/ou de littérarisation du message politique.

Les recherches menées sur ces fonds seront confrontées à d’autres regards partageant des préoccupations similaires ; à cette fin interviendront des représentants des Archives Nationales et des responsables de projets de numérisation  analogues d’autres pays.

Programme de la journée : Les sources de la pensée critique

Plus d’informations à venir.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.