Gérer les données de la recherche, de la création à l’interopérabilité ( 3/3)

3/3 –   L’interopérabilité en action

Depuis 3 ans, la TGIR Huma-Num organise annuellement une ANF sur les données de la recherche. Après la visualisation des données, l’architecture du web sémantique, cette année s’est centrée sur la problématique de l’interopérabilité des données de la recherche.

Nous vous proposons à travers une série de trois billets, un aperçu des enseignements de cette formation. Après avoir vu dans un premier billet l’importance des métadonnées, de leurs usages, et une introduction au Web de données (billet 1), les formats des fichiers (billet 2) , le dernier billet propose de revenir sur plusieurs retours d’expérience d’équipes et programmes de recherche en SHS qui se sont emparés de la question de l’interopérabilité au sein de leur projets.

Vincent Jollivet et Fréderic Glorieux travaillent pour le projet de l’observatoire de la vie littéraire qui cherche à développer l’analyse de corpus littéraire en s’appuyant sur les outils numériques et les dispositifs du web, en particulier la TEI.

Ils sont revenus tous les deux sur la gestion et l’exploitation des métadonnées dans le cadre de constitution de bibliothèques numériques. Vincent Jollivet a souligné les problèmes liés aux métadonnées : il est souvent plus facile – mais peu indiqué pourtant- de tordre les modèles et les standards requis, venant biaiser leur utilisation, les applications développées courent parfois le risque aussi de figer un modèle qui parce que collaboratif et libre est susceptible d’évoluer, certains logiciels peuvent enfin quelque fois nuire à l’interprétation des balises. Pour éviter ces erreurs, des initiatives communes ont été mises en œuvre. Le consortium CAHIER de la TGIR Huma-Num est l’une d’entre elles. Réunissant différents laboratoires de recherches français travaillant sur des « corpus d’auteurs » de littérature, philosophie ou de thématique liée à une école ou à une pratique, ce consortium travaille depuis 2011 à produire des guides de bonnes pratiques. Fréderic Glorieux a présenté une des formes possibles de l’exploitation des métadonnées en revenant sur une initiative de fouilles de données de la BNF. A découvrir sur son carnet de recherche http://resultats.hypotheses.org/518.

Véronique Ginouvès a proposé de son côté de revenir sur la valorisation des données de la phonothèque de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (MMSH). La phonothèque s’appuie sur la base de données Ganoub, le fonds se compose de plus de 5000 heures d’écoute. Pour mieux faire connaitre les richesses de ce fonds mais aussi pour le faire vivre et l’enrichir, Véronique Ginouvès a participé à plusieurs projets collectifs et collaboratifs. A chaque fois, il a fallu se confronter et/ou participer à la construction du modèle de structuration partagé et aux standards et référentiels adaptés. Elle a ainsi exposé quatre expériences de contribution : au portail du patrimoine oral, à la structuration des métadonnées pour un moissonnage par ISIDORE, à la description des données pour CALAMES et enfin la participation de la phonothèque au projet européen Europeana Sounds.

Voir son support de présentation :

 Stéphane Pouyllau a présenté les résultats du programme de recherche « Usines 3D » dont le but est de mieux documenter l’histoire du travail industriel. L’interopérabilité des données a été nécessaire à la réalisation du projet en permettant la constitution de corpus documentaires composés de documents de nature, localisation et support diversifiés qui offraient la possibilité d’être réutilisés, revisités par l’ensemble des équipes associés aux programmes. L’intéropérabilité  a été un enjeu important du traitement numérique des documents, du croisement de l’information et les modalités virtuelles offertes pour interpréter les documents en question. Dans ce projet, le modèle 3D n’était pas l’objectif, mais l’outil d’interprétation (la plateforme d’expérimentation) de la recherche historique. Ce programme de recherche a donné lieu à un documentaire «  L’usine en perspective » réalisé en 2012 par Olivier Rignault et produit par Alain Pichon. Il met en scène l’organisation du travail pluridisciplinaire et retrace les étapes du projet. Ce film est disponible dans la rubrique réalisations du site Usine 3D du projet.

Les services d’Huma-Num au service des chercheurs

A travers ces trois billets, nous avons tenté de dresser  un éventail des interventions et contenus de la formation, mais tout ne peut être dit. Cette semaine , en effet, a aussi été l’occasion pour les stagiaires de mieux se familiariser avec les outils et services proposés par la TGIR  Huma-Num. Ces services et outils   évoluent et s’enrichissent  en fonction des usages, pratiques et attentes  des chercheurs qui participent aux équipes des consortiums et plus largement à tous ceux qui entendent se saisir des outils numériques et des technologies du Web pour mieux faire avancer la recherche en sciences humaines et sociales.

 Pour plus d’informations : consultez la rubrique services et outils du site de la TGIR Huma-Num.

Image1

Pour finir, revenons sur l’intervention d’Adrien Desseigne (TGIR Huma-Num) qui a présenté l’un des derniers outils mis au point par les équipes d’Huma-Num : la version mobile d’ISIDORE. Un billet posté sur le carnet d’Huma-Num,  revient sur ses fonctions et possibilités .

mLien vers l’application : http://m.rechercheisidore.fr/

Consulter les deux billets précédents :

Vous pouvez lire  deux autres compte-rendus

© Image à la une : Adrien Desseigne


2 réponses

  1. 15/10/2015

    […] Consortium Archives des Mondes Contemporains – Inventaires et documents numériques […]

  2. 16/10/2015

    […] Sourced through Scoop.it from: arcmc.hypotheses.org […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *