L ’audiovisuel dans la recherche en SHS quelles spécificités, quelles difficultés?

Compte rendu de la séance 3 « archives audiovisuelles et recherche »  du Consortium Archives des Mondes Contemporains

proposé par Julie Demange

L’audiovisuel ne serait-il pas en voie de dissolution avec les humanités digitales, perdant sa spécificité avec notamment le developpement hypermédia ? La réponse des participants est unanime: Non, le langage de l’image animée ne perd pas de sa pertinence, même s’il est actuellement plus effacé par les supports tels qu’ils sont travaillés. Peu importe le support, l’audiovisuel universitaire est un langage capable de faire des sciences sociales.

L’archivage des données audiovisuelles est alors une question importante pour la fabrique et le savoir des sciences humaines et sociales (SHS).

Le séminaire a donné la parole à trois personnes confrontées dans leur parcours et leurs quotidiens à la question du traitement des archives audiovisuelles de la recherche en SHS. Les interventions ont donné lieu à des échanges nombreux et ont abouti à une proposition de travail d’ordre méthodologique à mettre en œuvre au sein du consortium.

1ère intervention: Le devenir du CERIMES, et les nouvelles perspectives pour Canal U (Françoise Thibault) 

En décembre 2014, le Cerimes (Centre de ressources et d’information sur les multimédias pour l’enseignement supérieur) contraint de cesser son activité, a été intégré aux activités numériques du Ministère de l’éducation nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche.

Après des discussions et des dépôts de candidature, c’est la Fondation Maison des Sciences de l’Homme de Paris (FMSH) – possédant déjà un corpus d’archives audiovisuelles dédié à l’enseignement et la recherche, qui a été choisi pour prendre en charge de Canal-U, BibNum et du fonds documentaire du Cerimes. Avec l’ajout de Canal U, la FMSH souhaite ainsi devenir une des grandes structures d’accueil des projets audiovisuels scientifiques, favoriser une diffusion libre et accessible au public de l’enseignement et la recherche et inciter ce public à s’approprier les outils de publications de données audiovisuelles.

Dans ce cadre, Canal U né de l’initiative de l’Université de tous les savoirs (UTLS) est amené à évoluer.  L’idée n’est pas de former une plateforme unique. C’est de toute façon très difficile du fait des problèmes d’indexation, mais de permettre à ce qui veulent déposer un produit audiovisuel de le faire et d’être assuré d’avoir derrière un espace de publication qui se charge aussi de leur archivage pérenne qui est très couteux.

Françoise Thibault retraçant l’évolution du devenir de CANAL U a posé des questions de portée plus générale qui ont nourri les échanges de cette séance de séminaire.

  • Comment assurer plus fortement le lien entre audiovisuel enseignement et recherche?

Une première réponse se trouve dans une nécessaire collaboration d’acteurs, à différentes échelles de la production du savoir. Il y a à la FMSH un travail engagé depuis quelques années entre plusieurs acteurs de l’audiovisuel scientifique (CERIMES, la FMSH, le Centre pour la Communication Scientifique Directe CCSD – à l’initiative de HAL) pour faire dialoguer ces objets, mais aussi développer des outils pour la circulation de ces contenus. (Voir plus loin, l’intervention de Peter Stockinger).

  • Quid des archives audiovisuelles et libres accès ?

Comment envisager les choses en matière de multidiffusion, pour ceux qui travaillent avec du contenu audiovisuel ? Quels types de liens entretenir avec le libre accès ? Comment travailler et faire jouer l’exception pédagogique pour la libre communication de données audiovisuelles de la recherche et supports à la recherche ?

  • Les audiovisualistes : une communauté mal définie ?

Françoise Thibault s’est présentée comme une audiovisualiste, mais que recouvre aujourd’hui ce mot, est-ce un corps de métier, une démarche, une communauté?

Actuellement, les audiovisualistes semblent être très pris par l’audiovisuel pédagogique et connaissent un regain d’activités avec le développement des Moocs. Les Moocs représentent un audiovisuel nouveau qui occupe de plus en plus de place dans l’univers audiovisuel de la recherche. On peut néanmoins se poser la question de leur pertinence : Tous les enseignements ont-ils besoin d’être filmés? N’y-a-t-il pas un danger qui laisse à penser que l’image est transparente ? Le cours est une interaction particulière et un dispositif particulier, est-il alors possible de le restituer par une vidéo mise en ligne ?

Dans un contexte de plus en plus médiatisé, il est important de produire des images qui desservent la gouvernance. La communication devient un autre domaine sollicitant de manière croissante les audiovisualistes de l’enseignement et de la recherche.

Ces réseaux d’audiovisualistes ne côtoient pas vraiment le réseau de scientifiques qui utilisent des films comme langage et outils de leur recherche.

L’un des objectifs de CANAL U était d’essayer de surmonter cette difficulté, en favorisant la rencontre entre ces différents acteurs, mais cela ne s’est pas fait. Comment donc réussir aujourd’hui à donner corps à un réseau audiovisualiste qui ne soit pas cloisonné ? Une question ouverte à l’ensemble de la communauté scientifique et qui reste aujourd’hui d’actualité.

2ème intervention : La publication-diffusion du fonds des AAR : Retour d’expérience (Peter Stockinger)

 

Peter Stockinger a présenté un programme de recherche sur le traitement et l’usage des données audiovisuelles de la recherche, engagé depuis plusieurs années et dans lequel il est fortement impliqué : Le programme Archives audiovisuelles de la recherche (AAR).

Au départ du projet, il s’agissait de recueillir des matériaux audiovisuels (entretiens, séminaires, conférence) pour étudier les contenus, comprendre comment se construit le discours scientifique et expliciter un méta langage pour le réutiliser ensuite afin de réindexer de manière appropriée ce corpus de données audiovisuelles. Peu à peu le projet a pris une forme plus large : la collecte de contenus audiovisuels est devenue de plus en plus standardisée et procédurale. En 2001-2002, s’est donc mis en place un programme plus approprié et structuré autour de 4 grands axes :

  •  le patrimoine : publication, diffusion et republication de ressources audiovisuelles qui pour certaines sont déjà en ligne dans des contextes particuliers.
  •  la constitution/ conception d’un ensemble d’outils techniques pour réaliser le premier objectif = notion de plateformes, qui inclut la notion de méta langage, de thésaurus ou d’ontologie comme on le nomme aujourd’hui.
  • le partage des savoir-faire avec la communauté (chercheurs, enseignants) : notamment avec le projet «  campus AAR »
  •  les activités de recherche : les archives audiovisuelles représentent des écosystèmes de production, de circulation et de partage de connaissance à étudier pour mieux les comprendre et les exploiter.

L’intervention a ensuite développé la question de la publication et diffusion de ces contenus audiovisuels. Peter Stockinger est néanmoins rapidement revenu sur la première étape en rappelant que la constitution d’un patrimoine audiovisuel scientifique est un processus complexe et long avec des étapes, des phases et des procédures dans lequel est réalisé un travail d’analyse et non pas simplement indexation . C’est une dimension importante car il s’agit ensuite d’ouvrir ces corpus à des «groupes d’utilisateurs » (enseignants, chercheurs, action culturelle, communicants, etc…) qui ont tous des attentes différentes pour analyser, classer et publier des données selon leurs propres besoin.

Pour la publication/diffusion, le projet AAR a expérimenté 5 genres différents :

  •   Le site évènementiel qui est le genre principal. Ce ne sont pas simplement des ressources audiovisuelles qui sont publiées mais des évènements documentés par des ressources audiovisuelles. Il s’agit d’entretien, de séminaires, colloques, ou à fortiori des terrains qui sont publiés sous forme de site dynamique.
  •  Les collections de sites évènementiels reposant sur des grandes disciplines et thématiques de recherches plus ou moins subdivisées. Les collections peuvent ainsi servir à l’analyse du discours audiovisuel.
  •  Le portail « classique » : point d’accès aux évènements et/ou collections d’évènements  (exemple : Archives Audiovisuelles de la Recherche)
  • Des publications expérimentales qui n’ont pas été intégrées au processus du travail des AAR parce que leurs coûts de fabrication est trop onéreux et qui se regroupe en 3 types :

les dossiers thématiques (exemple : La fabrication du pain domestique au Portugal)

les dossiers bilingues dont l’objectif est d’adapter des vidéos monolingues à un marché plurilingue sans toucher aux matériaux-souches, mais en venant mettre une couche de retraduction.

Encyclopédiques et lexiques audiovisuels, où il s’agit ici d’extraire dynamiquement des segments pertinents de vidéos par rapport à une thématique, sans découper la vidéo, mais simplement en venant pointer vers des segments. Les sujets sont définis par des projets de recherche et les extraits sont ponctionnés de manière automatique dans l’ensemble du corpus des AAR.

  •    Portails « nouvelle génération ». Ces sites ressemblent à une archive mais sont des constructions virtuelles, les vidéos sont localisées ailleurs. Le but est de créer une archive avec des accès différents (par sujets, lexiques, par géolocalisation, etc…) qui sont tous générés et publier de manière automatique. Pour arriver à ce résultat, toutes les vidéos doivent passer par un processus d’analyse et d’indexation très fin, adapté au métalangage propre à chaque thématique. A cette publication automatique vient s’ajouter une « publication- auteur », les personnes disposant d’un droit d’écriture peuvent reprendre en ligne les vidéos et les republier en venant les ré-annoter, traduire, les assembler, etc… ( ex : Les mondes de l’Amérique latine ( AMSUR) )

Les échanges qui ont suivi cette intervention sont revenus sur des points précis de pratique et de technique, notamment autour du cinquième dispositif : les portails «  nouvelle génération ».

3ème intervention: La cellule audio/vidéo du centre Edgar Morin-iiAC  (Arghyro Paouri )

 

Dans la dernière intervention il s’agissait de revenir sur une expérience singulière : la cellule audio/video du centre Edgar Morin-iiAC qui offre un accompagnement à des chercheurs travaillant sur des matériaux de recherches audiovisuels. Cette cellule de post production audiovisuelle fonctionne depuis 2001, elle est ouverte à toutes les demandes de chercheurs du CNRS. Les demandes sont soumises à l’avis d’un comité scientifique de personnes travaillant dans ou hors du laboratoire et qui ont toutes un lien avec l’image et l’audiovisuel.

Elle se donne plusieurs missions :

  1. La coréalisation et la production de films documentaires et de recherche scientifique.
  2. La diffusion par plusieurs canaux :
  • Dans des salles de projections, à l’occasion de festivals comme celui du « film de chercheurs », de rencontres, etc.
  • Par la mise en ligne de vidéos (avec la volonté de créer et ou participer à une plateforme de diffusion dédiée aux films de la recherche). Les réalisations ont été diffusées en ligne déjà sur la vidéothèque CNRS image, puis ont été hébergées sur la plateforme « vimeo », et actuellement sur « org ». Elles sont ensuite embarquées pour être présentés sur le site de la cellule audio/video du centre Edgar Morin.
  • La création de DVD
  1. La formation en participant à l’encadrement de projets vidéo d’étudiants, en offrant la possibilité de formations personnalisées.

Collection

  • 163 documents audiovisuels (documentaires, entretiens et quelques colloques –ce dernier corpus est appelé à rester limité)
  • Une sélection de rushes.
  • Des fonds audiovisuel de chercheurs du laboratoire mais dont les films n’ont pas été montés dans la cellule.

Exemple de projet documentaires et films de recherches traités par la Cellule audio/video.

– un exemple achevé : Un documentaire sur le Maitron, un dictionnaire biographique du mouvement ouvrier (Dictionnaire-biographique, mouvement ouvrier, mouvement social) devenu une grandebase informatique sous le nom de Maitron en ligne (14 000 notices)

– un exemple en cours de construction Panafest : Il s’agit d’une série d’entretiens filmés avec des acteurs et témoins de festivals africains: Festival mondial des arts nègres Dakar 1966, Festival panafricain d’Alger 1969, Zaïre 74, Festac Lagos 1977. Le montage est fait en interne. Le logiciel utilisé est Djehouti (un raconteur qui a la particularité d’être un logiciel libre utilisant du html5, à la différence de Klynt). Pour le moment chaque entretien mis en ligne est indépendant et précédé par un petit jingle de présentation du projet d’ensemble.

La motivation première de cette cellule est de préserver des données audiovisuelles (en maintenant leur intelligibilité et en exerçant une veille sur les formats.). C’est aussi  permettre de les mettre en ligne et favoriser un accès libre à ces données. Enfin c’est favoriser les conditions d’une revisite et d’une réutilisation future de ces données (films achevés et rushes) par les enseignants et les chercheurs.

Synthèse et discussions

Ces trois interventions ont proposé  des exemples différents de traitements de données audiovisuelles de la recherche en sciences humaines et sociales. Face à la diversité des formes de corpus audiovisuels aujourd’hui disponibles (films de chercheurs docs, données du web,etc.)  et face aux nombreuses initiatives de publication de ces contenus, un constat s’impose : Plutôt que l’envisager la conception de méta-plateformes ou plateforme unique pour les contenus audiovisuelles de la recherche, il apparait nécessaire de réfléchir à des formes compatibles et interopérables en terme de catalogage.

L’archive audiovisuelle recouvre deux facettes interdépendantes: le stockage pérenne et l’éditorialisation avec des vitesses différentes. Le même stockage peut produire des archives différentes. Il faut donc que l’archivage lui-même soit ouvert à tous types d’utilisation.

Il faut distinguer deux types d’indexation :

  • Quand on dépose un contenu audiovisuel par exemple, sur HAL ou Vimeo, on procède à un premier niveau d’indexation plus ou moins sommaire: titre auteurs, terminologies préétablies, etc. Cette indexation de base est gérée par un standard (Dublin Core).
  • L’usage souhaité dans le cadre d’une recherche, d’un enseignement, ou d’une action culturelle, induit dans un second temps une phase de réappropriation de ces matériaux et donc un travail de ré-indexation des vidéos pour permettre de les réinjecter dans d’autres interfaces.

Aujourd’hui, il y a un besoin réel dans la communauté scientifique se traduisant par la multiplication de plateformes isolées. Le risque encouru est de parcelliser le champ de la recherche. Il faut donc tenter à la fois de favoriser une proximité dans le travail en direct sur les contenus audiovisuels et en même temps développer un dispositif en SHS qui pèse assez lourd pour la visibilité nationale (en terme de site et de moyens). Il semble donc important d’envisager le travail à deux niveaux :

  • Développer un socle de base qui assurer la pérennité de ces contenus audiovisuels
  • Développer un travail, une communauté de travail pour les outils de recréation de contenus.

Pour s’engager dans ces voies il faut des ressources humaines, techniques et financière. Il faut donc une volonté politique pour pouvoir assurer techniquement.

bobine web 7

Serge Wolikow a alors évoqué le projet au sein du réseau des MSH, de créer non pas une plateforme unique mais un réseau de plateformes au niveau national qui permettrait de définir des préconisations communes pour l’ensemble des Maisons des Sciences de l’Homme (MSH) de s’appuyer sur les spécialisations des différentes MSH. Cette configuration pourrait alors constituer une base et permettre le développement de projets scientifiques autour de l’audiovisuel qui suppose à chaque fois des financements spécifiques.

Il faut ensuite et parallèlement trouver un protocole commun pour le travail d’indexation des contenus audiovisuels de la recherche.

Dans le cadre de ses activités et en particulier de ce séminaire, le consortium ArcMC s’est positionné comme un lieu d’échange autour de ces questions. Il souhaite à présent aller plus loin dans cette démarche et inciter la mise en route d’un travail d’ordre méthodologique qui se donne comme objectif de trouver un compromis entre l’indexation de l’archive et l’indexation du montage, afin de permettre une meilleure interopérabilité et partage des données audiovisuelles de la recherche.

A l’issue de cette séance il a donc été proposé de modifier une des prochaines dates du séminaire pour permettre de dédier une séance au démarrage de ce travail. Cela prendra la forme d’un atelier (demi-journée) où les personnes volontaires pourront venir confronter leur méthodes de travail sur leurs propres corpus et workflow, avec comme objectif l’élaboration de procédures communes.

Plus d’informations seront apportées sur ce carnet.

Les personnes intéressées peuvent aussi s’inscrire sur la liste de diffusion du séminaire : arcmc-audiovisuelles@listes.huma-num.fr

Pour contacter l’équipe du consortium “Archives des Mondes Contemporains” : julie.demange@u-bourgogne.fr


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.