Compte-rendu de la séance « Mobilisations visuelles et vidéos en ligne : quelles archives du désordre ? » –

Licence de l’image à la  une: PaternitéPas d'utilisation commerciale Certains droits réservés par Amine Ghrabi

La deuxième séance du séminaire Archives audiovisuelles et recherche du consortium ArcMC s’est tenu le 12 janvier 2015, elle avait pour thème  «  Mobilisations visuelles et vidéos en ligne : quelles archives du désordre ? »

Vous trouverez ci-dessous le compte rendu de la séance

Les mobilisations visuelles représentent pour le chercheur à la fois techniquement et socio-politiquement de nouveaux objets de recherche. La construction d’un corpus web à partir de contenus en ligne pose des questions particulières et des exigences techniques nouvelles. Dans la première intervention, Alain Bertho a cherché à définir le cadre et les problématiques générales de ce projet de recherche. Dans  la seconde présentation, Ulrike Riboni a présenté son travail de recherche et la constitution d’un corpus de vidéos autour du processus révolutionnaires tunisien initié en 2010.

Intervention d’Alain Bertho (professeur d’anthropologie, Paris 8, directeur MSH Paris Nord) : « le projet mobilisations visuelles : hypothèses, objectifs et difficultés »

Le projet « Mobilisations Visuelles » réuni des chercheurs autour des productions visuelles des mouvements sociaux, en particulier vidéo, produites de manière préméditée ou non et qui sont ensuite partagées de diverses manières sur internet.

Les enjeux

Ces matériaux sont nouveaux à deux titres :

– Nouveau contexte technique: Les outils techniques qui permettent ces activités ont aujourd’hui une dizaine d’années, c’est notamment des outils de partage comme Facebook créé en 2004 qui partage actuellement autant des mots que des images et vidéos. Ces outils se sont rapidement développés et enrichis de nouvelles fonctions facilitant le partage. Aujourd’hui des boutons permettent de diffuser les contenus de manière virale.

– Nouveaux usages : à la fois politiques et sociaux touchant et transformant les pratiques sociales privées comme publiques.

Les outils proposés n’induisent pas automatiquement les usages qui en sont faits. Il y a une subjectivité dans la construction du commun puisque certains s’emparent de ces techniques sans forcément être soumis à leurs fonctions et contraintes. Il s’agit alors d’un nouveau contexte technique, politique et social mais qui n’induit pas de déterminisme. Par exemple, la pratique du  « selfie » très répandue dépasse dans certains cas la simple représentation de soi pour devenir un facteur de mobilisations et de résistances visuelles.

Comme l’analyse Manuel CASTELLS dans son récent ouvrage, nous sommes aujourd’hui entré  dans un contexte « d’auto-communication de masse »[1]. Cette situation n’est pas préalable à la manifestation. C’est pendant la manifestation que des individus produisent un « en-commun » visuel en ayant très fréquemment recours  au répertoire collectif. Aujourd’hui une mobilisation peut se penser (se construire ?) selon son effet visuel. (Exemple : une  manifestation à Bahreïn de femmes voilées qui ne se montrent pas et pourtant filment la  scène et se faisant se filment)

Une double interrogation se pose sur cet objet visuel : En soi ce qui est filmé est souvent assez pauvre, il faut donc chercher à comprendre la nature de ce qui est filmé, souvent par plusieurs personnes. Cela multiplie « les points de vues » dans des vidéos qui sont ensuite relayées sur des réseaux sociaux et là aussi souvent de manière multiple. L’objet vidéo considéré ne se limite donc pas  à des images mais intègre le contexte et le dispositif  de partage et de diffusion de l’objet.

OccupyGeziIl y a maintenant des travaux collectifs de rassemblements et de syndications des mobilisations visuelles. Ces plateformes audiovisuelles rendent  parfois – de manière volontaire ou non, difficile l’identification des auteurs des vidéos et / ou des partages de vidéos. (Par exemple : la plateforme Tumblr #occupygezi )

Ces nouveaux objets correspondent à des images inorganisées, qui se diffusent de manière  redondantes et virales et produisent des effets de communication non verbale, non formalisée et non historisée.

Le chercheur grâce à des logiciels peut facilement télécharger la vidéo (Video Downloadhelper), mais le téléchargement de la vidéo n’est pas suffisant. Il est important  mais aussi plus difficile d’archiver le contexte. Par exemple sur une chaine YouTube de nombreuses informations sont données comme le nom et des renseignements sur le propriétaire de la chaine, les commentaires mis en ligne, les statistiques de visionnage, cela doit faire partie de l’archive. De plus sur le portail du propriétaire de la chaine des informations supplémentaires sont fournies ainsi que des métadonnées qui permettent d’archiver la viralité.

L’archivage vient aussi poser la question délicate de la propriété: Quelles droits pour l’archivage de vidéos quand celles-ci ont été retirées par le propriétaire de la plateforme de diffusion, ou par son producteur ?  Et si on fait le choix de l’archiver, peut-on la diffuser, et sous couvert quelle légitimité? Des questions délicates et des réponses pas évidentes.

Envisager des solutions :

L’équipe de mobilisation visuelle a construit un projet ANR autour de ces problématiques. L’idée était de développer une plateforme de mise en ligne d’objets vidéo (vidéo + contexte)  basée sur un site de syndication dans le but de proposer  un outil public de présentation de vidéos où chacun puisse participe à la re-documentation des vidéos de manière interactive. L’INA à la fin de la chaîne de traitement se proposait d’aspirer l’outil afin de pouvoir le conserver.

mobvisuTitreCe projet n’a pas été retenu par l’Agence nationale de la recherche. Pour l’instant les chercheurs de l’équipe s’appuie à la fois sur  un carnet hypothèses Mobvisu,  un logiciel (Diiigo) de gestion de flux (socialbookmarking) et le corpus de vidéos mis en ligne sur le site d’Alain Bertho. Chaque chercheur développe son propre  outil pour la  constitution de son fonds et s’occupe de la conservation de ses données. Alain Bertho termine sa présentation en donnant un aperçu de la manière dont il conserve et renseigne ses données sous la forme d’un tableau à champ multiples : Date, pays, type de vidéos, url, titre original de la vidéo, url de la chaine vidéo,  durée, visionnage.

Bien conscient des limites de cette solution, il pointe la fragilité du dispositif et les améliorations à envisager.

Il passe ensuite la parole à Ulrike Riboni qui présente  la façon dont elle a choisi de constituer son corpus de recherche, les problématiques que cela suscite et les difficultés qu’elle rencontre.

Présentation d’Ulrike Riboni (doctorante, CEMTI, Paris 8) : la constitution d’un corpus de recherche autour des mobilisations en Tunisie depuis 2010.

En avant-propos de sa présentation elle souligne qu’il est nécessaire d’éviter l’emploi de l’expression  « Printemps arabe » ou « Printemps Tunisien »  pour évoquer les mobilisations qui ont eu lieu en Tunisie en 2011. L’expression bucolique est en effet quelque peu décalée quand à la réalité de évènements qui ont conduit de nombreux activistes et anonymes à perdre la vie. Par ailleurs, il s’agit d’un processus et non d’une mobilisation qui aurait duré le temps du printemps. Enfin, la majorité des acteurs rejettent cette expression au profit de celui de révolution qu’il leur appartient de revendiquer.

Trouver

Pour débuter, elle rappelle qu’Internet n’est pas un fonds d’archives.  Bien qu’Internet conserve un nombre important de données, des vidéos disparaissent chaque jour de la toile et ne sont alors plus visibles. Il n’y a pas aujourd’hui de politique raisonnée et globale d’archivage du web.

De plus Internet n’est pas non plus bien documenté. Par exemple YouTube n’est pas indexé, ce qui rend alors difficile l’exploration de cette plateforme de partage des vidéos par un chercheur.  Les outils de recherche proposés par le web sont généralement largement insuffisants. Sur Google par exemple la recherche avancée n’existe pas, ce sont des filtres sur les résultats, les outils de recherche qu’il propose  sont très sélectifs et ne permettent pas une fouille fine des données.

Définir

Ce contexte conditionne les moyens et les conditions de la recherche. Elle reprend le constat de Lev Manovich posé en 2012: « Si l’on considère la taille des collections contemporaines de médias, il est tout simplement impossible de visualiser leur contenus avant même de commencer à formuler des questions et hypothèses, voire de sélectionner des échantillons destinés à une analyse plus pointue. (…) L’impossibilité de visualiser une collection dans son ensemble nous empêche de comparer des séries d’images ou de vidéos, de dégager des tendances d’évolution sur une durée, ou d’appréhender une partie de la collection au regard de l’ensemble. » [2]

Comment réfléchit-on sur un corpus dont il n’est pas possible de mesurer la taille ni la variété ? Cette question suscite à la fois une réflexion sur la méthodologie de la recherche et sur les conditions matérielles de cette recherche, notamment en termes d’archivage.

Pour mener sa recherche Ulrike Riboni a cherché à mieux définir les contours de son objet de recherche. Elle a ainsi distingué les différents types de vidéos constituant son corpus de recherche :

            – Les plans séquence : des vidéos sans montage.

            – Les montages et mises en scène.

mobvisuBrasLeveEn outre, elle a fait le choix de ne pas retenir comme objet de recherche les productions médiatiques et les productions cinématographiques, en soulignant que les productions des médias audiovisuels sont cependant l’objet privilégié des processus de partage en ligne.

 Elle souligne que l’évolution entre ces différents usages n’est pas linéaire, et rejette par ailleurs l’expression « journaliste-citoyen » qu’elle juge dans le cadre de son terrain totalement insatisfaisante pour décrire la complexité des pratiques.

Archiver

Le classement des archives permet de rendre accessible les sources et favorise le travail de descriptions qui permet à la jeune chercheuse de faire parler ses archives à travers l’usage de mots clés et par l’étude des redondances notamment.

 Ulrike Riboni est alors revenue sur les différents outils qu’elle a essayé afin de classer et d’organiser ses archives :

– Dans un premier temps, elle a testé des logiciels de collection de vidéos proposés au grand public pour la gestion de collections de films et dvd par exemple. Si les interfaces sont souvent   intéressantes, les fonctionnalités restent cependant limitées et prédéfinies. Cette solution ne pouvait pas être retenue dans le cadre de son travail de recherche.

– Le tableur Excel est la solution qu’elle a donc au départ privilégié. Elle a ainsi créé et organisé sa propre base de données en définissant elle-même les champs et le nombre (important) de colonnes. Cet outil lui permet d’effectuer des recherches en plein texte et avec des filtres, mais la saisie des données prend du temps et il est impossible d’insérer  une prévisualisation de la vidéo.

– Elle a ensuite eu recours au logiciel libre Zotero. Il s’agit à la base d’un outil conçu pour la gestion de bibliographies, il fonctionne cependant aussi avec certaines plateformes de partage de vidéos telles que YouTube et Vimeo (mais difficilement avec Facebook). Ce logiciel facilite la saisie des données, puisque un certains nombres de champs sont remplis de manière automatique dans des fiches. En revanche, les champs renseignés sur les fiches ne sont pas personnalisables et donc parfois insuffisants. Ce logiciel a comme autre avantage  de proposer un système d’indexation par tag et d’associer à la fiche de description une capture d’écran. Néanmoins la connexion entre les fichiers vidéo téléchargés et le catalogue n’est accessible que dans la version payante du logiciel.

 Discussions

La présentation d’Ulrike Riboni a permis de voir une recherche en train de se faire. Elle a suscité un certain nombre de questions de la part des participants aux séminaires (à la fois chercheurs, archivistes et documentalistes).

Les discussions  ont notamment porté sur la nécessité de construire une norme de description pour ce nouveau type de contenus audiovisuels. Son élaboration n’est cependant pas aisée car la catégorisation même des différents types de contenu est problématique. Par exemple : qu’appelle t’on  contenu militant dans le cadre de mobilisations visuelles ? Comme le souligne Ulrike Riboni, les producteurs de vidéos ne se revendiquent pas toujours militants et restent pour certains anonymes.

Un autre échange a porté sur les retransmissions en direct de mobilisations visuelles et l’usage du live par les différents acteurs sur place. Comment prendre en considération ces usages? Comment archiver ces contenus ?

A travers tous  ces échanges un constat peut se faire : la nécessité d’articuler le travail d’archivage au travail de recherche. La difficulté réside dans le juste équilibre à trouver dans la coopération entre l’archiviste/documentaliste de métier et le chercheur possèdant des compétences et  savoirs complémentaires.

 

[1]Manuel Castells, Communication et pouvoir, Éditions de la MSH, Paris, 2013

[2] MANOVICH Lev, « Comment visualiser un million d’images », MCD / Musiques et Cultures digitales n°68, septembre-octobre-novembre 2012, pp. 26-29.

 


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Merci pour ce texte stimulant qui permet de bien repenser, dans le contexte du flux généralisé de données numériques sonores et visuelles, la nécessité d’articuler le travail d’archivage au travail de recherche, en termes d’équilibre et surtout de coopération entre archivistes/documentalistes et chercheurs et non en termes de commande ou d’échanges de services, à partir d’une opportunité ou d’un dépôt qu’il convient de respecter en le « patrimonialisant ». La coopération dans le travail de constitution d’archives numériques et dans la recherche n’est possible que si chaque partenaire est prêt à remettre en cause sa propre pratique. L’historien ne doit demander pas à l’archiviste d’adapter une simple technique à ce qu’il ressent comme un besoin théorique ou un vide historiographique à combler, l’archiviste ne doit pas demander pas à l’historien ou au chercheur d’autres sciences humaines et sociales de renoncer à un objet d’étude qui pour le moment lui semble urgent, théoriquement et politiquement, en raison de l’impossibilité, en particulier financière, qu’elle soit conjoncturelle ou structurelle, qu’il y a à stocker les données de façon conforme aux normes techniques, juridiques et éthiques.
    Certes, l’intérêt du texte présenté ici tient beaucoup à son objet particulier : l’usage des moyens de diffusion nouveaux dans le cadre des mobilisations politiques récentes. L’importance donnée aux images d’amateurs, aux selfies, aux « reportages » impromptus interroge les sciences humaines et sociales. L’intervention d’Ulrike Riboni sur les mobilisations de 2011 en Tunisie dépasse ainsi le cadre d’une monographie en posant la question générale de l’engagement politique, récusant, par exemple, le terme de « journaliste-citoyen ». L’interrogation peut inspirer des travaux sur l’histoire des chansons militantes et du lien entre les sensibilités et les pratiques culturelles et les positionnements politiques. Le travail précis et concret sur les modalités de transmission par le numérique des informations mais aussi des sensibilités esthétiques conduit à redéfinir ainsi la notion de culture politique. C’est dire que le consortium permet de rapprocher des démarches portant sur des périodes et des objets d’une grande diversité. L’urgence que nous sommes quelques-uns à ressentir dans le domaine de l’étude des fichiers sonores qui circulent, qui doivent être étudiés et partagés dans une approche participative de la recherche, avant même qu’il ne soit possible de penser à les stocker, est visiblement ressentie également par les chercheurs qui travaillent sur d’autres médias. Le début de la citation de Lev Manovich, tiré de la revue emblématique Musiques et cultures digitales, nous semble bien caractériser le moment dans lequel nous sommes, il est impossible de percevoir l’ensemble d’un corpus « avant même de commencer à formuler des questions et hypothèses ».Bref, nous ne souffrons pas du caractère lacunaire de collections mais au contraire de la prolifération de sources accessibles. Faut-il pour cela renoncer à penser, en attendant que tout soit préalablement classé et répertorié ? Visiblement, nous sommes au moins quelques-uns à dire que non.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.