Compte rendu de la journée Archives audiovisuelles et recherche

Nous proposons ici un compte-rendu illustré avec les supports de présentation de plusieurs intervenants de la journée de travail du groupe « Archives audiovisuelles et recherche » mis en place par le consortium ArcMC.

Les enregistrements audio de cette journée  seront disponibles sur le site du consortium. Celui-ci sera mis en ligne avant la fin de l’année.

INTRODUCTION

 Stéphane Pouyllau (TGIR Huma Num) a ouvert la journée en rappelant la responsabilité collective qui existe en matière de numérique et le soutien qu’Huma-Num et ses services apportent à la communauté scientifique face à ces enjeux. Les SHS sont aujourd’hui amenées à se doter d’un environnement de réflexion scientifique et technique afin de répondre aux spécificités et aux difficultés rencontrées dans la pérennisation les données audiovisuelles.

 Serge Wolikow, (coordinateur du Consortium ArcMC) a ensuite pris la parole, soulignant la complexe et foisonnante réalité que recouvre dans la recherche en SHS le champ de l’Audiovisuel et ses archives: Les matériaux audiovisuels de la recherche sont à la fois de archives rassemblées par le chercheurs, des archives produites par les chercheurs et des discours réflexifs sur la production scientifique (séminaires / colloques/ programme présentés). L’enjeu de cette journée et des séminaires à venir est de penser la spécificité et la complexité de ces archives audiovisuelles en étant à l’écoute des attentes des chercheurs, en matière de sauvegarde, diffusion et partage.

Alain Bertho (MSH Paris-Nord), coordinateur de ce séminaire avec Edouard Lynch (LER Université Lyon 2) a rappelé le déroulement de la journée dont le but n’était pas d’apporter des réponses, mais bien de faire émerger un questionnement pour les séances du cycle de séminaires à venir. La question centrale qui se pose aujourd’hui est la constitution visuelle du savoir. Comment, alors construire des protocoles scientifiques et techniques, partagés et connectés qui puissent venir répondre à la place nouvelle de l’image dans la société?

 MATIN : INTERVENTIONS ET DISCUSSIONS

Les deux premières interventions du matin ont immédiatement placé la problématique de l’archivage de l’audiovisuel au cœur des enjeux du web contemporain.

 Claude Mussou (INA) a expliqué le rôle joué par l’INA dans la conservation des archives audiovisuelles qui se préoccupe aussi depuis 2006, en collaboration avec la BnF des contenus audiovisuels mis en ligne sur internet. Ainsi, l’INA gère à la fois des stocks et des flux pour lesquels les défis et obstacles sont nombreux : Comment restituer la multilinéréalité, le discret, les interactions, l’hétérogénéité des contenus (vidéos, tags) qui se jouent dans l’environnement web associés à une ressource audiovisuelle ?

L’Ina est aujourd’hui de plus en plus sollicitée par des chercheurs qui ne travaillent pas forcement sur les archives du web mais sur le « web vivant ». L’INA a-t-elle vocation à préserver les contenus des corpus de recherche, à poursuivre l’archivage quand le programme de recherche est terminé ? Ces questions sont posées et restent pour le moment sans réponses.

 Louise Merzeau (Dicen-IDF, Université Paris Ouest Nanterre) par son intervention a mis en évidence de manière explicite les défis auxquels sont confrontés les chercheurs qui se saisissent aujourd’hui de l’audiovisuel par l’intermédiaire du Web. Les archives audiovisuelles ont déjà été traitées comme des supports, cette définition semble à présent dépassée. L’enjeu est de repenser l’objet en terme d’environnement et de distinguer des registres publicatoires plutôt que réfléchir en terme audiovisuel/non audiovisuel.

Deux étapes sont déterminantes : La numérisation, qui nécessite un dispositif technique mais aussi une légitimité institutionnelle et les systèmes de diffusion dans l’environnement numérique qui sont aujourd’hui aussi des systèmes de conservation (mais souvent très partiel).

De là, deux questions : Celle de la normalisation et celle de la mutualisation des outils langages interfaces pour lesquelles il faut tenter de déterminer des standards, des normes d’usage en matière de recherche. Les plateformes web développées par les chercheurs se trouvent confrontées à une autre forme d’indexation qui est celle des services du WEB, il faut aujourd’hui penser ces emboitements.

Deux politiques cohabitent, l’une est celle de l’éditorialisation forte, l’autre celle de logique de jeu de données et de data.

 La deuxième partie de la matinée a permis d’exposer le travail de deux équipes de recherche qui se sont emparés des questions audiovisuelles pour proposer des réflexions sur leurs usages :

Arghyro Paouri (Centre Edgar Morin IIAC) a présenté la démarche du collectif de recherche CRAH-SHS autour de la diffusion, de l’analyse et de l’archivage vidéo. Il s’agit d’une démarche non institutionnelle centrée sur l’Audiovisuel comme mode d’écriture de la recherche. Ce collectif s’est appuyé sur les travaux audiovisuels de chercheurs: Déjà les films de recherche résultats de travaux posés comme des « traces de réel parcellaires » mais aussi les rushes de ces films ouvrant la possibilité d’une revisite, d’une nouvelle exploitation de ces matériaux audiovisuels.

Aurélie Hess (CERHIO, Université de Bretagne) à travers l’expérience du CERHIO a évoqué la manière dont un historien peut venir s’approprier le champ de l’audiovisuel, en prenant comme exemple la campagne filmée de collecte de témoignages des Indiens dans la guerre du Chaco, un des programmes du laboratoire. L’historien produit à la fois un matériau scientifique et patrimonial. La question de la diffusion d’un tel corpus est déterminante, faut-il préférer une logique d’éditorialisation ou de data, comment réussir à combiner les différentes réutilisations /revisites possible de ces données et documents ? Avec une mise en ligne de ces données la question entre flux/stock/dépôt est aussi soulevée, c’est l’activité documentaire qui constitue le stock mais une mise en ligne prolonge les usages de ces matériaux (notamment via l’indexation) dans une logique d’éditorialisation des contenus.

 Dans les discussions qui ont suivi, les aspects éthiques et juridiques ont été soulevés. Patrick Deshayes (EREA, Lesc) a souligné que si aujourd’hui on peut de plus en plus consulter des archives, leur réutilisation pour des travaux de recherche demeure complexe : Quel droit de citation ? Edouard Lynch a de son côté posé la question de la formation des étudiants sur les images ? Comment l’envisager dans le respect du droit à l’image et de l’œuvre/travail exposé ? Comment écrire scientifiquement avec l’image si on n’a pas le droit à la citation de l’image ? Sur cette problématique Louise Merzeau a rappelé que le « faire-use » anglo-saxon n’a pas d’équivalent en France. Comment revendiquer l’exception de l’enseignement à partir du moment où les données sont mises en ligne ? Il faut donc imaginer une alternative à cette exception. Agnès Magnien (INA) a indiqué que l’accessibilité des données à des fins de recherches était une priorité de la nouvelle direction à la tête des Archives de France. Elle a incité les chercheurs à se réunir en lobbying pour soutenir cette volonté et faire pression auprès des dirigeants politiques.

 D’autres questions ont été discutées portant notamment sur la normalisation des métadonnées, sur les lieux et conditions de stockage et sur la pérennité de ces données audiovisuelles.

 Après-Midi : INTERVENTIONS ET DISCUSSIONS

 La deuxième partie de la journée a donné l’occasion de faire des focus sur différentes initiatives et réalisations entreprises frontières en matière d’archivage, de diffusion et de partage de données et matériaux audiovisuels, au sein de la communauté scientifique et à ses frontières.

La première partie de l’après-midi était consacrée au développement de certains outils techniques favorisant la diffusion, et l’exploitation des matériaux audiovisuels de la recherche. Il s’agissait aussi de poser la question de création de corpus audiovisuels par des chercheurs.

 Laure Tougne (LIRIS, Lyon 2) a développé la question de l’indexation de corpus audiovisuels à travers l’une de ses modalités. Ingénieure de recherche, elle travaille au sein du LIRIS au développement d’outils et de logiciels pour l’indexation de l’image. Dans son intervention elle a mis en avant les différentes étapes techniques nécessaires à l’élaboration d’un outil d’indexation automatique et semi-automatique de l’image.

 

 Francis Lemaitre (ESCoM-AAR, FMSH-PAris) a évoqué le travail de l’équipe ESCoM pour le développement d’un environnement numérique dédié aux archives audiovisuelles de la recherche. Cet outil s’adresse aux équipes et laboratoires de recherche désireux de mettre en ligne leur corpus audiovisuel en les documentant et en les indexant. L’environnement ASA est aujourd’hui opérant et continue parallèlement à se perfectionner pour permettre aux chercheurs de s’en saisir selon leurs propres spécificités. Dans son intervention Francis Lemaitre a présenté les différents services offerts par l’environnement ASA.

 L’intervention de Manuela Papino (chercheuse associée ESCoM-AAR) a permis d’illustrer la présentation de Francis Lemaire, en montrant comment des chercheurs se sont appropriés l’outil. Elle a évoqué deux réalisations de portails auxquels elle a participé : AMSUR et les Mémoires de Civaux.

 

Dans la communication suivante, Ulrike Lune Riboni (Mobvisu, MSH Paris-Nord) a parlé de son expérience de chercheur confrontée aux contenus audiovisuels, il s’agit pour elle non pas de diffuser mais de capter et télécharger des vidéos mis en ligne via notamment des réseaux sociaux. Les difficultés rencontrées dans la constitution de son corpus audiovisuel démontrent bien qu’Internet n’est pas un fonds d’archives. Face à des données exposées qui peuvent rapidement disparaitre ou face à des données qui circulent avec très peu de métadonnées, le chercheur se retrouve devant un véritable défi : comment conserver et décrire ses données afin de le rendre intelligibles et exploitables ?

 La deuxième partie de l’après-midi s’est tournée vers des institutions patrimoniales soucieuses de la valorisation et du partage des archives audiovisuelles. Se situant à la frontière de l’espace académique, elles sont ici envisagées comme des ressources mobilisables dans la formation de corpus audiovisuels de recherche.

Ainsi Maxime Grember (Ciné archives) a présenté le travail de Ciné-Archives qui gère le fonds audiovisuel du Parti communiste français – Mouvement ouvrier & démocratique. Cette association conserve une collection de 1200 films dont un peu moins de la moitié sont déjà en ligne et librement visionable sur le portail internet de Ciné-Archives. Celui-ci offre à l’utilisateur une contextualisation de la source et une description analytique et thématique des documents à travers des notices rédigés par des historiens. Il repose sur une base de données développée de manière collaborative et permet une recherche avancée rendue possible par un travail d’indexation qui s’appuie lui aussi sur un thésaurus construit de manière collaborative.

CaptureCINEARCHIVES

 

 Alain Carou, (département de l’Audiovisuel à la BnF) a présenté l’une des composantes de la collection audiovisuelle de son institution : « les vidéo légères ». Ces vidéos ont pu servir de supports à des mouvements de contestations au cours des années 1960-1970. Elles étaient ainsi saisies comme des moyens de transgression de la norme et du cadre. Des parallèles stimulant pour la recherche peuvent aussi être faits entre ces vidéos légères (des premiers temps) et certaines vidéos circulant actuellement sur le Web : Ce sont des œuvres souvent anonymes, des réalisations généralement amateurs, souvent appréhendées comme des témoignages mais qui diffèrent des vidéos plus contemporaines par le nombre, les formes et les circuits de diffusion.

 Enfin Abderahmen Moumen a présenté l’association Génériques et la manière dont elle exploite les données audiovisuelles pour alimenter et enrichir ses fonds d’archives. En se focalisant sur les aspects pratiques, Abderahmen Moumen a exposé les différentes étapes et préconisation nécessaires à la réalisation d’une campagne de collecte d’archives audiovisuelles.

 

 Dans les discussions qui ont suivi Edouard Lynch a notamment souligné la présence du son à ne pas négliger : Avec le « son on peut voir plein de chose ». Il a aussi posé une question centrale : Comment faire face et restituer la totalité du contexte des données audiovisuelles ? Ecrire sur des images avec des images c’est aussi une question de regard. La question des rushes et du travail de montage posé par un autre intervenant est venue prolonger et complexifier cette nécessité de penser l’archive audiovisuelle dans sa totalité tout autant que dans son environnement. Aurore Desprès (FANA, Université de Franche Comté) travaillant sur les archives de la danse a pris la parole pour évoquer son travail, elle a rappelé que le chercheur fabrique toujours quelque chose avec les matériaux audiovisuels qu’il appréhende comme des sources en cela sa démarche se distingue des institutions patrimoniales qui proposent et diffusent des contenus audiovisuels envisagés alors comme des ressources. Bernard Ganne (professeur émérite) ayant travaillé avec des supports audiovisuels a interrogé ce champ qui « subvertit » les pratiques de recherche (dimensions sensibles/couper les erreurs/monter des séquences…), en filmant, un rapport s’établit avec le particulier et déplace du centre le concept, amenant ainsi à raisonner différemment. Le vertige devient alors qualitatif

 Ainsi au terme de cette journée de nombreux enjeux, défis, obstacles question ont été mis en évidence. Alain Bertho en forme de conclusion /ouverture a essayé de les regrouper et proposer des axes thématiques pour le cycle de séminaires à venir.

Il a été acté que ce cycle de séminaires, débutera à la fin de l’année 2014 et sera ouvert à une diversité d’intervenants comme ce fut le cas lors de cette journée.

Une liste de diffusion va être mise en place concernant les activités de ce groupe de travail  » archives audiovisuelles et recherche ». Réseau d’échanges, elle vous permettra de recevoir des informations sur les activités du groupe et le cycle de séminaires annoncé.

Pour le moment, si vous souhaitez recevoir des informations contactez le Consortium ARcMC ( en écrivant à julie.demange@u-bourgogne, chargée de la coordination)


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *