Au fil des fonds du journal « Die Zukunft »…

 

Dans le cadre du « projet Die Zukunft », prenant place au sein du Pôle « Circulations, Migrations » du Consortium Archives des Mondes Contemporains une mission archivistique sur le fonds du journal conservé aux archives nationales, a débuté en janvier 2014.

Aurélie Audeval qui s’est occupée de ce premier traitement archivistique fait un premier bilan  montrant l’intérêt du fond, l’historique de sa conservation et les premières  perspectives de recherches qu’il ouvre.

Télécharger, ici, l’intégralité de l’ article d’Aurélie Audeval au format PDF.

                                    

Un peu plus qu’un simple organe de presse…

Si le but premier de cette mission est d’offrir aux lecteurs des archives nationales un inventaire détaillé et à terme une numérisation, elle est également une pierre de fondation essentielle pour l’ensemble du projet scientifique  Die Zukunft . Elle a, de fait, permis de révéler dans toute son ampleur l’intérêt historique que représente l’aventure politique de ce journal.

Un premier regard sur ce fonds, constitué de 8 cartons, permet de distinguer trois ensembles.

  • Le premier f/7/15123 et f/7/15124 constitue la correspondance reçue et envoyée par la rédaction du journal.
  • Le f/7/15125 est un ensemble cohérent sur l’internement[1] et donne à voir l’intense activité développée par le collectif Menschen in Not (trad. « personnes en détresse »).
  • Le dernier ensemble, de f/7/15126 à f/7/15130 est le plus vaste et le moins cohérent. Il est constitué d’un ensemble de documents ayant trait à la publication du journal et à sa diffusion, mais aussi de documents dont on peut se demander la raison de leur présence dans ce fond. Ainsi, on trouve toute une collection de papiers administratifs nazis au nom de personnes juives ou bien encore des papiers personnels d’Alexander Stein Rubinstein.

Devant l’évident mélange des dossiers au sein des cartons, il a été décidé dans un premier temps de se concentrer sur les deux premiers, F/7/15123 et F/7/15124, soit la correspondance reçue et envoyée. La cohérence de ce premier ensemble ainsi que les clefs de compréhension qu’il peut offrir sur l’ensemble de l’activité du journal en font une porte d’entrée idéale pour en appréhender les archives. C’est donc par une analyse longue et minutieuse, pièce à pièce, de cette correspondance rédigée principalement en allemand, mais également en français et anglais, que le travail a commencé.

 Les résultats concrets de ce travail sont la réalisation de deux outils.

  •  Le premier est l’inventaire détaillé, correspondant par correspondant destiné aux usagers des Archives Nationales et qui sera à terme mis en ligne. Ce sont ainsi 529 correspondant(e)s qui ont été identifié(e)s.
  •  Le second outil est un tableur qui détaille pièce à pièce le contenu des correspondances et qui liste tous les acteurs relevés au fil des courriers impliqués dans l’aventure autour du journal. Ce dernier outil présente non seulement l’intérêt de préparer la numérisation à venir, mais aussi d’offrir une base de donnée essentielle aux chercheurs et chercheuses du projet.

Ces deux outils, rédigés en français, permettent en outre une approche facilitée du fonds aux personnes francophones ne maîtrisant pas ou peu l’allemand.

Au-delà de la mise en place de ces deux outils, ce premier travail a également permis de dégager de premiers résultats de recherche concrets. Il ressort notamment de cette première plongée dans les fonds que Die Zukunft s’avère être bien plus qu’un journal.

 

                                    

Premiers résultats de recherche, Die Zukunft : une organisation politique

Au fil des courriers reçus et envoyés, il apparaît très vite que cette initiative, dont les principaux acteurs sont Willi Münzenberg, Babette Gross, Werner Thormann, Arthur Koestler, Ludwig Marcuse et Louis Gibarti, ne se limite pas à la publication d’un journal, mais déploie une activité politique intense afin de créer une dynamique antihitlérienne et antistalinienne. Elle vient en aide aux exilés, notamment dans les camps d’internement français et fonde pour ce faire Menschen in Not. Elle met en place des cercles politiques au sein de l’exil allemand ainsi qu’autrichien, et surtout construit un réseau d’influence politique envers les personnalités politiques et intellectuelles influentes en Europe occidentale et aux USA. L’Union franco-allemande ou le Cercle d’amitié germano-danoise sont deux exemples de ces cercles politiques créés par et autour du journal. Cette activité politique ne se lit pas seulement dans les courriers concernant directement la mise sur pied de collectifs politiques mais également dans l’activité même de publication du journal.

Le premier élément remarquable réside dans le choix des contributeurs et contributrices pour le journal. Les auteur(e)s sont soigneusement choisi(e)s par la rédaction du journal, et ils le sont souvent plus en fonction de leur renommée que du strict intérêt de leurs écrits. Ainsi, quand Werner Thormann demande à Arnold Zweig de rentrer en contact avec Freud pour un obtenir de lui un article pour le premier numéro, il dit explicitement « il serait pour nous très important que le nom de Freud apparaisse dans le premier numéro, celui-ci devant avoir une portée de propagande»[2].

 La stratégie de lancement du journal où des personnalités connues sont très précisément ciblées et contactées atteste de cette volonté politique de viser les élites afin de créer une dynamique politique par le haut. Un premier cercle de contributeurs est ainsi contacté pour le premier numéro et sur cette base un deuxième est recruté. Les lettres adressées alors aux personnes sollicitées font abondement état des célébrités ayant déjà écrit pour le journal. Cela ne suffit pas toujours à les convaincre, notamment parmi les libéraux et conservateurs anglais parfois un peu réticents face à la présence de Willi Münzenberg et de son passé communiste au sein du journal. D’autres, comme François Mauriac, déclinent sans d’autre explication qu’un manque de temps. Mais globalement la réussite de l’entreprise est assez impressionnante au vu du nombre de signatures célèbres qui viennent s’imprimer sur les pages de Die Zukunft[3]. Autre signe de cette stratégie d’implication politique des élites, les refus opposés aux nombreux lecteurs enthousiastes mais anonymes qui envoient des contributions. À côté des célébrités, on note également la présence de rédacteurs réguliers venant du monde de la presse germanique et issus principalement des réseaux personnels des membres de la rédaction, principalement des communistes en rupture avec le parti communiste, des catholiques sociaux, des socialistes.

Ces choix rédactionnels posent la question de la nature de cette entreprise journalistique au prisme des questions politiques stratégiques. En effet, Die Zukunft n’est-il pas bien plus qu’un journal ? En d’autres termes ne s’agit-il pas plutôt d’une entreprise politique plus générale dont le journal ne serait qu’un support : la cible étant alors moins les lecteurs que les contributeurs. Certains hommes et femmes influents amenés à participer d’abord à écrire un simple soutien aux réfugiés, se trouvent ainsi pris dans une dynamique politique collective et voient leur nom associé à ce double front antistalinien et antihitlérien.

L'image provient du fonds (A.N. F/7/15124, Lettre à Gardner Jackson du Labor's non partisan League, USA, 10.06.39.), toute utilisation ou reproduction est soumis à l'autorisation des Archives Nationales.Les résultats d’un an et demi d’activité sont d’ailleurs assez impressionnants puisque qu’en plus des cercles tels que l’Union franco-allemande, se déploie un réseau d’influence envers les personnalités politiques de premier plan comme Churchill ou Morgenthau à qui sont envoyées régulièrement des rapports confidentiels sur la situation intérieure du IIIe Reich, la Lettre des neufs. Dans une lettre au syndicaliste américain Gardner Jackson, ce succès est d’ailleurs mis en avant : « aujourd’hui, en France, il y a un important cercle d’hommes d’état autour du Zukunft, organisés dans l’Union franco-allemande que nous avons créée. »[4].

Cette façon de faire de la politique, non pas en créant une organisation de masse, mais en visant les élites intellectuelles et politiques, s’explique par l’urgence de la situation et la volonté d’agir. Cependant, il est difficile de ne pas y reconnaître nettement le savoir-faire et la signature de Willi Münzenberg qui réédite là un savoir-faire mis en place au préalable au service du Kominterm.

Cette activité politique déployée vise un double but, d’une part créer une dynamique interne à l’exil allemand[5]mais aussi et plus largement au niveau occidental, constituer un front antihitlérien et antistalinien. On retrouve d’ailleurs dans les alliances passées, notamment avec les conservateurs anglais, la préfiguration de coalitions politiques qui se formeront durant la guerre. Ces deux cercles d’activité et d’influence se recoupent, mais présentent des visages différents. Le front intérieur à l’exil allemand est moins tourné vers les élites et présente un visage beaucoup plus radical, puisqu’il est composé également de personnes clairement révolutionnaires comme le correspondant du journal pour la Suède, G. Dallmann, alors que le front extérieur dont le but est d’impliquer les personnes au pouvoir s’avère, de fait, plus conservateur.

                                    

Proposition de reclassement du fonds : prendre en compte la diversité des activités

Ce dépouillement fin de la correspondance, a permis d’identifier précisément les principales activités de l’équipe du journal qui s’articulent autour de 4 pôles principaux

  •  La publication et la gestion du journal
  •  Les questions politiques internes à l’exil germanophone
  •  La construction d’un réseau d’influence visant à créer un large front antihitlérien et antistalinien
  •  Le soutien matériel entre exilés

C’est sur la base de ces quatre pôles qu’il a été possible de proposer un plan de reclassement permettant de bien rendre compte de ces différents centres d’action. Cela a permis par exemple de distinguer les documents politiques issus d’organisations mises en place par l’équipe du journal comme par exemple le « Deutsch-Dänischen Freundeskreis », de celles provenant de l’extérieur ou témoignant de l’activité de certains membres, ou encore de distinguer ce qui ressort de la documentation politique de ce qui est produit par l’équipe du journal.

Le résultat est un reclassement qui se déroule autour de 7 axes

  1.  Documents de la rédaction (correspondance),
  2.  Contributions pour le journal,
  3.  Diffusion et gestion du journal,
  4.  Autres publications,
  5.  Organisations et affaires politiques liées à Die Zukunft,
  6.  Documentation politique,
  7.  Camps d’internement et Menschen in Not

 

                                    

La limite des fonds et la provenance des fonds, une question centrale

Mais au-delà des questions intrinsèques au fonds, se sont posées deux problématiques principales : celle des limites du fonds et celle de leur provenance

La première à nous apparaître fut celle de la limite des fonds. En effet, la frontière entre le f/7/15130 et le carton suivant, le f/7/15131 n’est pas très claire. Tous deux présentent des documents ayant trait à Willi Münzenberg et au parti communiste allemand, le KPD. Ce n’est qu’après un examen minutieux avec l’aide de Christian Oppetit et de Bernhard Bayerlein qu’il a été possible de poser une césure claire. Il semble bien que le premier contienne des documents du KPD conservés par Willi Münzenberg, et que le second, à l’inverse, soit constitué de documents provenant du KPD dont certains concernent Willi Münzenberg et les éditions du carrefour. Willi Münzenberg ayant été au KPD jusqu’en mars 1939 et au comité central jusqu’à l’automne 1938, la présence de ces documents s’explique parfaitement dans les fonds de die Zukunft. Cependant, il sera nécessaire dans le cadre de la numérisation de prendre en compte les documents ayant trait à Willi Münzenberg présents dans le f/7/15131.

Au cours de cette exploration au-delà des limites du fonds de Die Zukunft, au sein de ceux du KPD, il a été établi qu’il s’agit très certainement de documents produits par le KPD en exil à paris. La présence de notes manuscrites à propos de questions stratégiques notamment sur la question du Volksfront (front populaire), appartenant très probablement à Franz Dahlem[6] font de cet ensemble, des archives particulièrement précieuses présentant un intérêt historique majeur et méritant de faire l’objet d’études ultérieures.

Plus largement la présence contiguë des fonds de Die Zukunft, du KPD et du consul de Tchécoslovaquie à paris Jean Opocensky, soit un ensemble allant de f/7/15123 a f/7/15141, et ayant trait à l’exil pose la question de l’origine de ces fonds.

Le classement au sein de la série f7 indique que ces archives ont été transmises par le ministère de l’intérieur aux archives nationales et qu’il s’agit de fonds de la police. Cependant, cela n’est en rien une preuve suffisante sur le fait que ces documents auraient été saisis par la police française. Cela est d’autant moins crédible, que l’équipe de Die Zukunft a créé des liens avec des dirigeants politiques français, et si une répression politique devait les frapper, cela aurait eu lieu à l’automne 1939. Or le journal continue de fonctionner jusqu’en mai 1940.

La découverte d’un rapport manuscrit de la police militaire secrète allemande, la geheimefeldpolizei, retrouve dans le f/7/15128 au milieu des papiers de Willi Münzenberg et date du 20 juin 1940 laisse au contraire penser que les fonds de Die Zukunft ont été saisis par la police allemande. Ce rapport concerne la perquisition du domicile de Dan Theodor, émigré russe social-démocrate, et la saisie de ses papiers. Cet homme n’a à notre connaissance, aucun lien avec Die Zukunft. Cependant, le fait que ce rapport se soit retrouve dans les documents de Willi Münzenberg laisse penser que les bureaux de Die Zukunft ont connu le même sort que l’appartement de Dan Theodor. La proximité d’entreposage des dossiers saisis serait l’explication de la présence de ce rapport au sein des documents de Die Zukunft. Afin d’explorer plus avant la question de l’origine de ce fonds, un travail de recherche documentaire au sein des archives des archives a permis de retracer la provenance de ces fonds versés en octobre 1952 par le Ministère de l’Intérieur aux Archives Nationales. L’existence de fonds de la Gestapo au sein du Ministère de l’Intérieur est ainsi attestée par de nombreux rapports. La police française aurait récupère en 1944 une partie des fonds laisses sur place par la police allemande. Cependant pour affirmer plus précisément la provenance exacte ainsi que le cheminement des archives du journal, une enquête plus approfondie notamment au sein du Bundesarchiv serait nécessaire. Un autre élément allant dans le sens de fonds émanant des services allemands provient du fait que les cartons qui suivent immédiatement, soit à partir de F/7/15142 sont eux notes comme étant du SD (Sicherheitdienst). Pour conclure sur ce point, si comme nous le pensons, ces fonds proviennent d’opérations de la police allemande, cela leur donne une toute autre portée historique puisqu’ils pourraient notamment éclairer d’une nouvelle lumière les questions de répression politique durant cette période.

                                    

En perspective : un fonds à explorer

Au-delà des aspects généraux présentés au-dessus, ce fonds de correspondance présente un intérêt sur de multiples points.

D’abord pour l’étude de cet organe de presse lui-même, puisqu’il est possible de remonter précisément la chronologie de son développement ; réseautage, voyages des membres de la rédaction et réseau des acteurs impliques. Il serait ainsi très intéressant de s’intéresser plus précisément aux activités développées par les correspondants dans les différents pays, Suède, Danemark et Royaume-Uni. Mais plus globalement, l’histoire de ce journal vient également interroger les champs de la communication politique, de l’histoire de la presse, donne un éclairage particulièrement impressionnant des tactiques politiques développées par l’équipe du journal.

En ce qui concerne l’étude de l’exil allemand, ces courriers offrent un éclairage important sur les questions politiques internes à l’exil tant au niveau organisationnel que programmatique notamment sur la question de ce que doit être l’ « autre Allemagne » et sur la question du « Sonderweg ». Ils permettent aussi de saisir ce que fut la quotidienneté de la vie des exiles qui se racontent parfois au détour d’une lettre : tracasseries administratives, difficultés économiques, déclassement social et parfois maladie sont au rendez-vous. On peut y voir aussi les dynamiques sociales internes qui s’y développent, l’agency des exiles mais aussi la reproduction d’une hiérarchie sociale. La domination nette des hommes d’un certain âge et les mécanismes de mise à l’écart des femmes et jeunes[7] y est manifeste, non sans entrainer parfois quelques protestations des interessé(e)s.

Il faut également signaler des courriers en provenance des camps d’internement, même si le plus gros de cette correspondance, se trouve plus loin dans les cartons concernant l’internement et Menschen in Not[8].

Enfin et plus largement, il s’agit de documents exceptionnels sur la vie politique européenne et la question des totalitarismes, qui permettent de retracer des filiations politiques transversales aux organisations politiques, d’éclairer certaines biographies. Il ne serait ainsi pas étonnant d’y retrouver des inédits de personnalités connues ou des textes de personnes moins célèbres, mais offrant un intérêt artistique ainsi que politique.

Ce premier coup de projecteur sur les fonds de Die Zukunft présents aux Archives Nationales, demande maintenant d’autres éclairages plus fins et plus détaillés afin de redonner toute son importance à ce que fut cette aventure politique. Le projet Die Zukunft va s’attacher à mettre en lumière le reste du fonds mais aussi à fédérer les chercheurs et chercheuses amenés à travailler le sujet.

 

RQ/ L‘image provient du fonds (A.N. F/7/15124,Lettre à Gardner Jackson du Labor’s non partisan League, USA, 10.06.39.), toute utilisation ou reproduction est soumise à l’autorisation des Archives Nationales.


[1] Suite à la guerre d’Espagne, lors des internements anticommunistes d’août 1939 ou encore lors des internements sur décision militaire de septembre 1939

[2] « Es wäre für uns sehr wichtig wenn in der ersten Nummer der Zeitung, die natürlich auch einen stark propagandistichen Wert haben muss, der Name Freud erscheint ». Courrier du 24 septembre 1939 A.N. F/7/15123

[3] Ces signatures sont d’ailleurs publiées par le journal, par exemple la page 12 du numéro du 10 mars 1939, qui en dresse la liste.

[4] «There is, to-day, in France an important circle of statesmen around the Zukunft , organised in the Union Franco-Allemande which we have created ». Lettre à Gardner Jackson du Labor’s non partisan League, USA, 10.06.39. A.N. F/7/15124

[5] Dans une lettre du 11.01.1938, Werner Thormann présente Die Zukunft à Emil Gross de la manière suivante « il s’agit à la fois d’essayer de créer une tribune européenne en allemand, mais aussi de rassembler les forces démocratiques de l’opposition allemande et autrichienne ».  A.N. F/7/15123

[6]L’identification a été faite par comparaison entre les notes manuscrites et la correspondance envoyée par Franz Dahlem à la rédaction de Die Zukunft.

[7] G. Treuhand, ancien dirigeant du groupe autrichien lors du congrès mondial de la jeunesse à Paris, actuellement en UK, propose ses services pour l’union franco-allemande, sa demande ne trouve aucun écho, mis à part qu’il sera tenu informé.

[8]Ces cartons sont cotés F/7/15125, mais comme un reclassement est actuellement en discussion, il se peut que cette cote soit amenée à être modifiée.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.