Mondes Ruraux par l’Image animée et le Son – Journée d’étude du 20 juin 2013, ISH Lyon

L’indexation des sources audiovisuelles – Expériences institutionnelles et pratiques scientifiques autour de films ruraux

 

Matinée 9 h 30 – 12 h 30 – Pratiques institutionnelles

• Cinémathèque de Bretagne – Jean François Delsault
• INA Centre Est  – Pascal Toublanc
• Centre National de Documentation Pédagogique – Dominique Armand

Après Midi – 14 h – 17 h 00 – Travaux pratiques d’indexation

La terre est leur problème, 1960  (Ina)
La terre à tout prix, 1973 (TPR)
– La maison du Vigneron, 1967 (CNDP)
– Renaissance agricole, 1953 (Ministère agriculture INA)
Autour du village, vers 1950 (Cinémathèque des pays de Savoie)

 

Compte-rendu

Le 20 juin 2013 s’est tenue à l’Institut des Sciences de l’Homme de Lyon une journée d’étude dans le cadre du projet Mondes Ruraux par l’Image Animée et le Son, porté par le Laboratoire d’Etudes Rurales et  co-financé par le réseau des MSH et l’Université Lyon 2. Après une première journée organisée en 2012 sur les archives audiovisuelles militantes, celle de juin 2013 souhaitait confronter les pratiques des institutions en matière d’indexation d’images animées et les attentes et les usages des chercheurs en sciences sociales.

La matinée a mis en évidence les enjeux et les difficultés de processus d’indexation, que les collections soient homogènes (CNDP) ou hétérogènes (INA) et l’importance des contraintes liés aux coûts de traitement analytique. La diversité des thesaurus et les différents niveaux d’indexation, quand les documents le permettent, sont encore complexifiés par la diversité des outils informatiques, pas toujours adaptés à la spécificité de l’image animée. Les discussions ont souligné les perspectives offertes par les recherches en cours sur l’indexation automatique ou l’indexation participative, ainsi que les projets existants d’analyse des corpus et d’élaboration d’instruments plus performants.

L’après-midi a été l’occasion de confronter le regard des documentalistes et des chercheurs en sciences sociales utilisateurs ou « fabriquants » d’images dans leurs travaux. Le visionnage d’un échantillon de films, de nature très différentes (magazine télévisé, film amateur, pédagogique, films « institutionnels » a notamment montré l’importance de la prise en compte séparée de l’image et du son, mais aussi des contraintes techniques de production et de montage. Il convient également de davantage définir les catégories utilisées dans les classifications.

Liste des participants : C. Alazard (MSH Dijon), D. Armand (CNDP), M. Cocaud (CERHIO, Rennes 2), J.-F. Delsault (Cinémathèque de Bretagne), C. Dury (ISH Lyon) , S. Guerin-Hamdi (ISH Lyon), G. Laferté (INRA, Dijon), E. Lynch (LER, Lyon2), B. Maurines (Centre Max Weber, Lyon2), N. Michaud (CITERES, Tours), S. Miguet (LIRIS, Lyon 2), F. Portet (LER, Lyon 2),   P. Toublanc (INA Centre-est).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.