En parlant, les archives orales

Retour sur un billet de Florence Descamps publié au début de cette année sur les carnets de la phonothèque. Elle fait part des dernières publications et dispositions concernant le statut juridique des archives orales.

 Les archives orales s’inscrivent dans le consortium ArcMC, qu’elles soient ou non nativement numériques, elles constituent l’une des déclinaisons des archives audiovisuelles présentes dans les archives des mondes contemporains. Terme polysémique, les archives orales regroupent aussi des pratiques différentes. La constitution de corpus oraux peut  en effet se  situer dans des projets institutionnels ou associatifs mais aussi relever de la pratique individuelle.

 Parmi les archives de la recherche et des chercheurs, les archives orales se  rencontrent de plus en plus fréquemment.  Dans les sciences humaines et sociales, l’archive orale peut tout aussi bien y être envisagée sous l’angle patrimonial du recueil de témoignage que par celui des entretiens ethnographiques, ou des corpus propres au domaine de la linguistique ou bien encore les enregistrements de colloques, conférences, journée d’études, une pratique de plus en plus répandue.

 A côté des matériaux générés à l’extérieur des institutions de recherche et exploités par les chercheurs, les  corpus de sons constitués dans le cadre de programmes et travaux de recherche se diversifient et se multiplient. Les possibilités offertes par l’enregistrement numérique viennent faciliter la prise du son et le travail effectué par la suite mais rend aussi plus délicat et plus complexe le travail de documentation et d’archivage de ces matériaux. Elle nécessite une rigueur méthodique face à laquelle les chercheurs ne sont pas forcément armés. En tentant d’instituer une « collaboration » entre les métiers de techniciens, d’archivistes et de chercheurs, certaines des initiatives entreprises au sein de la TGIR Huma-Num œuvrent dans le sens d’une prise en compte de l’archivage en amont du travail de recherche et plus seulement une fois le programme terminé.

 La communication de ces données n’est pas toujours évidente.  Déjà pour des questions de droits, comme le rappelle le billet de Florence Descamps, mais aussi parce que la pratique du partage voire de la mutualisation des données n’est pas évidente pour les chercheurs.  Cette approche stimulante est aussi exigeante. En montrant le travail en train de se faire et les matériaux bruts, elle vient questionner et révéler l’éthique du travail scientifique.

Voir aussi…

  • A l’usage du chercheur, de l’association et de l’institution : Florence Descamps, L’historien, l’archiviste et le magnétophone. De la constitution de la source orale à son exploitation, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2001, 864 p.
  •  Un compte rendu de lecture proposé sur Cinemadoc hébergé sur  la plateforme Culture visuelle : Rémy Besson, L’ingénierie des archives orales – Florence Descamps, 4 avril 2012 : http://culturevisuelle.org/cinemadoc/2012/04/04/lingenierie-des-archives-orales-florence-descamps/
  •  Plus spécifiquement à l’usage de l’archiviste : Les archives orales : bilan, enjeux et perspectives,  La Gazette des archives, n°211, 2008-3.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. L’ouvrage de Florence Descamps, L’historien, l’archiviste et le magnétophone. De la constitution de la source orale à son exploitation, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2001, 864 p. est accéssible en ligne sur le site de l’IGPDE/Comité pour l’histoire économique et financière de la France: http://books.openedition.org/igpde/104

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *