Archives par mot-clé : Mouvements sociaux et organisations ouvrières

Le printemps du Maitron – 22 mars 2017


Ni le titre, ni la date, ni le lieu n’ont été choisis au hasard pour célébrer une entreprise éditoriale et historienne hors du commun. Cette œuvre aussi monumentale que collective a été commencée, il y a plus de cinquante ans, en 1955 par Jean Maitron (1910-1987), pionnier de l’histoire ouvrière sociale en France, et poursuivie par Claude Pennetier, puis Claude Pennetier et Paul Boulland, pour la jeune génération d’historiens. Le Maitron, dictionnaire biographique du mouvement ouvrier et du mouvement social édité par les Éditions de l’Atelier (anciennement Éditions ouvrières) marquera l’aboutissement de son chantier 1789-1968.
170 000 biographies de militantes et de militants, autant de vies d’engagements qui ont fait l’histoire de 1789 à 1968, ont été publiées et sorties de l’ombre dans 79 volumes et productions, françaises et internationales et une base en ligne de 170 000 entrées. Chaque tome contenant les biographies de militants connus et inconnus qui ont marqué cette période 1789-1968.
Le printemps annonce la renaissance du grand œuvre du Maitron, son nouvel élan. Un an avant le 50e anniversaire de mai 1968, le 22 mars, qui marqua le début du mouvement de Mai-Juin, le Maitron invite chacun, le temps d’une après-midi et d’une soirée en compagnie de seize invités, historiennes et historiens de renom, à relier les vies, les gestes et les engagements passés à ceux du présent.
Cet événement anticipe sur les débats historiques et sociologiques qui vont prendre forme et force. En occupant le Grand Amphithéâtre de la Sorbonne, mis à disposition par le Recteur de Paris, l’ambition pédagogique et citoyenne du Maitron, à tous les niveaux de l’éducation, est ainsi soulignée. Le moment est venu de revisiter ce passé-présent.

Programme
- 13h 30. Accueil par Gilles Pécout, recteur de la région académique Ile-de-France et de l’Académie de Paris et Georges Haddad, président de l’Université Paris 1.
- 14h : Claude Pennetier, L’histoire intellectuelle de Jean Maitron et du Maitron
- 14h 30 : Pascale Goetschel, Hommes et femmes de théâtre dans le Maitron
- 15h : Charles Heimberg, La figure de James Guillaume et la question de l’émancipation par les savoirs
- 15h 30 : Bernard Pudal, Les paradoxes du projet communiste : l’émancipation dans le Souffle d’Octobre 1917
- 16h : Michelle Perrot, Un itinéraire d’historienne entre ouvriers, ouvrières, grèves… dans le sillage des entreprises éditoriales de Jean Maitron
- 16h 30 : André Burguière, Défense et illustration de la biographie : le Maitron
- 17h : Marion Fontaine, D’un siècle à l’autre : comment penser les mutations des vies militantes et ouvrières
- 17h 30 : Boris Gobille, Xavier Vigna et Paul Boulland : Les acteurs de 1968, animé par Emmanuel Laurentin (France Culture, la Fabrique de l’Histoire)
18 h 30 : Pause
- 19h30 – 22h : Dialogue avec Patrick Boucheron, Ivan Jablonka et Edwy Plenel, animé par Julie Clarini (Le Monde des Livres)

Lieux et dates:  Grand Amphithéâtre de la Sorbonne, le 22 mars de 14h à 22h

Pour assister à cette journée, merci de vous inscrire en envoyant vos Nom et Prénom par mail à l’adresse info@maitron.org

Pour plus d’informations cliquez ici

« Autour de Georges Haupt et de ses archives »: séminaire EUROSOC

Le consortium ARCMC soutient le séminaire organisé dans le cadre du projet EUROSOC: « Autour de Georges Haupt et de ses archives : le socialisme européen et l’Internationale ».

Université de Rouen Normandie, UFR Lettres Sciences Humaines. Bâtiment A
7 décembre 2016, 10h-18h, Salle A509

La bibliothèque de la Fondation Maison des Sciences de l’Homme (FMSH, Paris) vient de rendre public le fonds d’archives de l’historien Georges Haupt (1928-1978). Ce fonds comprend d’importantes ressources relatives à l’histoire du socialisme européen d’avant la Première Guerre mondiale, notamment sur l’Europe de l’Est et les Balkans. G. Haupt avait conservé une partie significative des archives de Camille Huysmans, homme politique belge qui fut secrétaire du Bureau socialiste international, l’organe de direction de l’Internationale socialiste au début du XXe siècle fondée en 1900. Cette nouvelle documentation permet d’approfondir notre connaissance de l’histoire du socialisme et des débats qui le traversent avant 1914. Cette journée entend faire le point sur des recherches récentes sur le sujet, inspirées par les méthodes d’études proposées par G. Haupt et par les renouveaux proposés par l’histoire transnationale.

Programme

Téléchargez le programme en pdf

  • 10h00-10h20 : Jean-Numa Ducange, MCF en Histoire contemporaine, coordinateur d’EUROSOC : État d’avancement du projet EUROSOC
  • 10h20-10h35 : Discussion

MÉTHODOLOGIE

  • 10h35-11h00 : Élisa Marcobelli, docteure, EHESS : Les socialistes français, italiens et allemands et la paix avant 1914
  • 11h00-11h15 : Discussion
  • 11h15-11h30 : Pause

ÉTUDES DE CAS (1)

  • 11h30-12h45 : Présidence Jean-Numa Ducange
    • Lucie Guesnier, docteure, Université de Paris 1 : Le cas du socialisme roumain
    • Alexandre Riou, master 2, Université de Rouen : Naissance et développement du socialisme tchèque
    • Frank-Olivier Chauvin, doctorant, Université de Rouen : Les socialistes ottomans et l’héritage révolutionnaire français
  • 12h45-13h00 Discussion

ÉTUDES DE CAS (2)

  • 14h30-15h20 : Présidence Michel Biard, directeur du GRHis
    • Pierre Alayrac, Master 2, ENS Paris : Le congrès de Londres (1896) : comprendre le déroulement d’un congrès socialiste
    • Andréa Benedetti, doctorant, Université de Strasbourg : Le Bureau socialiste international : nouvelle approche
  • 15h20-15h35 Discussion
  • 15h35 16h Pause

TABLE RONDE AUTOUR DES ARCHIVES DE GEORGES HAUPT

  • 16h00-17h20 Présidence : Serge Wolikow, Consortium mondes contemporains
  • Julien Pomart (Archiviste, FMSH), Maria Grazia Meriggi (Professeure, Université de Bergame), Michel Dreyfus (Directeur de recherches émérite, CNRS), Julien Hage (MCF, Université de Paris X-Nanterre)
  • 17h20-17h45 : Discussions et conclusions

L’instrument de recherche des archives de Georges Haupt est désormais en ligne sur le portail Nabû de la FMSH.

 

Le consortium ArcMC signale l’ouverture des archives de la Seconde Guerre mondiale

Partenaire du consortium ArcMC, les Archives nationales ont annoncé sur leur site l’ouverture complète des archives de la Seconde Guerre mondiale.  Pour plus d’informations cliquez ici.

Cette annonce rejoint les journées d’études organisées le 30 septembre et le 1er octobre 2015 aux Archives Nationales sur les archives de la répression de l’internement et de la déportation pendant la Seconde Guerre Mondiale. Le consortium Archives des Mondes Contemporains (ArcMC) de la TGIR Huma-Num, avait pris une part active dans l’organisation des journées et dans la réflexion générale. Jean Vigreux, professeur à l’université de Bourgogne et coordinateur de l’ANR Paprik@2F avait présenté les fruits du partenariat réalisé entre les Archives Nationales, institution patrimoniale, et l’équipe de recherche du projet ANR Paprik@2F (voir la vidéo ici). Serge Wolikow, coordinateur du consortium ArcMC avait pour sa part conclu sur les enjeux des humanités numériques pour ce type d’archives (voir la vidéo ici).

L’arrêté du 24 décembre 2015 portant ouverture d’archives relatives à la Seconde Guerre mondiale, publié au Journal officiel le 27 décembre, permet désormais la libre consultation, avant l’expiration des délais prévus à l’article L. 213-2 du code du patrimoine, d’un important corpus d’archives conservé aux Archives Nationales.

C’est l’occasion de mettre en valeur le travail réalisé par Christophe Bouvier pour le projet ANR Paprik@2F qui a bénéficié du soutien financier du Consortium ArcMC. Il a permis l’achèvement des instruments de recherche de la section spéciale de la cour d’appel de Paris et des archives de la direction de la Sûreté nationale relatives à la surveillance du parti communiste entre 1917 et 1947 (F/7 et fonds de Moscou).

L’année 2016 verra l’aboutissement final de ce projet d’archivage numérique de données importantes pour la recherche sur la Seconde Guerre mondiale et sur l’histoire du communisme français avec d’une part :

– la mise en ligne prévue de l’instrument de recherche des archives de la section spéciale de la cour d’appel de Paris dans la salle des inventaire virtuelle des Archives nationales et sur Pandor de la MSH de Dijon

– la mise en ligne d’un instrument de recherche sur la surveillance du parti communiste entre 1917 et 1947 par la direction de la Sûreté nationale (F/7 et fonds de Moscou) dans la salle des inventaire virtuelle des Archives nationales et sur Pandor de la MSH de Dijon

– la mise en ligne d’un corpus de documents numérisés (tracts, papillons, affiches, journaux,  etc.) inédits (non encore numérisés par d’autres institutions patrimoniales ex. MSH Dijon dans Pandor ou BnF dans Gallica)  portant sur la propagande du parti communiste entre 1917 et 1947 issus des archives de la section spéciale de la cour d’appel de Paris et de la direction de la Sûreté nationale (près de 5000 documents numérisés correspondant à près de 13900 vues).

Enfin, l’année 2016 sera aussi l’occasion pour le Consortium en collaboration avec plusieurs de ses partenaires et les Archives Nationales de réfléchir sur le développement d’un portail numérique dédié aux archives de la Seconde Guerre mondiale en France, portant sur divers aspects: répression, internement, fusillés,  déportation,  mais aussi résistance.

Bonne découverte,

ArcMC – JE- 30 sept./1er oct – Répression, internement, déportation pendant la Seconde Guerre mondiale. Nouveaux outils, nouveaux questionnements

Le 30 septembre et 1er octobre 21015 se déroulera sur le site des Archives Nationales à Pierrefitte-sur-Seine, deux journées consacré aux nouveaux outils et nouveaux questionnements des recherches sur la répression, internement, déportation, pendant la Seconde Guerre mondiale.

Durant ces deux journées , quatre tables rondes seront organisées :

  • La répression : renouveler les pratiques éditoriales en repensant les partenariats
  • L’internement : recenser les lieux et les faire vivre
  • La déportation : documenter des destins individuels au-delà des frontières et accompagner les familles
  • Le témoin : préserver sa parole et la garder vivante ».

Découvrir le programme détail: bouton-telecharger-pdf  ProgrammeJE30-1er-10-2015

Cette initiative, coorganisée par les Archives Nationales, la Fondation de la Mémoire de la Déportation et  la Fondation de la Résistance a été également soutenue dès l’origine par le consortium ArcMC qui s’est efforcé de prendre sa part dans l’élaboration et la mise en œuvre du projet autour duquel elle était construite. L’implication globale des Archives Nationales dans la transition numérique entre naturellement en convergence avec les préoccupations générales de la TGIR Huma-Num. et plus particulièrement du consortium Archives des Mondes Contemporains, Inventaires et Documents Numériques (ArcMC), avec lequel, les Archives Nationales sont associées  depuis la création de ce consortium en 2012.

La diffusion et l’extension du numérique entraînent un bouleversement des conditions de stockage, de traitement et d’accès à toute les données documentaires, aux archives notamment. Mais le numérique implique également de nouvelles manière d’envisager l’économie des systèmes documentaires en concevant des inventaires permettant l’accès direct à la documentation analysée (textuelle, audio ou visuelle) grâce à son traitement numérique et sa mise en ligne. La réalisation de ces instruments implique de façon étroite et durable une coopération entre chercheurs et archivistes.

La période de l’occupation, du régime de Vichy mais aussi de la résistance a, de longue date fait l’objet de difficultés particulières pour inventorier, analyser une documentation durablement marquée par le secret, une crise majeure des administrations publiques et de la société civile sans oublier la dimension mémorielle particulièrement forte suscitée tant par les actes répressifs, les actions de résistance mais aussi la relégation des victimes bien souvent dans l’anonymat.

Mais les enjeux tant archivistiques qu’historiques ont également depuis longtemps incité les archivistes et les historiens à une coopération qui s’est concrétisée par des inventaires, des expositions et des ouvrages historiques ; elle se prolonge aujourd’hui dans l’organisation de cette initiative, intégrant la dimension numérique des pratiques en cette année du 70e anniversaire de la fin de la Seconde Guerre Mondiale.