Archives par mot-clé : Mondes ruraux

ArcMC-Signale- Journée d’étude « Sources orales…. » 19/01/2015

Nous signalons  la journée d’étude organisée  sur le thème « Sources orales, sources sonores à l’âge du numérique. Du traitement des données à la valorisation des ressources »  organisée par le LARHA-IFé (Équipe du Pôle Images-sons-mémoires) et le Laboratoire d’Études Rurales (LER).

Parmi les organisateurs de cette journée on retrouve Édouard Lynch qui est aussi  responsable du pôle « Monde ruraux » du consortium « Archives des Mondes Contemporains » (ArcMC)

Les rencontres se dérouleront le 19 janvier 2015 0 l’institut français de l’Éducation, ENS, Lyon.

Plus d’informations : adobe-pdf-logo ProgrammeJE-19janvier2015

Présentation de la journée : Dans un paysage des humanités numériques en plein essor, la multiplication des outils techniques disponibles pour le traitement des données pose à la recherche en sciences humaines et sociales des questions de plus en plus complexes. Les logiciels permettant de traiter des bases de données conséquentes ouvrent des perspectives nouvelles à l’usage des sources orales et, plus généralement, sonores (témoignages filmés, enregistrements…), et à la recherche. Une fois archivées, les données sont à même de documenter des champs peu couverts par les sources conventionnelles. Elles contribuent à renouveler les problématiques et les approches. Les procédés techniques facilitent aussi bien l’archivage de ces données, leur constitution en sources, que leur traitement analytique et leur valorisation. Le foisonnement des propositions techniques, leur complexité d’utilisation peut toutefois plonger dans la perplexité et décourager plus d’un chercheur. Par ailleurs, les possibilités d’exploitation des données qu’elles offrent, mais aussi leurs limites influent sur les méthodes d’analyse, voire sur les choix de problématisation. Enfin, le recours au numérique et à des outils fondés sur le partage des données, le travail collaboratif et la diffusion n’est pas sans soulever des problèmes éthiques et juridiques. Cette journée aura pour objectif de réfléchir à la rencontre entre les sources orales et certains outils numériques développés ces dernières années. Les interventions tenteront de clarifier les possibilités et les perspectives ouvertes par des logiciels permettant le traitement des données. Seront abordées les questions de la captation des données, filmées ou enregistrées, de leur traitement, de l’indexation et du catalogage, de l’interopérabilité entre des systèmes de conservation des données. La réflexion portera sur les usages, principalement scientifiques et pédagogiques, sur la production et la valorisation des ressources. Elle englobera les questions éthiques et juridiques soulevées par le numérique. Les contributions porteront sur différents types de corpus et leurs auteurs pourront présenter des outils, des programmes et des réalisations concrètes.

Colloque 16-17 juin 2014 : « La caméra explore le champ »

Dans quelques jours, le 16 et 17 juin  se déroulera à Lyon (Institut des Sciences de l’Homme)  un colloque qui interroge les archives audiovisuelles dans les recherche sur les Mondes Ruraux.

Ce colloque est organisé dans le cadre du projet « Corpus des Mondes Ruraux par l’Image Animée et le Son » (RN-MSH, ISH de Lyon, Laboratoire d’Etudes Rurales), avec le soutien de l’Université Lyon 2 et du consortium Archives des Mondes Contemporains: 

Pour plus d’information :  Laboratoire d’études rurales : Colloque – La caméra explore le champ

Pré-programme-Caméra explore le champadobe-pdf-logo

Continuer la lecture de Colloque 16-17 juin 2014 : « La caméra explore le champ »

La Bourgogne viticole : quelle histoire et quel avenir ?

Un article préparé par Hervé Murit, archiviste recruté à la MSH de Dijon, chargé de l’élaboration et du suivi du questionnaire.

Au sein du Pôle « Mondes ruraux » du consortium ArcMC est entrain de se construire et s’étoffer un corpus « vigne et vin ».  Celui ci s’appuie sur des fonds déjà constitués  (Archives INAO et  Bulletins de l’OIV) traités en partie à la Maison des sciences de l’homme de Dijon. ( plus d’info sur les Bulletins de l’OIV en consultant le billet suivant : http://arcmc.hypotheses.org/753 )

Retour sur une initiative de recensement de fonds  :  La Bourgogne viticole : quelle histoire et quel avenir ?

Pour trouver réponse(s) à cette question, le programme Bourgogne(s) viticole(s), porté par la Maison des Sciences de l’Homme de Dijon a décidé d’établir un Guide des sources de la Vigne et du Vin en Bourgogne. Outil commun de recensement et de recherche substantiel pour un public diversifié qu’il soit chercheur, étudiant, professionnel, passionné et curieux, ce guide mettra en exergue un secteur caractéristique et incontournable de la région Bourgogne.

Souvenons-nous qu’en 1953, s’est déroulée l’exposition « Le Vin de France dans l’Histoire » dans les murs de l’hôtel de Soubise à Paris encore affecté aujourd’hui aux Archives nationales. Ce remarquable événement a donné lieu, sous l’impulsion de l’Institut national des appellations d’origine des vins et eaux de vie (INAO), à l’édition d’un catalogue présentant « une documentation écrite, extrêmement importante, relative à la culture de la vigne, à la préparation et au commerce du vin ».

Aujourd’hui, l’un des objectifs est de pouvoir développer un tel outil à l’échelle de la Bourgogne en utilisant les nouveaux moyens et médias technologiques à disposition.

Dans un premier temps, il était nécessaire de déterminer les acteurs, publics et/ou privés, susceptibles de posséder des documents d’archive liés à la vigne et au vin, de nos recherches nous avons pu dégager quatre catégories :

  1. Archives départementales et Archives municipales,
  2. Bibliothèques et musées,
  3. Communes viticoles dépourvues de services d’archives,
  4. Organismes professionnels publics et privés, personnes privées et associations.

Après cette distinctcapt3ion, des questionnaires  ont été établis selon les spécificités de chacune de ces catégories. Ainsi, pour exemple, les questionnaires destinés aux institutions spécialisées telles que les Archives départementales et municipales, bibliothèques et musées, sont assez détaillés, à l’inverse, les questionnaires destinés aux associations, organismes et/ou personnes privés sont plus dépouillés afin de les rendre plus accessible.

Deux types de support ont été privilégiés pour la diffusion du questionnaire, d’une part une version électronique sous forme de questionnaire en ligne (si besoin, une version numérique PDF ou DOC était envoyé au destinataire s’il rencontrait un problème quelconque avec le questionnaire en ligne). D’autre part, une version papier du questionnaire doublait, dans certains cas, la diffusion numérique, notamment pour les institutions les plus importantes mais pouvait aussi dans d’autres cas, pallier l’absence d’adresse mail.

Actuellement nous recueillons et recensons les différentes réponses en analysant sommairement les données récoltées. Parallèlement à cela, nous projetons des déplacements vers les organismes et/ou institutions qui désirent en savoir d’avantage sur notre démarche scientifique ou qui nous proposent de venir effectuer le recensement des documents dans leurs locaux.  Ces rencontres enrichissantes viennent compléter un travail qui ne peut être accompli uniquement via des échanges électroniques.

 

Appel à contributions : La caméra explore le champ Mondes ruraux contemporains, chercheurs et images animées

Il s’agit d’un appel à contributions en vue d’un colloque organisé par le Laboratoire d’Etudes Rurales avec le soutien de l’Université Lumière Lyon 2 et du Réseau national des MSH.

Il se tiendra à l’ Institut des Sciences de l’Homme de Lyon le 16-17 juin 2014.

Les enjeux soulevés par ce colloque rejoignent certaines des thématiques du consortium ArcMC . Il s’inscrit pleinement dans le Pôle Mondes Ruraux. Edouard Lynch , responsable de ce pôle, fait d’ailleurs partie du comité d’organisation de ce colloque, tout comme Gilles Laferté et le CERHIO eux aussi impliqués dans la vie du consortium.

Argumentaire :

« Les cameraproductions d’images animées n’ont cessé de croître depuis leur invention au début
du 20e siècle. D’abord limitée, en raison des coûts de fabrication, de diffusion et de contraintes 
techniques, leur utilisation va progressivement s’étendre dans tous les domaines de la société. Au cinéma qui domine la première moitié du XXe siècle succèdent ensuite la télévision, puis les
 télévisions, et toutes les ressources de la vidéo analogique et numérique diffusées par de
nouveaux supports qui ont transformé notre société en une société dite de l’image… »

[Télécharger l’intégralité de l’appel à contributions]

Quatre thématiques :



• Une première séquence sera consacrée à la présentation de différentes institutions, privées ou
 publiques engagées dans la collecte et la conservation de fonds en rapport avec le monde rural. 
Ce sera l’occasion de mettre en évidence la diversité des supports existants, issus de la télévision,
 du monde amateur ou de la production associative et privée. Les approches comparatives à 
l’échelle européenne seront particulièrement privilégiées.

• Une seconde séquence se penchera sur les difficultés spécifiques liées à la conservation et à 
l’exploitation des images animées, à la fois en amont, par les institutions dépositaires, mais aussi
 par les chercheurs. On pense en particulier à la question des procédures d’indexation, du droit
 des images, de leur propriété et de leur diffusion, ainsi que des outils d’analyses développés par
les documentalistes et les chercheurs.

• Un troisième volet abordera plus directement les usages scientifiques des images, en s’attachant 
aux dynamiques de production : comment l’ensemble des champs disciplinaires des sciences sociales ont fait et font de plus en plus de l’image animée non pas un simple collecteur de
données mais un support central d’écriture scientifique.

• Enfin, le quatrième et dernier temps sera consacré aux usages des images animées comme 
sources et matériaux de connaissance et d’exploration des sociétés contemporaines. Comment les
 chercheurs en sciences sociales utilisent et intègrent les images sans cesse plus nombreuses produites dès la fin du XIXe siècle puis de manière exponentielle après 1945 sur les sociétés 
rurales ? Quels types de fonds apparaissent les plus riches, quelles sont les échelles d’analyse les
 plus pertinentes et comment s’articulent-elles avec les autres ressources documentaires, écrites ou
 orales mobilisées par les chercheurs ?

Ce colloque s’inscrit dans une dynamique de recherche initiée depuis 2010 à partir d’un 
projet porté par l’Université Lumière Lyon 2 et le Laboratoire d’Etudes Rurales, Approches du
 Monde Rural par l’Image Animée (CMRIAS) projet pluridisciplinaire associant plusieurs équipes de Lyon2
 qui s’est ensuite élargi à d’autres partenaires, notamment à travers le réseau national des maisons 
des sciences de l’Homme et plus particulièrement les établissements de Dijon, Rennes et d’Aix en 
Provence ainsi qu’à d’autres chercheurs, historiens, géographes, sociologues et anthropologues.
 Deux journées d’études ont déjà permis d’engager des débats et d’amorcer des pistes de
recherche autour des films militants et des méthodes et des enjeux de l’indexation, avec des
 partenaires institutionnels investis dans la conservation et la validation de fonds audiovisuels : 
l’INA, les cinémathèques des Pays de Savoie et de l’Ain, de Bretagne, de Toulouse et le Centre
 national de Documentation Pédagogique.