Archives par mot-clé : journée d’études

Retour sur l’Atelier d’histoire numérique : Bucarest

Comme annoncé précédemment, l’équipe de la MSH de Dijon (Celine Alazard, Aurelia Vasile  et Serge Wolikow) soutenue par le consortium ArcMC a réalisé un déplacement à Bucarest dans le cadre de l’Atelier d’histoire numérique organisé par la Faculté d’Histoire de l’Université de Bucarest en collaboration avec le Centre Régional Francophone de Recherches Avancées en Sciences Sociales (CEREFREA).

Cette manifestation a été l’occasion de connaître les préoccupations méthodologiques et scientifique des collègues historiens et archivistes de Roumanie et Hongrie.

L’équipe dijonnaise a présenté d’une part, le rôle de la Maison des Sciences de l’Homme en l’occurrence celle de Dijon et du réseau des MSH et d’autre part, les méthodes de traitement des archives réalisées dans le cadre du projet Paprik@2F.

Le public a montré un intérêt particulier pour les recherches possibles dans les fonds de l’Internationale communiste (recherche dans les éléments descriptifs, en plein texte en dans les documents ocr-isé) et pour les aspects méthodologiques et techniques liés aux traitements de fonds : norme ISAD(G), outils de mise en ligne, langage de programmation (Java ; Tomcat).

Pour plus d’informations sur cet événement, consultez le site du consortium

Le consortium ArcMC de la TGIR Huma-Num signale la journée « Le genre de l’archive ? »

image 1Le consortium ArcMC de la TGIR Huma-Num signale la journée « Le genre de l’archive ? Constitution et transmission des mémoires militantes »

Quand?  11 février 2016, 9h-18 h
Où? Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne Centre Malher • amphithéâtre Dupuis 9 rue Malher 75 004

Les femmes ou les silences de l’histoire, tel était le titre d’un ouvrage de Michelle Perrot qui a été, on le sait, une de celles – et plus rarement de ceux – qui ont, en France, inventé l’histoire des femmes. Mais s’il y a silence de l’histoire n’y a-t-il pas aussi, trop souvent, silence des archives ? Qu’en est-il des « femmes en archives » ? Et quel est le rôle respectif des hommes et des femmes dans la constitution des fonds ? Donatrices ou légatrices, veuves parfois « abusives », dit-on, ne se sont-elles pas effacées au profit des hommes en veillant à leur mémoire alors que la pareille ne leur était pas rendue ? Et qui sont les hommes qui ont veillé à la mémoire des femmes, soeurs, mères ou compagnes ? Quel est le sort réservé aux couples militants ? Une femme construit-elle sa mémoire autrement qu’un homme ? Un homme construit-il la mémoire d’une femme autrement que celle d’un homme ?
Ces questions, qui ne sont évidemment pas atemporelles mais qu’il faudra poser en tenant compte de l’histoire des rapports de sexe, comme de l’histoire des professions d’archivistes et d’historien-ne-s irrigueront la journée genre de l’archive organisée le 11 février par le Centre d’histoire sociale du xxe siècle (CHS) et le Collectif des centres de documentation en histoire ouvrière et sociale (Codhos). Il s’agira d’un domaine bien particulier, celui de l’histoire du militantisme : militantisme ouvrier où l’émancipation a été longtemps symbolisée par une figure prolétarienne généralement virile ; mais aussi militantisme féministe, qui s’est préoccupé dès longtemps de mémoire – pensons à la bibliothèque Marguerite Durand, du nom de sa fondatrice ou à l’encyclopédie féministe d’Hélène Brion, ou encore à la récente création d’Archives du féminisme, sans parler de divers dictionnaires. On attend de cette journée d’études, non pas des réponses définitives aux questions posées, ce qui serait illusoire et présomptueux, mais bien plutôt une lecture des archives du social en termes de genre.

Programme: Archives femmes ProgrammePour télécharger le programme en format pdf cliquez ici

Contact: Françoise Blum : francoise.blum@univ-paris1.fr