Archives par mot-clé : humanités numériques

ArcMC signale – journée d’études sur les humanités numériques

Bonjour,

Suite à un arrêt temporaire un peu contraint,  le carnet du Consortium ArcMC reprend son activité, bonne rentrée!

Nous nous permettons pour débuter de signaler la journée scientifique proposée par l’IRIHS le 10 septembre prochain à l’Hôtel de Région à Rouen : « Les sciences humaines et sociales 2.0. Les humanités numériques à l’Université de Rouen ».

Jean-Numa Ducange (GRHis) , co-responsable du pôle thématique « Pensée Critique » et Alain Bertho ( MSH Paris Nord) co-responsable du Pôle  » Mouvements sociaux et organisations ouvrières » et du séminaire « Archives audiovisuelles et recherche » au sein du Consortium ArcMC interviendront à l’occasion de cette journée.

L’accès est libre mais il est conseillé de s’inscrire.

Pour découvrir le programme, télécharger le document suivant :bouton-telecharger-pdf programme SHS numériques 10 sept et pour  procéder au inscriptions et d’autres informations  se rendre à l’adresse suivante : https://leonumshs.univ-rouen.fr/jhn

L ’audiovisuel dans la recherche en SHS quelles spécificités, quelles difficultés?

Compte rendu de la séance 3 « archives audiovisuelles et recherche »  du Consortium Archives des Mondes Contemporains

proposé par Julie Demange

L’audiovisuel ne serait-il pas en voie de dissolution avec les humanités digitales, perdant sa spécificité avec notamment le developpement hypermédia ? La réponse des participants est unanime: Non, le langage de l’image animée ne perd pas de sa pertinence, même s’il est actuellement plus effacé par les supports tels qu’ils sont travaillés. Peu importe le support, l’audiovisuel universitaire est un langage capable de faire des sciences sociales.

L’archivage des données audiovisuelles est alors une question importante pour la fabrique et le savoir des sciences humaines et sociales (SHS).

Le séminaire a donné la parole à trois personnes confrontées dans leur parcours et leurs quotidiens à la question du traitement des archives audiovisuelles de la recherche en SHS. Les interventions ont donné lieu à des échanges nombreux et ont abouti à une proposition de travail d’ordre méthodologique à mettre en œuvre au sein du consortium.

1ère intervention: Le devenir du CERIMES, et les nouvelles perspectives pour Canal U (Françoise Thibault) 

En décembre 2014, le Cerimes (Centre de ressources et d’information sur les multimédias pour l’enseignement supérieur) contraint de cesser son activité, a été intégré aux activités numériques du Ministère de l’éducation nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche.

Après des discussions et des dépôts de candidature, c’est la Fondation Maison des Sciences de l’Homme de Paris (FMSH) – possédant déjà un corpus d’archives audiovisuelles dédié à l’enseignement et la recherche, qui a été choisi pour prendre en charge de Canal-U, BibNum et du fonds documentaire du Cerimes. Avec l’ajout de Canal U, la FMSH souhaite ainsi devenir une des grandes structures d’accueil des projets audiovisuels scientifiques, favoriser une diffusion libre et accessible au public de l’enseignement et la recherche et inciter ce public à s’approprier les outils de publications de données audiovisuelles.

Dans ce cadre, Canal U né de l’initiative de l’Université de tous les savoirs (UTLS) est amené à évoluer.  L’idée n’est pas de former une plateforme unique. C’est de toute façon très difficile du fait des problèmes d’indexation, mais de permettre à ce qui veulent déposer un produit audiovisuel de le faire et d’être assuré d’avoir derrière un espace de publication qui se charge aussi de leur archivage pérenne qui est très couteux.

Françoise Thibault retraçant l’évolution du devenir de CANAL U a posé des questions de portée plus générale qui ont nourri les échanges de cette séance de séminaire.

  • Comment assurer plus fortement le lien entre audiovisuel enseignement et recherche?

Une première réponse se trouve dans une nécessaire collaboration d’acteurs, à différentes échelles de la production du savoir. Il y a à la FMSH un travail engagé depuis quelques années entre plusieurs acteurs de l’audiovisuel scientifique (CERIMES, la FMSH, le Centre pour la Communication Scientifique Directe CCSD – à l’initiative de HAL) pour faire dialoguer ces objets, mais aussi développer des outils pour la circulation de ces contenus. (Voir plus loin, l’intervention de Peter Stockinger).

  • Quid des archives audiovisuelles et libres accès ?

Comment envisager les choses en matière de multidiffusion, pour ceux qui travaillent avec du contenu audiovisuel ? Quels types de liens entretenir avec le libre accès ? Comment travailler et faire jouer l’exception pédagogique pour la libre communication de données audiovisuelles de la recherche et supports à la recherche ?

  • Les audiovisualistes : une communauté mal définie ?

Françoise Thibault s’est présentée comme une audiovisualiste, mais que recouvre aujourd’hui ce mot, est-ce un corps de métier, une démarche, une communauté?

Actuellement, les audiovisualistes semblent être très pris par l’audiovisuel pédagogique et connaissent un regain d’activités avec le développement des Moocs. Les Moocs représentent un audiovisuel nouveau qui occupe de plus en plus de place dans l’univers audiovisuel de la recherche. On peut néanmoins se poser la question de leur pertinence : Tous les enseignements ont-ils besoin d’être filmés? N’y-a-t-il pas un danger qui laisse à penser que l’image est transparente ? Le cours est une interaction particulière et un dispositif particulier, est-il alors possible de le restituer par une vidéo mise en ligne ?

Dans un contexte de plus en plus médiatisé, il est important de produire des images qui desservent la gouvernance. La communication devient un autre domaine sollicitant de manière croissante les audiovisualistes de l’enseignement et de la recherche.

Ces réseaux d’audiovisualistes ne côtoient pas vraiment le réseau de scientifiques qui utilisent des films comme langage et outils de leur recherche.

L’un des objectifs de CANAL U était d’essayer de surmonter cette difficulté, en favorisant la rencontre entre ces différents acteurs, mais cela ne s’est pas fait. Comment donc réussir aujourd’hui à donner corps à un réseau audiovisualiste qui ne soit pas cloisonné ? Une question ouverte à l’ensemble de la communauté scientifique et qui reste aujourd’hui d’actualité.

Continuer la lecture de L ’audiovisuel dans la recherche en SHS quelles spécificités, quelles difficultés?