Archives par mot-clé : Archives Nationales

ArcMC – JE- 30 sept./1er oct – Répression, internement, déportation pendant la Seconde Guerre mondiale. Nouveaux outils, nouveaux questionnements

Le 30 septembre et 1er octobre 21015 se déroulera sur le site des Archives Nationales à Pierrefitte-sur-Seine, deux journées consacré aux nouveaux outils et nouveaux questionnements des recherches sur la répression, internement, déportation, pendant la Seconde Guerre mondiale.

Durant ces deux journées , quatre tables rondes seront organisées :

  • La répression : renouveler les pratiques éditoriales en repensant les partenariats
  • L’internement : recenser les lieux et les faire vivre
  • La déportation : documenter des destins individuels au-delà des frontières et accompagner les familles
  • Le témoin : préserver sa parole et la garder vivante ».

Découvrir le programme détail: bouton-telecharger-pdf  ProgrammeJE30-1er-10-2015

Cette initiative, coorganisée par les Archives Nationales, la Fondation de la Mémoire de la Déportation et  la Fondation de la Résistance a été également soutenue dès l’origine par le consortium ArcMC qui s’est efforcé de prendre sa part dans l’élaboration et la mise en œuvre du projet autour duquel elle était construite. L’implication globale des Archives Nationales dans la transition numérique entre naturellement en convergence avec les préoccupations générales de la TGIR Huma-Num. et plus particulièrement du consortium Archives des Mondes Contemporains, Inventaires et Documents Numériques (ArcMC), avec lequel, les Archives Nationales sont associées  depuis la création de ce consortium en 2012.

La diffusion et l’extension du numérique entraînent un bouleversement des conditions de stockage, de traitement et d’accès à toute les données documentaires, aux archives notamment. Mais le numérique implique également de nouvelles manière d’envisager l’économie des systèmes documentaires en concevant des inventaires permettant l’accès direct à la documentation analysée (textuelle, audio ou visuelle) grâce à son traitement numérique et sa mise en ligne. La réalisation de ces instruments implique de façon étroite et durable une coopération entre chercheurs et archivistes.

La période de l’occupation, du régime de Vichy mais aussi de la résistance a, de longue date fait l’objet de difficultés particulières pour inventorier, analyser une documentation durablement marquée par le secret, une crise majeure des administrations publiques et de la société civile sans oublier la dimension mémorielle particulièrement forte suscitée tant par les actes répressifs, les actions de résistance mais aussi la relégation des victimes bien souvent dans l’anonymat.

Mais les enjeux tant archivistiques qu’historiques ont également depuis longtemps incité les archivistes et les historiens à une coopération qui s’est concrétisée par des inventaires, des expositions et des ouvrages historiques ; elle se prolonge aujourd’hui dans l’organisation de cette initiative, intégrant la dimension numérique des pratiques en cette année du 70e anniversaire de la fin de la Seconde Guerre Mondiale.