Archives par mot-clé : Archives de la recherche et des chercheurs

Colloque « Enquêtes collectives en Sciences Sociales » du 25 au 27 juin 2014

Qui ?   Le CESAER et la Maison des Sciences de l’homme (MSH) de Dijon

Thème ?  Les enquêtes collectives en sciences sociales 

Où  ?  Maison des Sciences de l’Homme (MSH) à Dijon.

Quand ? Il se déroulera les 25, 26 & 27 juin 2014

« Si le rInscriptions_inra_article_listitemedéploiement des enquêtes collectives est inséparable de l’évolution du contexte institutionnel et financier de la recherche dans les dernières décennies, ce colloque vise d’abord à réunir des retours d’expériences contemporaines et des travaux d’histoire des sciences sociales relatifs aux enquêtes collectives. Il s’agit de cerner les évolutions épistémologiques et scientifiques qui se font jour dans les pratiques collectives de la recherche. »  (pour en savoir plus….)

Trois axes sont privilégiés :

  • L’histoire des enquêtes collectives
  • Les enquêtes collectives contemporaines
  • Revisite, archivage et mutualisation des données

Ce colloque s’adresse  à l’ensemble des chercheurs en sciences humaines et sociales. Il rejoint les enjeux du pôle « Archive de la recherche et des chercheurs » du Consortium Archives des Mondes Contemporains. Le consortium participera d’ailleurs à ces journées et notamment à une table ronde de la journée du vendredi.

 Télécharger le programme :adobe-pdf-logo  programme

Source image : © INRA 2013

En parlant, les archives orales

Retour sur un billet de Florence Descamps publié au début de cette année sur les carnets de la phonothèque. Elle fait part des dernières publications et dispositions concernant le statut juridique des archives orales.

 Les archives orales s’inscrivent dans le consortium ArcMC, qu’elles soient ou non nativement numériques, elles constituent l’une des déclinaisons des archives audiovisuelles présentes dans les archives des mondes contemporains. Terme polysémique, les archives orales regroupent aussi des pratiques différentes. La constitution de corpus oraux peut  en effet se  situer dans des projets institutionnels ou associatifs mais aussi relever de la pratique individuelle.

 Parmi les archives de la recherche et des chercheurs, les archives orales se  rencontrent de plus en plus fréquemment.  Dans les sciences humaines et sociales, l’archive orale peut tout aussi bien y être envisagée sous l’angle patrimonial du recueil de témoignage que par celui des entretiens ethnographiques, ou des corpus propres au domaine de la linguistique ou bien encore les enregistrements de colloques, conférences, journée d’études, une pratique de plus en plus répandue.

 A côté des matériaux générés à l’extérieur des institutions de recherche et exploités par les chercheurs, les  corpus de sons constitués dans le cadre de programmes et travaux de recherche se diversifient et se multiplient. Les possibilités offertes par l’enregistrement numérique viennent faciliter la prise du son et le travail effectué par la suite mais rend aussi plus délicat et plus complexe le travail de documentation et d’archivage de ces matériaux. Elle nécessite une rigueur méthodique face à laquelle les chercheurs ne sont pas forcément armés. En tentant d’instituer une « collaboration » entre les métiers de techniciens, d’archivistes et de chercheurs, certaines des initiatives entreprises au sein de la TGIR Huma-Num œuvrent dans le sens d’une prise en compte de l’archivage en amont du travail de recherche et plus seulement une fois le programme terminé.

 La communication de ces données n’est pas toujours évidente.  Déjà pour des questions de droits, comme le rappelle le billet de Florence Descamps, mais aussi parce que la pratique du partage voire de la mutualisation des données n’est pas évidente pour les chercheurs.  Cette approche stimulante est aussi exigeante. En montrant le travail en train de se faire et les matériaux bruts, elle vient questionner et révéler l’éthique du travail scientifique.

Voir aussi…

  • A l’usage du chercheur, de l’association et de l’institution : Florence Descamps, L’historien, l’archiviste et le magnétophone. De la constitution de la source orale à son exploitation, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2001, 864 p.
  •  Un compte rendu de lecture proposé sur Cinemadoc hébergé sur  la plateforme Culture visuelle : Rémy Besson, L’ingénierie des archives orales – Florence Descamps, 4 avril 2012 : http://culturevisuelle.org/cinemadoc/2012/04/04/lingenierie-des-archives-orales-florence-descamps/
  •  Plus spécifiquement à l’usage de l’archiviste : Les archives orales : bilan, enjeux et perspectives,  La Gazette des archives, n°211, 2008-3.

Recherches et archives des mondes contemporains à l’épreuve du numérique.

  • La TGIR logohumanum-web-petit-rvbHuma-Num a développé son propre carnet hypothèses qui relaie les principales actualités de ses activités : http://humanum.hypotheses.org/. Organisé en trois thématiques (Consortiums, Dossier Thématique et Isidore), ce carnet peut permettre à l’ensemble des acteurs et en particulier les consortiums de la TGIR d’entrer en contact et de mieux se connaitre.
  • Serge Wolikow en tant que coordinateur scientifique du Consortium ArcMC , a récemment contribué au carnet de la TGIR Humanités Numérique avec un petit dossier  posant la question de l’articulation entre la pratiques des chercheurs, les usages des outils et des données numériques, leurs exploitations et leur préservation.
  • Pour consulter l’article sur le carnet de la TGIR des humanités numériques suivre le lien suivant : Recherches et archives des mondes contemporains à l’épreuve du numérique.

Nous proposons de le relayer sur notre carnet:

Plan

  1. Introduction
  2. L’impact des pratiques numériques
  3. Production des archives audiovisuelles et conduite des recherches
  4. Les frontières disciplinaires à l’épreuve

Recherches et archives des mondes contemporains à l’épreuve du numérique.

Les réflexions qui ont conduit à la création du consortium ArcMC puis l’expérience de sa première année d’activité nourrissent le texte ci-dessous.

Pour situer le cadre de référence des propos qui suivent, rappelons que le consortium ArcMC a pour objet la mise en œuvre d’une démarche collective et collaborative, visant à répondre/à s’adapter aux changements soulevés par le passage au numérique, notamment pour les archives et la documentation de la période contemporaine (XIXe-XXIe siècle). A ce titre, le consortium s’attache à toute la chaîne de production numérique : numérisation de document papier, traitement de documents hétérogènes nativement numériques (texte, images, vidéos), et à la constitution de corpus numériques inédits (inventaires, collections de documents en ligne, etc.).

Six pôles thématiques structurent le consortium indépendamment de l’implication disciplinaire des chercheurs associés. C’est dans ce cadre que les pratiques numériques mobilisées affectent l’activité scientifique de ceux-ci. C’est ce que nous envisagerons en premier lieu avant d’examiner les répercussions sur les disciplines impliquées et quelques modalités nouvelles de développement des connaissances dans le cadre des pôles thématiques.

Continuer la lecture de Recherches et archives des mondes contemporains à l’épreuve du numérique.

Présentation de trois fonds de chercheurs traités à la MSH de Dijon

Historique de conservation

 Dans le cadre du Centre Marcel Maget, en collaboration avec l’équipe du Centre d’Economie et de Sociologie appliquées à l’Agriculture et aux Espaces Ruraux CESAER, la Maison des Sciences de l’Homme de Dijon conserve des archives de trois chercheurs qui se sont intéressés aux  mutations  et recompositions des mondes ruraux : Henri Mendras, Marcel Jollivet et Hugues Lamarche.

 Ces trois fonds proviennent de l’initiative de Marcel Jollivet, chercheur émérite au LADYSS de Nanterre, qui  a choisi, en 2009 de confier ces fonds d’archives  à la MSH de Dijon.

 Le  Laboratoire Dynamiques sociales et recomposition des espaces (LADYSS) a été créé en janvier 1997. Il est née de la fusion de quatre groupes de Chercheurs appartenant à différentes disciplines de sciences humaines et sociales  et en particulier pour la sociologie le Groupe de recherches sur les mutations des sociétés européennes (GRMSE).

indexPour plus de renseignements sur le LADYSS , un article d’Hugues Lamarche  à cette adresse : http://www.rechercheisidore.fr/search/resource/?uri=10670/1.mxwdrd

La conservation et le traitement ont été réalisés par la  Maison de Science de l’Homme de Dijon. Ces fonds ont  fait l’objet d’un traitement archivistique, d’une première indexation et l’instrument de recherche a été encodé sous le format DTD EAD 2002. et  sont consultables sur PANDOR.

Continuer la lecture de Présentation de trois fonds de chercheurs traités à la MSH de Dijon