Archives par mot-clé : archives

« Autour de Georges Haupt et de ses archives »: séminaire EUROSOC

Le consortium ARCMC soutient le séminaire organisé dans le cadre du projet EUROSOC: « Autour de Georges Haupt et de ses archives : le socialisme européen et l’Internationale ».

Université de Rouen Normandie, UFR Lettres Sciences Humaines. Bâtiment A
7 décembre 2016, 10h-18h, Salle A509

La bibliothèque de la Fondation Maison des Sciences de l’Homme (FMSH, Paris) vient de rendre public le fonds d’archives de l’historien Georges Haupt (1928-1978). Ce fonds comprend d’importantes ressources relatives à l’histoire du socialisme européen d’avant la Première Guerre mondiale, notamment sur l’Europe de l’Est et les Balkans. G. Haupt avait conservé une partie significative des archives de Camille Huysmans, homme politique belge qui fut secrétaire du Bureau socialiste international, l’organe de direction de l’Internationale socialiste au début du XXe siècle fondée en 1900. Cette nouvelle documentation permet d’approfondir notre connaissance de l’histoire du socialisme et des débats qui le traversent avant 1914. Cette journée entend faire le point sur des recherches récentes sur le sujet, inspirées par les méthodes d’études proposées par G. Haupt et par les renouveaux proposés par l’histoire transnationale.

Programme

Téléchargez le programme en pdf

  • 10h00-10h20 : Jean-Numa Ducange, MCF en Histoire contemporaine, coordinateur d’EUROSOC : État d’avancement du projet EUROSOC
  • 10h20-10h35 : Discussion

MÉTHODOLOGIE

  • 10h35-11h00 : Élisa Marcobelli, docteure, EHESS : Les socialistes français, italiens et allemands et la paix avant 1914
  • 11h00-11h15 : Discussion
  • 11h15-11h30 : Pause

ÉTUDES DE CAS (1)

  • 11h30-12h45 : Présidence Jean-Numa Ducange
    • Lucie Guesnier, docteure, Université de Paris 1 : Le cas du socialisme roumain
    • Alexandre Riou, master 2, Université de Rouen : Naissance et développement du socialisme tchèque
    • Frank-Olivier Chauvin, doctorant, Université de Rouen : Les socialistes ottomans et l’héritage révolutionnaire français
  • 12h45-13h00 Discussion

ÉTUDES DE CAS (2)

  • 14h30-15h20 : Présidence Michel Biard, directeur du GRHis
    • Pierre Alayrac, Master 2, ENS Paris : Le congrès de Londres (1896) : comprendre le déroulement d’un congrès socialiste
    • Andréa Benedetti, doctorant, Université de Strasbourg : Le Bureau socialiste international : nouvelle approche
  • 15h20-15h35 Discussion
  • 15h35 16h Pause

TABLE RONDE AUTOUR DES ARCHIVES DE GEORGES HAUPT

  • 16h00-17h20 Présidence : Serge Wolikow, Consortium mondes contemporains
  • Julien Pomart (Archiviste, FMSH), Maria Grazia Meriggi (Professeure, Université de Bergame), Michel Dreyfus (Directeur de recherches émérite, CNRS), Julien Hage (MCF, Université de Paris X-Nanterre)
  • 17h20-17h45 : Discussions et conclusions

L’instrument de recherche des archives de Georges Haupt est désormais en ligne sur le portail Nabû de la FMSH.

 

Le consortium ArcMC de la TGIR Huma-Num signale la journée « Le genre de l’archive ? »

image 1Le consortium ArcMC de la TGIR Huma-Num signale la journée « Le genre de l’archive ? Constitution et transmission des mémoires militantes »

Quand?  11 février 2016, 9h-18 h
Où? Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne Centre Malher • amphithéâtre Dupuis 9 rue Malher 75 004

Les femmes ou les silences de l’histoire, tel était le titre d’un ouvrage de Michelle Perrot qui a été, on le sait, une de celles – et plus rarement de ceux – qui ont, en France, inventé l’histoire des femmes. Mais s’il y a silence de l’histoire n’y a-t-il pas aussi, trop souvent, silence des archives ? Qu’en est-il des « femmes en archives » ? Et quel est le rôle respectif des hommes et des femmes dans la constitution des fonds ? Donatrices ou légatrices, veuves parfois « abusives », dit-on, ne se sont-elles pas effacées au profit des hommes en veillant à leur mémoire alors que la pareille ne leur était pas rendue ? Et qui sont les hommes qui ont veillé à la mémoire des femmes, soeurs, mères ou compagnes ? Quel est le sort réservé aux couples militants ? Une femme construit-elle sa mémoire autrement qu’un homme ? Un homme construit-il la mémoire d’une femme autrement que celle d’un homme ?
Ces questions, qui ne sont évidemment pas atemporelles mais qu’il faudra poser en tenant compte de l’histoire des rapports de sexe, comme de l’histoire des professions d’archivistes et d’historien-ne-s irrigueront la journée genre de l’archive organisée le 11 février par le Centre d’histoire sociale du xxe siècle (CHS) et le Collectif des centres de documentation en histoire ouvrière et sociale (Codhos). Il s’agira d’un domaine bien particulier, celui de l’histoire du militantisme : militantisme ouvrier où l’émancipation a été longtemps symbolisée par une figure prolétarienne généralement virile ; mais aussi militantisme féministe, qui s’est préoccupé dès longtemps de mémoire – pensons à la bibliothèque Marguerite Durand, du nom de sa fondatrice ou à l’encyclopédie féministe d’Hélène Brion, ou encore à la récente création d’Archives du féminisme, sans parler de divers dictionnaires. On attend de cette journée d’études, non pas des réponses définitives aux questions posées, ce qui serait illusoire et présomptueux, mais bien plutôt une lecture des archives du social en termes de genre.

Programme: Archives femmes ProgrammePour télécharger le programme en format pdf cliquez ici

Contact: Françoise Blum : francoise.blum@univ-paris1.fr

Journée d’étude en ligne: « Répression, internement, déportation pendant la Seconde Guerre mondiale. Nouveaux outils, nouveaux questionnements »

Fruit d’une réflexion commune avec le Consortium Archives des mondes contemporains (TGIR Huma-Num), la Fondation pour la Mémoire de la Déportation, la Fondation de la Résistance et les Archives départementales de Meurthe-et-Moselle, les journées d’étude Répression, internement, déportation pendant la Seconde Guerre mondiale. Nouveaux outils, nouveaux questionnements du 30 septembre au 1er octobre 2015, ont proposé de mettre l’accent sur les nouveaux outils documentaires et numériques, les renouvellements historiographiques, les partenariats mis en œuvre et la variété des publics visés, entre chercheurs, grand public, familles et public scolaire.
Organisées sous forme de tables rondes, elles ont fait également une place aux médiations nécessaires à l’heure de la disparition des derniers témoins et ont permis un dialogue vivant entre institutions patrimoniales, universités, historiens et monde associatif.
Aujourd’hui, les interventions de ces journées d’études se retrouvent en ligne sur la plateforme audio-visuelle des Archives nationales, consultable ici.
Bon visionnement!