Projet « Archives filmées Canson »

Producteur

BernarCMWd GANNE, sociologue du travail et de l’entreprise, Diecteur de recherche émérite CNRS, Centre Max Weber, ISH Lyon.

Caractéristique du projet

Depuis le milieu des années 80 jusqu’en 2005, une équipe de recherche de sociologues du travail et de l’entreprise du Glysi-CNRS (devenu aujourd’hui Centre Max Weber) a filmé de l’intérieur de l’entreprise le travail dans les Papeteries Canson et Montgolfier d’Annonay en Ardèche. Le but était d’observer sur le tas et de comprendre les transformations qui s’opéraient dans les formes d’organisation des entreprises.

Cette recherche a permis de suivre les métamorphoses de cette ancienne entreprise papetière, passée du stade d’entreprise familiale très enracinée localement, à une forme d’organisation plus large marquée par le management participatif, avant de se mondialiser et d’aller en 1997 s’implanter en Chine. Tout un itinéraire, suivi de l’intérieur même des ateliers et des bureaux, et balisant l’espace compris entre la fin des dites « 30 glorieuses » et les débuts de la phase actuelle de mondialisation.

Le corpus est constitué d’observations filmée effectuées au cours de ces 25 ou 30 années avec les moyens de captations institutionnels, puis professionnels, disponibles à chacune de ces époques.

Toutes ces bandes ont été conservées. Elles constituent un ensemble de 200 à 250 heures de rushes dans les divers formats vidéos de chaque époque (formats analogiques entre 1985 et 1996,  puis format numérique à partir de 1997).

Ce corpus filmé est également accompagné de tout le corpus papier de traitement de ces données : répertoires des tournages, datations, documents de classements, books d’images, dossiers de décryptages, prises de notes diverses au tournage, montage etc.

Perspective

Le projet d’archiver et de valoriser ces données obéit à une triple perspective :

  1.  Sur le fond, il s’agit de sauvegarder ce patrimoine filmé qui se bonifie avec le temps, prenant de la valeur tant en ce qui concerne l’histoire même de cette entreprise que – de façon plus large – comme témoignage des mutations industrielles des 30 dernières années.
  2.  L’opération de numérisation et d’archivage de ces rushes vise par ailleurs à rendre accessibles ces données filmées pour de nouveaux travaux ou recherches (tant historiques, sociologiques, sociales…  que documentaires)
  3.  A partir, enfin, de cette opération relativement bien circonscrite, l’objectif est de réaliser là une opération-pilote concernant les problèmes et les méthodes à mettre en œuvre pour la conservation de corpus d’observations filmées en sciences sociales, et sa mise à disposition à des publics plus larges.

L’année 2014 pourrait être consacrée à l’inventaire de l’existant et à la mise en œuvre d’une série de tests d’indexation en fonction des divers types de source, afin de permettre de bien cerner les divers problèmes. L’étape même de sauvegarde / conversion pourrait alors s’effectuer en 2015.