Projet Die Zukunft

 

efffffffffffffffffffffffffff

L’hebdomadaire « Die Zukunft », « Organe de l’Union franco-allemande », 1938-1940.

ffffffffffffffffffffffff

Mise en valeur du fonds des archives de la rédaction, numérisation, étude critique, construction d’un portail web.

ffffffffffffffffffffffffffffff

fProjet de recherche intégré et pluridisciplinaire franco-­allemand

 

ffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffff

Exposé des motifs

Le projet est né de la « redécouverte », aux Archives Nationales, à Paris, du fonds rédactionnel de la revue hebdomadaire « Die Zukunft », « Ein neues Deutschland: Ein neues Europa!, Organ der Deutsch-Französischen Union » (Journal Antihitlérien) édité à Paris par Willi Münzenberg, et dont les rédacteurs en chef furent, Arthur Koestler, Hans Siemsen, Werner Thormann. D’octobre 1938 à mai 1940, 81 numéros parurent. Autour de cet hebdomadaire se constitua, à la veille de la seconde guerre mondiale, un réseau de militants français et d’exilés allemands et européens opposés au nazisme. Son caractère de tribune oppositionnelle politico-­culturelle franco-­allemande, d’opposition à la fois au nazisme et au stalinisme, incite tout particulièrement à faire du « Zukunft » l’objet d’une étude historique approfondie, à frais nouveaux.

Le projet se développera suivant trois axes, il vise trois domaines de recherches :

  1. Classement, réalisation de l’inventaire, mise en valeur du fonds.
  2. Étude de l’évolution de la thématique éditoriale ; mise en contexte dans l’histoire politique de l’exil et des réseaux constitués autour du journal (Maison d’édition, Union franco-allemande, Amis de l’Unité socialiste …).
    Sera enfin abordée l’articulation avec le niveau de l’engagement politique : la lutte contre la marche à la guerre, l’opposition au pacte germano-soviétique, la solidarité avec les internés dans les camps français d’internement.
  3. La numérisation du journal en tant que tel, ainsi que des archives de rédaction sont des préalables pour la construction d’un portail web, réalisé suivant les normes des « Linked Open Data » (web sémantique), afin d’intégrer la base dans la bibliothèque numérique européenne EUROPEANA.

Genèse et économie générale du projet

Les archives de la rédaction du journal « Die Zukunft », ont été « redécouvertes » au cours d »une recherche de Bernhard. Bayerlein -chercheur au Zentrum für Zeithistorische Forschung, Potsdam (ZZF)-, en liaison avec Christian Oppetit, –conservateur général honoraire aux Archives Nationales, anciennement responsable de la section du XXème siècle-, dans la série F7, Police générale.

Ces archives, saisies en 1940 par la police française, après être passées entre les mains de la police allemande, puis récupérées par l »administration française après la guerre, ont été versées à la fin des années 40 aux Archives Nationales.
Le projet «Zukunft » est un travail d’histoire et un travail de mémoire : la mise en valeur du fonds d »archives permet, sur des bases nouvelles, la présentation systématique du fonds de la rédaction d’un journal de l »exil allemand. Cela permettra un éclairage nouveau, une remise en perspective du rôle controversé de Willy Münzenberg et de ses collaborateurs les plus proches. Au delà des aspects biographiques, l’accent principal sera mis sur l »étude du journal, sur son rôle dans l’histoire des relations franco-allemandes, dans l’histoire de l’Europe.

Le projet « Zukunft », dans une perspective historique
Par rapport aux grands journaux en langue allemande de l’exil (l’ «AIZ/VI», « Die Neue Weltbühne », « Das Neue Tage-Buch », « Pariser Tageblatt », « Pariser Tageszeitung », « Das Wort » …, « Die Zukunft », de taille plus modeste, occupe une position à part. Il se situait au croisement de l’histoire de l »exil et celle de l’Europe; sa vocation était de servir de « plate-forme générale » pour le socialisme dans la liberté (« Une nouvelle Allemagne, une nouvelle Europe »). De ce point de vue, il figure parmi les médias les plus importants de la période. La politique éditoriale était celle de la lutte contre les puissances fascistes, et également, après la conclusion du pacte germano- soviétique, contre le communisme stalinien. Pour le journal, il s »agissait de constituer « une union, au niveau européen » autour d’un noyau franco-allemand, afin d’impulser une dynamique de la résistance à l’Allemagne de Hitler.

Les deux dimensions du projet conjugue une  histoire des médias et une  histoire culturelle du politique:

  • Étudier le journal et le travail de la rédaction, dans sa forme, sa fonction.
  • Étudier sa réception par les contemporains: Comment, dans quelles mesure « Die Zukunft » a-t-il réussi à constituer un réseau d’influence politico- culturel qui s´étendait du gouvernement français aux intellectuels et littéraires les plus réputés et aux résistants dans les camps d’internement français.

Collaborateurs du « Zukunft » et auteurs ayant participé à la rédaction du journal. (contribution à une prosopographie de l’exil)
L’éditeur du « Zukunft » était Willy Münzenberg. Le propriétaire officiel était Guy Menant. Les rédacteurs en chef en furent Werner Thormann, aidé en cela par Arthur Koestler et Hans Siemsen. La directrice de la rédaction était Gerda Friedman. Le positionnement politico-culturel, et l’importance du journal s’éclaire lorsque l’on considère la liste des collaborateurs, et de ceux qui ont participé à sa rédaction, à un titre ou à un autre : Max Beer, Julius Deutsch, Alfred Döblin, Lion Feuchtwanger, Sigmund Freud, Jean Giraudoux, Alfred Kerr, Hermann Kesten, Arthur Koestler, Heinrich, Thomas, Klaus et Erika Mann, Ludwig Marcuse, Walter Mehring, Reinhold Niebuhr, Rudolf Olden, Hermann Rauschning, Joseph Roth, Rene Schickele, Manes Sperber, Fritz Sternberg, Franz Werfel, Carl Zuckmayer, Arnold Zweig, Stefan Zweig, Georges Bidault, Julien Benda, Emmanuel Mounier, Léon Blum

Les milieux d’origine des personnes ayant apporté leur soutien au journal étaient divers:

– Pluriconfessionnel: avec des hommes catholiques (Pater Muckermann), protestants (“Eglise confessante”, le pasteur Niemöller, Karl Barth), juifs (Le congrès juif mondial, le baron Rothschild),

– Sensibilités politiques variés: comptant notamment des organisations de légitimistes autrichiens, des membres du “Deutsche Freiheitspartei”. des social-démocrates de gauche, des socialistes, des anarchistes, des trotskystes, et des combattants de la guerre d’Espagne; un petit groupe était constitué par des communistes, peu nombreux, en raison de la signature du pacte germano-soviétique. La recension des articles du « Zukunft » permettra de dresser un tableau très complet du paysage politique et intellectuel de l’Europe dans cette phase de rupture.

Programmation

Trois objectifs concrets structurent le plan du travail:

1. Mise en forme et mise en valeur archivistique et bibliographique (l’ensemble fera l’objet d’une publication électronique et d’une publication papier) :

  • Établissement et édition d’un inventaire bilingue, français-allemand, des Archives, Fonds F7, (Archives Nationales).
  • Recherche et évaluation de fonds complémentaires sur le « Zukunft » (Archives allemandes et russes).
  • Édition d »une bibliographie analytique du « Zukunft », munie d »un index général prenant en compte les articles publiés dans le journal.
  • Édition d »un index des auteurs et collaborateurs du journal. Un index général des personnages cités dans le journal sera également réalisé.

2. Etude historique critique des archives de la rédaction du “Zukunft” : Elle se situe, comme cela a été dit, dans le champ de l’histoire des medias ; seront traités les domaines suivants :

  • Étude de l »évolution éditoriale en lien avec le contexte politico-culturel des années précédant la seconde guerre mondiale;
  • Recherche sur les domaines éditoriaux (politique, littérature, économie, sciences, religion, documentation sur les camps de concentration en Allemagne et la question juive);
  • Étude des relations avec les réseaux constitués autour du journal (Maison d »édition, Union franco-allemande, Amis de l »Unité socialiste…) ;
  • Histoire politique de l »exil.
  • Ressources et financement du journal.
  • Enfin, sera abordée l’articulation avec le niveau de l’engagement politique, la lutte contre la marche à la guerre, l’opposition au pacte germano-soviétique, les témoignages, engagements militants et la solidarité avec les internés dans les camps français.

3. Numérisation, création d’un portail internet et réutilisation

  •   Numérisation des archives de la rédaction du journal, numérisation du journal lui même. – Construction du portail structuré selon les normes des “Linked Open Data“ (« web sémantique »).
  •   Présentation et construction de ce portail dans une structure interactive (« Wiki Management »).
  •   La réutilisation des données sera possible au niveau européen par l’accès libre aux collections numérisées (Ddb) ainsi que dans leur intégration dans la banque de données de l’héritage culturel européen  EUROPEANA .

Partenaires à ce jour:

Contacts :