Le Centre Marcel Maget

Le Centre Marcel Maget est un centre d’archivage de la Maison des Sciences de l’Homme de Dijon dont la vocation est la sauvegarde des archives scientifiques spécialisées sur les mondes ruraux (archives d’enquêtes et de chercheurs) et leur mise à disposition de la communauté académique. Il se met progressivement en place depuis mai 2013. Il répond à une demande croissante d’archivage dans la communauté scientifique, archivage qui a d’abord concerné les données statistiques (mission Silberman (1999) dont le réseau Quételet a été la réponse institutionnelle) et qui se développe aujourd’hui sur les données qualitatives et archivage des données d’enquêtes directes . Il répond à un besoin croissant d’archivage dans les sciences sociales et veille particulièrement à la bonne articulation de son activité avec les initiatives analogues conduites en France, à la fois concernant son domaine de compétence et dans les normes techniques, juridiques et éthiques de l’archivage des données personnelles contemporaines.

Pourquoi archiver les enquêtes directes de sciences sociales ?

– Cette mise à disposition de données de premières mains doit susciter des analyses historiographiques armées et la revisite de terrains.
En ce sens le programme en cours porté par le CESAER et la MSH Dijon de Revisite des enquêtes RCP Châtillonnais, Minot et Montbard (fonds Florence Weber), est précurseur dans le paysage scientifique. Des chercheurs retournent sur le terrain avec les données de leur précurseurs ouvrant une double historicité, celle de la société enquêtée et celle de la science qui les a enquêté. Plus largement, parce que les questionnements ont évolué, ces données peuvent être ré-analysées pour de tous nouveaux résultats scientifiques, sans compter l’ensemble des données premières bien souvent non utilisées par les chercheurs eux-mêmes.

– Au-delà de ces revisites, de la même manière que l’on archive les données statistiques, ces données d’enquêtes non reproductibles seront précieuses pour les sociologues, ethnologues et historiens des mondes ruraux. Des historiens s’appuient aujourd’hui sur le travail d’enquêtes des sociologues d’hier pour retracer le passé. Au lieu de se contenter des données publiées, ils pourront désormais accéder aux données premières.

– Par ailleurs, ces mises à disposition permettent bien sûr de conduire des histoires des disciplines et du sous-champ des études rurales (sociologie rurale, histoire et géographie rurale, ethnologie de la France). L’histoire des sciences sociales n’est pas une discipline comme une autre, réservée à des spécialistes. Elle permet en quelque sorte de comprendre l’objet de sa discipline, de travailler l’inconscient des sciences sociales.

Les fonds déposés et le domaine de collecte

Les archives scientifiques sont le cœur du Centre Marcel Maget. Un ensemble de fonds sont d’ores et déjà en dépôt à la MSH Dijon et constituent une première base cohérente. Il s’agit de fonds d’enquêtes sur les mondes ruraux issus des archives de sociologues et ethnologues qui ont marqué les études rurales françaises des années 1930 aux années 1980 : fonds Marcel Maget, Guy Barbichon, Marcel Jollivet, Hugues Lamarche, Henri Mendras André Varagnac, Florence Weber, RCP Châtillonnais et enquête Minot (T. Jolas, M.-C. Pingaud, Y. Verdier, F. Zonaben). D’autres fonds plus exhaustifs de chercheurs ont pu être collectés, comme celui de Gaston Roupnel, spécialiste de l’histoire rurale.

L’objectif du Centre Marcel Maget est avant tout scientifique. Il s’agit d’abord de mettre à disposition des chercheurs des données issues d’enquêtes dans un domaine d’études spécifiques, les mondes ruraux. En effet, Bequali centre sa collecte sur les fonds de science politique, le Consortium « Archives des  ethnologues » sur les fonds d’ethnologues, et diverses institutions phares de sciences sociales se concentrent sur les fonds de leurs propres chercheurs (EHESS, ENS, Collège de France).

Le choix du nom de Marcel Maget, figure des études et des enquêtes sur les villages, rédacteur du guide d’enquête qui a orienté de nombreux chercheurs dans cette démarche, enseignant à l’Université de Dijon, semble adéquat d’autant que nous disposons d’un fonds regroupant une partie de ses archives personnelles.

Le Centre Marcel Maget n’a nullement vocation à se substituer aux centres publics d’archivage. Par contre, il vient combler un vide dans les institutions spécialisées sur les archives des chercheurs et des enquêtes dans une logique de sauvegarde de fonds généralement non collectés, puisque considérés comme ne relevant pas du dépôt légal. Le Centre Marcel Maget ne pourra pas traiter l’ensemble des fonds possibles, mais devra opérer une sélection en retenant d’abord les fonds les plus importants sous un double regard :

  • La présence de données originales dans les fonds : l’archivage est ici avant tout compris comme une mutualisation de données.
  •  L’importance dans l’histoire de la discipline du chercheur et de l’enquête.

Enfin, la MSH Dijon est engagée dans un programme pilote de revisite ethnographique et d’ethnographie collective (enquête « Encadrement et sociabilité des mondes ruraux, pilotée par Gilles Laferté, Julian Mischi et Nicolas Renahy, INRA-CESAER). Dans ce cadre, l’archivage des données de terrain en cours d’enquête ou en fin d’enquêtes pour une mutualisation des données de terrain, ouvrent de nouvelles perspectives pour les enquêtes de terrain, la réinvention des enquêtes collectives, non plus sur le modèle de l’usine hiérarchisée des sciences sociales (modèle des Arts et Traditions Populaires, des RCP des années 1960 et 1970 ), mais sur la mise en commun des données.

La politique de diffusion

Les fonds sont à destination des scientifiques. Ces fonds d’enquêtes renferment d’innombrables données personnelles, principalement sur les enquêtés des chercheurs, et dans une moindre mesure sur les chercheurs eux-mêmes. Il est décisif de ne pas diffuser publiquement l’ensemble de ces archives qui sont de fait soumises à l’obligation légale de 100 ans avant toute consultation publique.
L’accès sera donc réservé aux mondes académiques, plus exceptionnellement à d’autres demandes. Mais toutes devront être motivées par une demande auprès du directeur de la Maison de Sciences de l’Homme de Dijon, voire pour certains fonds auprès des chercheurs eux-mêmes ou de leurs ayants-droits.
Par contre, l’ensemble des métadonnées, des inventaires, voire des documents non personnels, seront alors mise en ligne sur le serveur, bien sûr en respectant les lois en vigueur sur la diffusion des documents d’archives.
La numérisation sera privilégiée pour faciliter l’accès tout autant que pour éviter les trop lourds stockages matériels. De même, la numérisation permettra à terme de constituer des portails avec d’autres institutions d’archivage scientifique pour des interrogations croisées de fonds. Les fonds, une fois numérisés, pourront faire l’objet de dépôt dans les archives publiques. De même, certains fonds déjà déposés dans des centres d’archivage publics pourront être numérisés et entrer dans le portail du Centre Marcel Maget.

Contacts:

Gilles Laferté: gilles.laferte@inra.fr

Céline Alazard: celine.alazard@u-bourgogne.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *