Aux « sources » de l’histoire sociale, entre collecte et enquêtes: 30 mars 2017

À l’occasion des 50 ans du Centre d’histoire sociale (1966) et des 70 ans de l’Institut français d’histoire sociale (1948), l’université Paris 1 (Centre d’histoire sociale), l’université Paris 8 et les Archives nationales proposent, au cours de l’année 2017, un cycle de deux ateliers « Campus Condorcet » et une journée d’étude, consacrés à l’histoire des mobiles et des méthodes de l’histoire sociale.
À partir d’un état des lieux collectif des institutions se proposant de documenter le « social », sinon la société, en France comme en Europe, il s’agit d’examiner, depuis la fin du XIXe siècle, comment s’est élaborée une collecte active, associative et volontariste des « sources » et des archives destinées à permettre de construire un objet total : l’histoire sociale. Entre histoire et sociologie, entre économie et mouvement social, les deux ateliers des 30 mars et 27 avril 2017, préparatoires à une journée d’étude de synthèse le 29 septembre, entendent revenir sur l’histoire parallèle de la mise en archives de documents issus du monde social et du déploiement de l’histoire sociale comme objet et sujet de recherche.

Programme
9 h

Accueil des participants et du public
9 h 15

Propos introductif
Françoise Banat-Berger, directrice des Archives nationales
9 h 30

Introduction et présentation des ateliers
Marie-Cécile Bouju, Pascale Goetschel, Yann Potin et Rossana Vaccaro

9 h 45 – 11 h
Collectionner/Collecter le social ? Le « Musée social », expériences et précédent
Françoise Blum, université Paris 1/CHS, Michel Prat, CEDIAS-Musée social, et Antoine Savoye, université Paris 8/CIRCEFT/CEDIAS

11 h – 11 h 15
Pause
11 h 15 – 12 h 30

Institutions et sources de l’histoire sociale européenne
Modérateur : Christophe Charle, université Paris 1

La grande dispersion entre-deux-guerres (Amsterdam, Moscou, Francfort, Vienne), Jean-Numa Ducange, université de Normandie-Rouen, EUROSOC,

Jacques Paparo, fondation Friedrich-Ebert, Bonn,

Institut international d’histoire sociale d’Amsterdam [un représentant, sous réserve]

12 h 30 – 14 h
Pause déjeuner

14 h – 15 h 45
Expertiser, réformer, enquêter : sociologie et « documentation » sociale :

Enquêtes et collectes autour du Groupe d’études socialistes
Nicolas Mariot, CNRS/CESSP (Modérateur)

Albert Thomas et les supports de l’expertise sociale,
Adeline Blaszkiewicz-Maison, université Paris 1/CHS,

Le Centre de documentation sociale (1919-1940) : un centre de sociologie ?
Thomas Hirsch, Archives nationales/Labex HASTEC

Les expérimentations britanniques du Mass Observation (1937-1949)
Ariane Mak, CRH/EHESS

15 h 45 – 16 h
Discussion conclusive

Téléchargez le programme

Le printemps du Maitron – 22 mars 2017


Ni le titre, ni la date, ni le lieu n’ont été choisis au hasard pour célébrer une entreprise éditoriale et historienne hors du commun. Cette œuvre aussi monumentale que collective a été commencée, il y a plus de cinquante ans, en 1955 par Jean Maitron (1910-1987), pionnier de l’histoire ouvrière sociale en France, et poursuivie par Claude Pennetier, puis Claude Pennetier et Paul Boulland, pour la jeune génération d’historiens. Le Maitron, dictionnaire biographique du mouvement ouvrier et du mouvement social édité par les Éditions de l’Atelier (anciennement Éditions ouvrières) marquera l’aboutissement de son chantier 1789-1968.
170 000 biographies de militantes et de militants, autant de vies d’engagements qui ont fait l’histoire de 1789 à 1968, ont été publiées et sorties de l’ombre dans 79 volumes et productions, françaises et internationales et une base en ligne de 170 000 entrées. Chaque tome contenant les biographies de militants connus et inconnus qui ont marqué cette période 1789-1968.
Le printemps annonce la renaissance du grand œuvre du Maitron, son nouvel élan. Un an avant le 50e anniversaire de mai 1968, le 22 mars, qui marqua le début du mouvement de Mai-Juin, le Maitron invite chacun, le temps d’une après-midi et d’une soirée en compagnie de seize invités, historiennes et historiens de renom, à relier les vies, les gestes et les engagements passés à ceux du présent.
Cet événement anticipe sur les débats historiques et sociologiques qui vont prendre forme et force. En occupant le Grand Amphithéâtre de la Sorbonne, mis à disposition par le Recteur de Paris, l’ambition pédagogique et citoyenne du Maitron, à tous les niveaux de l’éducation, est ainsi soulignée. Le moment est venu de revisiter ce passé-présent.

Programme
- 13h 30. Accueil par Gilles Pécout, recteur de la région académique Ile-de-France et de l’Académie de Paris et Georges Haddad, président de l’Université Paris 1.
- 14h : Claude Pennetier, L’histoire intellectuelle de Jean Maitron et du Maitron
- 14h 30 : Pascale Goetschel, Hommes et femmes de théâtre dans le Maitron
- 15h : Charles Heimberg, La figure de James Guillaume et la question de l’émancipation par les savoirs
- 15h 30 : Bernard Pudal, Les paradoxes du projet communiste : l’émancipation dans le Souffle d’Octobre 1917
- 16h : Michelle Perrot, Un itinéraire d’historienne entre ouvriers, ouvrières, grèves… dans le sillage des entreprises éditoriales de Jean Maitron
- 16h 30 : André Burguière, Défense et illustration de la biographie : le Maitron
- 17h : Marion Fontaine, D’un siècle à l’autre : comment penser les mutations des vies militantes et ouvrières
- 17h 30 : Boris Gobille, Xavier Vigna et Paul Boulland : Les acteurs de 1968, animé par Emmanuel Laurentin (France Culture, la Fabrique de l’Histoire)
18 h 30 : Pause
- 19h30 – 22h : Dialogue avec Patrick Boucheron, Ivan Jablonka et Edwy Plenel, animé par Julie Clarini (Le Monde des Livres)

Lieux et dates:  Grand Amphithéâtre de la Sorbonne, le 22 mars de 14h à 22h

Pour assister à cette journée, merci de vous inscrire en envoyant vos Nom et Prénom par mail à l’adresse info@maitron.org

Pour plus d’informations cliquez ici