Archives de catégorie : Site, carnets, portails

Carnet hypothèses « Mobilisation visuelle »

cropped-Sans-titre-3

Ce carnet a pour ambition de consolider et de rendre visible un réseau inter disciplinaire de chercheurs investis sur un nouvel objet : les images produites par les acteurs des mobilisations contemporaines, leur circulation et leur partage.  Il s’appuie sur l’observatoire des mobilisations urbaines de la MSH Paris Nord qui  est un réseau international animé par Alain Bertho.

—- Le carnet se trouve à l’adresse suivante :  http://mobvisu.hypotheses.org/—-

Le carnet se propose de :

  • Rendre compte des recherches en cours et des expériences d’archivage au sein du Consortium Corpus Archive des Mondes Contemporains
  •  Syndiquer le contenu des carnets de recherche des chercheurs, proposer une revue de presse et recenser les publications et événements scientifiques sur la question.

Par exemple le carnet mobvisu a relayé le billet d‘Ulrike Lune Riboni  « Terrains communicants : de Youtube à l’Avenue Bourguiba » publié sur son carnet de recherche (Window). Doctorante à l’Université Paris VIII, elle travaille sur l’usage de la vidéo numérique dans les soulèvements populaires qui ont secoué le monde arabe à partir de la fin de l’année 2010. Dans  cet article elle revient sur son travail d' »archivage du web » pour se constituer  un premier corpus de sources qu’elle a ensuite souhaiter croiser avec des données collectés dans les lieux physiques de production de ces vidéos mises en ligne.

« Si l’espace de diffusion et de circulation de mon objet d’étude est en ligne, c’est en rejoignant son espace de production, la rue, et ses producteurs, que j’ai pu trouver de nouveaux repères pour circuler dans ce premier espace. »

En parlant, les archives orales

Retour sur un billet de Florence Descamps publié au début de cette année sur les carnets de la phonothèque. Elle fait part des dernières publications et dispositions concernant le statut juridique des archives orales.

 Les archives orales s’inscrivent dans le consortium ArcMC, qu’elles soient ou non nativement numériques, elles constituent l’une des déclinaisons des archives audiovisuelles présentes dans les archives des mondes contemporains. Terme polysémique, les archives orales regroupent aussi des pratiques différentes. La constitution de corpus oraux peut  en effet se  situer dans des projets institutionnels ou associatifs mais aussi relever de la pratique individuelle.

 Parmi les archives de la recherche et des chercheurs, les archives orales se  rencontrent de plus en plus fréquemment.  Dans les sciences humaines et sociales, l’archive orale peut tout aussi bien y être envisagée sous l’angle patrimonial du recueil de témoignage que par celui des entretiens ethnographiques, ou des corpus propres au domaine de la linguistique ou bien encore les enregistrements de colloques, conférences, journée d’études, une pratique de plus en plus répandue.

 A côté des matériaux générés à l’extérieur des institutions de recherche et exploités par les chercheurs, les  corpus de sons constitués dans le cadre de programmes et travaux de recherche se diversifient et se multiplient. Les possibilités offertes par l’enregistrement numérique viennent faciliter la prise du son et le travail effectué par la suite mais rend aussi plus délicat et plus complexe le travail de documentation et d’archivage de ces matériaux. Elle nécessite une rigueur méthodique face à laquelle les chercheurs ne sont pas forcément armés. En tentant d’instituer une « collaboration » entre les métiers de techniciens, d’archivistes et de chercheurs, certaines des initiatives entreprises au sein de la TGIR Huma-Num œuvrent dans le sens d’une prise en compte de l’archivage en amont du travail de recherche et plus seulement une fois le programme terminé.

 La communication de ces données n’est pas toujours évidente.  Déjà pour des questions de droits, comme le rappelle le billet de Florence Descamps, mais aussi parce que la pratique du partage voire de la mutualisation des données n’est pas évidente pour les chercheurs.  Cette approche stimulante est aussi exigeante. En montrant le travail en train de se faire et les matériaux bruts, elle vient questionner et révéler l’éthique du travail scientifique.

Voir aussi…

  • A l’usage du chercheur, de l’association et de l’institution : Florence Descamps, L’historien, l’archiviste et le magnétophone. De la constitution de la source orale à son exploitation, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2001, 864 p.
  •  Un compte rendu de lecture proposé sur Cinemadoc hébergé sur  la plateforme Culture visuelle : Rémy Besson, L’ingénierie des archives orales – Florence Descamps, 4 avril 2012 : http://culturevisuelle.org/cinemadoc/2012/04/04/lingenierie-des-archives-orales-florence-descamps/
  •  Plus spécifiquement à l’usage de l’archiviste : Les archives orales : bilan, enjeux et perspectives,  La Gazette des archives, n°211, 2008-3.

Le projet Hope et le Social History Portal

Le projet Hope (Heritage of the people’s Europe) a pris fin en mai 2013. Il avait débuté en mai 2010. Ce projet, inscrit dans le cadre du programme européen ICT/PSP (Information and Communication Technologies Policy Support Programme) a réuni 13 institutions européennes de 9 pays dans le but principal de créer un portail d’histoire sociale (Social History Portal) donnant accès aux collections numérisées intéressant le domaine de l’histoire sociale. Une partie des données ont également été rendues accessibles via la bibliothèque numérique européenne Europeana. Les partenaires français du projet Hope sont le Centre d’histoire sociale du XXe siècle (Université Paris1/CNRS) et l’association Génériques, spécialisée dans l’histoire des migrations. Le Centre d’histoire sociale du XXe siècle y a de surcroît géré l’intégration des données de la Bibliothèque de Documentation Internationale Contemporaine (BDIC) et de la Maison des Sciences de l’Homme de Dijon. Le Social History Portal, abrité par les serveurs de l’Institut International d’histoire sociale d’Amsterdam est désormais accessible au lien suivant : http://www.socialhistoryportal.org/

Il donne aujourd’hui accès selon divers modes d’interrogation aux collections, non plus de 13, mais de 14 institutions. Deux millions de référence venant de Russie sont en outre en cours d’ingestion. Ce n’est qu’un début et les fondateurs du portail espèrent agréger de nouvelles collections venant de diverses institutions (publiques ou privées). Actuellement on peut y trouver 137 collections numérisées (ou nativement numériques), comprenant plus de 900.000 objets numériques de toute nature (archives, livres, brochures, photographies, affiches, dessins, films et videos), ce qui représente un nombre beaucoup plus élevé de pages, ainsi que plus de deux millions de références. Sont ainsi documentées plus de 200 ans d’histoire, de la Révolution française et des débuts du mouvement ouvrier à la chute du bloc de l’Est et à l’émergence des nouveaux mouvements sociaux, en passant par les mouvements de libération anti-coloniaux, les associations de migrants, ou les principaux organes de la social-démocratie européenne.


Partenaires et fournisseurs de contenus du projet Hope

Les 14 partenaires et fournisseurs de contenus du projet sont des structures de nature et de taille assez diverses mais qui ont bien sur comme trait commun de recueillir, conserver et traiter des documents concernant l’histoire sociale. On ne s’est pas arrêté, dans le cadre du projet, à élaborer une définition stricte de ce qu’est l’histoire sociale, mais on en a eu une approche à la fois assez pragmatique et ouverte. ll s’agit aussi bien d’institutions publiques et/ou de recherche comme le Centre d’histoire sociale du XXe, la Bibliothèque de Documentation Internationale Contemporaine, ou la Maison des sciences de l’homme de Dijon que de Fondations dépendant parfois de partis ou de syndicats comme la Friedrich Ebert Stieftung de Bonn, ou la CGIL de Rome, à caractère mixte comme l’Institut International d’histoire sociale d’Amsterdam – sans doute à l’heure actuelle le plus important Institut d’histoire sociale du monde -, ou privé comme le Cedias-Musée social, la Fondation Mario Soares de Lisbonne ou l’OSA de Budapest .
Liste des partenaires :

Internationaal Instituut voor Sociale Geschiedenis ( International Institute of Social History ), Pays-Bas, ; Amsab-Instituut voor Sociale Geschiedenis; ( Amsab-Institute of Social History ), Belgique ; Confederazione Generale Italiana del Lavoro Italie ;Friedrich-Ebert-Stiftung Allemagne ; Fundação Mário SoaresArquivo & Biblioteca, Portugal ; Schweizerisches SozialarchivSwitzerland, Suisse ;Työväen Arkisto ( The Finnish labour archives ), Finlande, ; Nyílt Társadalom Archívum, ( Open Society Archives at Central European University ), Hongrie; Istituto di Scienza e Tecnologie dell’Informazione, Italie ; Europeana Foundation, Pays-Bas; Centre d’Histoire Sociale du XXe Siècle, Université Paris1-Sorbonne/Centre national de la recherche scientifique, France ; Génériques, France ;Centre national de la recherche scientifique France
Fournisseurs de contenu non partenaires :

CEDIAS-Musée social France ; Persmuseum, Pays-Bas; Bibliothèque de Documentation Internationale Contemporaine (BDIC), France ; Maison des Sciences de l’Homme de Dijon (MSH Dijon), France

Un réseau préexistait au projet : celui de l’IALHI, International Association of Labour History Institutions, qui sera aussi le support des futurs développements.

Le portail :

Accès aux collections

L’accès aux collections se fait par mots clefs, par grands thèmes, par collections, par langue ou par Institutions. Il est possible de croiser les différents critères. Par exemple, si l’on commence une recherche sur le pacifisme, on obtiendra 636 réponses, et on pourra ensuite réduire la recherche à une institution particulière, et voir les documents dans leur contexte. Il faut signaler à ce propos un des grands défauts de ce portail, sur lequel nous allons travailler maintenant : la gestion du multilinguisme. Les documents et archives accessibles sont en 11 langues différentes, et 3 alphabets. Cela sera le prochain enjeu (et peut-être le prochain projet). Actuellement on doit, pour trouver tous les documents concernant le pacifisme, interroger à Pacifisme (fr), à Pacifism, Pazifismus, Pacifismo etc. la complication induite se double de surcroît du fait que si on interroge à Pacifism, on peut trouver des documents en français ou en allemand. C’est d’ailleurs là l’une des leçons du projet : les critères linguistiques et nationaux ne se recoupent pas, c’est-à-dire qu’il y a à la Friedrich Ebert stiftung ou à l’Institut international d’Amsterdam de très nombreux fonds en français de même qu’il y a en France de très nombreux fonds en Allemand ou en Anglais . le monde des archives du social est européen et ne souffre pas un cadre strictement national. Mais les mots clefs (les métadonnées) sont dans la langue de l’institution propriétaire.

Grands thèmes :

Les grands thèmes définis au cours du projet peuvent aider à comprendre la cartographie des collections. Ce sont les suivants : Anarchist Movements ; Capitalism / Anti-capitalist Movements/Anti-globalization Movement ; Censorship ; Christian democrat Movements and Parties ;Communist Movements and Parties ; Concentration camps/Internment camps/Forced Labor camps ;Conservative and Liberal Movements and Parties ;Cultural and sociocultural Movements ;Culture, Media and Arts ;Education ; Election/Electoral Campaigns ;Environnementalist and anti-nuclear Movements ; Exile/Political Refugees ;Fascism and Nazism ; Feminist Movements/Women Movements; green Movements and parties ; Health ; Housing ; Human rights organizations ; Imperialism/Anti-imperialism Movements ;Independancies ; International relations ; Jobless/Social Security ; Migration/Migrant Movements ; Military Conflicts and Activities ;Nationalisms/Autonomist and Separatist Movements ; Negociations/Labour exchanges ;occupation/resistance Movements ; Pacifism/Peace Movements ; Peasant Movements ; Political prisoners/Political trials ; Racism/Anti-racist Movements ; Radical Movements and Parties ;Religious Movements/Anticlericalism/Atheism; Science and technology ;Sexualities/LGBT Movements ; Social economy ; Socialist and social democrat Parties ; State and administrative activities ; Syndicalism/Trade-Unions ; Transformation of industrial and agricultural issues ; War crimes and Trials ; War Prisoners ; Workers Movements/Workers Councils/Workers International Organizations ; Workers Sports organizations and Activities ; Youth and Students Movements
Cette liste dont les différentes rubriques ne sont d’ailleurs pas fournies également montre à quel point le concept d’histoire sociale a été entendu en un sens très large.
Un agenda (Timeline) présente les différents fonds d’archives chronologiquement (et par institution)


Autres fonctionnalités

Le Portail offre quelques autres fonctionnalités :

La rubrique Social History News propose une liste d’initiatives dans le domaine de l’histoire sociale : Colloques, conférences, expositions etc.
La rubrique Labour History Serial Services offre les résultats de dépouillement de périodiques spécialisés.
La rubrique Resources and Exhibits offre le descriptif détaillé de quelques fonds d’archives ainsi qu’un IALHI web Museum qui est une galerie de photos issues des fonds des membres de l’IALHI.

La rubrique Wiki propose le guide des « Bonnes pratiques » définies tout-au-long du projet : cela concerne aussi bien une analyse des spécificités des institutions concernées, qu’un manuel destiné aux futurs fournisseurs de contenus ou un guide des droits dans le domaine du numérique (Intellectual Property Rights). Ce Wiki, spécialement élaboré pour un domaine précis, l’histoire sociale et ses archives, où se pose une série de problèmes spécifiques (par exemple importance de la littérature grise), peut aussi être utilisé plus largement comme guide général des « best practices », ou tout au moins servir de modèle pour d’autres domaines. Il s’agit de canaliser des pratiques de numérisation, trop souvent désordonnées et irrespecteuses des règles, pourtant désormais fondamentales, de l’interopérabilité. De nombreuses opérations de numérisation se trouvent ainsi, depuis trop longtemps, vouées à la faillite, ou en tous cas à l’oubli et à l’absence totale de visibilité.
Services et infrastructures du projet Hope

Le Share Object Repository

On le sait, un des problèmes majeurs qui se pose actuellement dans le domaine du numérique est celui de la conservation et de l’archivage à long terme des fichiers numériques, c’est-à-dire de leur archivage pérenne. On sait que pour pouvoir lire les données à moyen et long terme, de coûteuses opérations de migration doivent régulièrement être effectuées. Dans le cadre du projet Hope a été ainsi construit, en complément du portail, un Share Object repository (Entrepôt numérique partagé) dont la mission est d’assurer, pour ceux qui le désirent, et n’ont pas les moyens de l’effectuer par eux-mêmes, un stockage et archivage pérenne des fichiers. Cet entrepôt effectuera à l’échelle européenne et à des coûts qui n’intégrent aucun profit, mais qui sont néanmoins nécessaires, ce que réalise en France le TGIR Adonis, ou l’entrepôt Spar de la BNF.

L’agrégateur de métadonnées

La gageure du projet Hope était de mettre ensemble des données enregistrées sous des formats très divers, en différentes langues ainsi qu’avec des notations obéissant à des traditions nationales (par exemple les dates). Hope a construit pour remédier à ce problème un agrégateur de métadonnées, via lequel transitent les métadonnées qui sont ensuite transformées selon un modèle de format unifié. Cet agrégateur a été mis au point par le CNR-ISTI d’Italie (Consiglio nazionale delle richerche/Istituto di scienza e tecnologie dell’Informazione). Les fournisseurs de contenu n’ont besoin que de remplir une table de concordances qui permettra ainsi l’ingestion et le « moulinage » de leurs métadonnées.

Structure de Hope

6

Et maintenant

Le projet, nous l’avons dit va être continué dans le cadre de l’IALHI. Il faut bien sûr améliorer l’existant, le plus urgent étant de se confronter au multilinguisme. Il faut également accueillir de nouveaux fournisseurs de contenu. Hope était un projet à financement européen mais l’extension à d’autres continents n’est absolument pas exclu, au contraire, elle est souhaitable.

Site de référence du projet : http://www.peoplesheritage.eu/