Archives de catégorie : Accès en ligne

Focus sur – Fonds d’Archives Numériques Audiovisuelles FANA Danse contemporaine

Dans le cadre de ses activités autour des archives audiovisuelles de la recherche, le consortium Archives des Mondes Contemporains se propose de mettre en avant des corpus et des initiatives développés par plusieurs de ses partenaires et associés.

Dans ce billet : le Fonds d’Archives Numériques Audiovisuelles FANA Danse contemporaine : http://fanum.univ-fcomte.fr/fana/

Une présentation proposée par Aurore Desprès:

Dans le contexte des « humanités numériques », FANA Danse Contemporaine s’avance comme un outil de recherche opérationnel répondant au besoin scientifique et artistique émergeant d’usages des patrimoines numérisés et archives audiovisuelles dans le champ des arts vivants.

Créé au sein du laboratoire ELLIADD de l’Université de Franche-Comté et de la MSHE Ledoux par Aurore Després en collaboration avec Sébastien Jacquot, FANA Danse Contemporaine vise la constitution, la diffusion et la valorisation de fonds d’archives numériques audiovisuelles liés spécifiquement à la création chorégraphique à partir de la deuxième moitié du XXe siècle, et entend, en même temps, générer une réflexion globale sur les jeux réciproques entre l’archive numérique, la recherche scientifique et la création artistique.

Lancé en 2014, le cadre d’élaboration et de structuration archivistique de FANA Danse Contemporaine a fait l’objet de recherches et de conceptualisations spécifiques intégrant notamment la démultiplication, la variabilité et l’immatérialité du patrimoine dans les arts vivants, structuration susceptible d’être modélisante pour l’archivage numérique audiovisuel des arts de la scène.

FANA-illu1

Continuer la lecture de Focus sur – Fonds d’Archives Numériques Audiovisuelles FANA Danse contemporaine

Présentation de trois fonds de chercheurs traités à la MSH de Dijon

Historique de conservation

 Dans le cadre du Centre Marcel Maget, en collaboration avec l’équipe du Centre d’Economie et de Sociologie appliquées à l’Agriculture et aux Espaces Ruraux CESAER, la Maison des Sciences de l’Homme de Dijon conserve des archives de trois chercheurs qui se sont intéressés aux  mutations  et recompositions des mondes ruraux : Henri Mendras, Marcel Jollivet et Hugues Lamarche.

 Ces trois fonds proviennent de l’initiative de Marcel Jollivet, chercheur émérite au LADYSS de Nanterre, qui  a choisi, en 2009 de confier ces fonds d’archives  à la MSH de Dijon.

 Le  Laboratoire Dynamiques sociales et recomposition des espaces (LADYSS) a été créé en janvier 1997. Il est née de la fusion de quatre groupes de Chercheurs appartenant à différentes disciplines de sciences humaines et sociales  et en particulier pour la sociologie le Groupe de recherches sur les mutations des sociétés européennes (GRMSE).

indexPour plus de renseignements sur le LADYSS , un article d’Hugues Lamarche  à cette adresse : http://www.rechercheisidore.fr/search/resource/?uri=10670/1.mxwdrd

La conservation et le traitement ont été réalisés par la  Maison de Science de l’Homme de Dijon. Ces fonds ont  fait l’objet d’un traitement archivistique, d’une première indexation et l’instrument de recherche a été encodé sous le format DTD EAD 2002. et  sont consultables sur PANDOR.

Continuer la lecture de Présentation de trois fonds de chercheurs traités à la MSH de Dijon

« les Cahiers d’histoire » et « Société française » en ligne sur PANDOR

La Maison des Sciences de l’Homme de Dijon a entrepris le traitement archivistique  et la numérisation de plusieurs revues. Deux sont déjà disponibles sur sa plateforme de publication PANDOR , «  les Cahiers d’histoire » et  « Société française ».

La mise en ligne des autres revues est prévue pour le printemps 2014.

  •   Les Cahiers d’histoire (1966-2001)
Revuehistoire1985
Cahiers d’histoire, n°22, 1985.

Les 116 numéros de la revue présentés dans cet instrument de recherche ont été remis par l’Association Paul Langevin à la Maison des Sciences de l’Homme de Dijon, à titre de don dans le cadre d’un programme de numérisation financé par la Fondation Gabriel Péri. et réalisé à la MSH de Dijon

« Revue d’histoire critique » est une revue d’histoire française trimestrielle fondée en 1966. Le premier numéro des « Cahiers de l’Institut Maurice Thorez » parait en avril 1966. Il s’agit alors d’une revue d’inspiration marxiste, qui se consacre principalement à l’histoire du Parti communiste et du mouvement ouvrier. Elle devient en novembre 1972 les «Cahiers d’histoire de l’Institut Maurice Thorez », puis les « Cahiers d’Histoire de l’Institut de recherches marxistes » au premier trimestre de 1980, nom qu’elle portera jusqu’en 1995 où elle élargit son champ d’investigation, prenant le nom de « Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique », qu’elle porte aujourd’hui.

Cette revue généraliste se donne comme objectif, à travers une grande diversité de thématiques, de développer une histoire polarisée autour du fonctionnement des dominations sociales dans toutes leurs dimensions politiques, économiques et culturelles. Cette approche s’accompagne d’une démarche réflexive sur les formes de production et les usages du savoir historique dans ces processus de domination.

La présente collection est lacunaire. Il manque 18 numéros.

LOGO_PANDORpetitLa collection de la revue est disponible sur le portail PANDOR ou directement en cliquant ici : « Les cahiers d’Histoire« 

Actuellement, la revue est éditée sous format électronique et elle est disponible sur le site revues.org.

  • La Revue « Société française» (1981-1999)

    société francaise 44 1992
    Société française n°44; 1992

Les numéros de la revue Société Française présentés dans cet instrument de recherche sont issus du fonds documentaire de la Fondation Gabriel Péri.

Le premier numéro de la revue «Société Française» paraît en 1981 pour amorcer et encourager un effort spécifique de recherche sur la société française en lien avec le mouvement ouvrier et la référence au marxisme. De 1981 à 1994, elle est éditée par l’Institut de Recherche Marxiste, d’abord sous le nom de « Société française », « Cahiers de l’institut de recherches marxistes », jusqu’en 1989 puis, sous celui de « Société Française de 1990 à 1994. En 1994, elle devient Société française, Raisons d’agir, passion de comprendre » et est éditée par le Centre de recherches et d’études sur la société française (CRESF).

La revue Société Française se veut l’instrument de réflexion et d’échanges de tous ceux qui, intéressés par sa transformation, cherchent à mieux connaître la société française. Elle ne s’adresse pas seulement aux chercheurs professionnels mais aussi aux militants syndicaux et politiques, aux enseignants et aux étudiants … Ils y trouveront non seulement des résultats mis en forme, mais aussi des bibliographies critiques, des comptes rendus, des informations précises sur les sources disponibles, sur les recherches en cours, les méthodes de travail

La collection est lacunaire: il manque 5 numéros (9 ; 52 ; 59 ; 62 ; 63).

LOGO_PANDORpetit La collection de la revue est disponible sur le portail PANDOR  ou directement en cliquant ici: Société française

Le fonds d’archives de Florence Weber

En 1998, lorsque Florence Weber quitte l’INRA, elle confie ses archives à la Maison des Sciences de l’homme de Dijon.

Ethnologue française née en 1958. Normalienne, agrégée en sciences sociales en 1981, Florence Weber est chercheur à INRA de 1983 à 1998. Depuis 1998, elle est professeur à l’École Normale Supérieure. Ses domaines, de recherche concernent la sociologie et ethnographie des cultures populaires, la sociologie et anthropologie économiques, ethnographie de la parenté française contemporaine et enfin préhistoire de l’ethnologie française entre les deux guerres.

Ce fonds prFonds-Weber_2013-11-21end place au sein du Centre Marcel Maget. Après avoir fait l’objet d’un traitement archivistique, l’instrument de recherche a été encodé en DTD EAD 2002 et indexé au cours de l’année 2013. Ce travail a été réalisé par une archiviste de la MSH de Dijon. Le Service de Numérisation et de Bases de Données de la MSH de Dijon a procédé à la numérisation du fonds.

Ces résultats ne sont cependant pas rendus publics sur le portail PANDOR de la MSH de Dijon pour des raisons de droit privé. Ce fond contient en effet des informations sur le producteur, mais aussi un certain nombre de données sur les personnes qui ont participé aux enquêtes de la chercheuse. La consultation se doit donc d’être motivé et elle est soumise à l’autorisation du dépositaire.

LOGO_PANDORpetitL’instrument de recherche est accèssible en ligne : Fonds Florence Weber

Le fonds couvre la période des études supérieures de Florence Weber ainsi que de sa carrière à INRA, plus précisément de 1977 à 1998. Il s’articule autour de 3 unités:

  1.   Études – Ses travaux de recherche sur Montbard et sa région notamment ; ses cours.
  2.   Carrière à INRA – Ses travaux de recherche, notamment sur les jardins ouvriers ; participation aux colloques  et sa documentation.
  3.   Activités éditoriales et publications – Sa participation au comité de rédaction de Critiques Sociales , des Cahiers d’Économie et de Sociologie Rurales et de Genèses et  les documents concernant ses articles publiés.

Ce fonds contient des enregistrements audios enregistrés sur cassettes et des documents papiers et photographiques. Son volume correspond à 60 boîtes d’archives et une carte hors format, soit 6 ml.

hgjuhyfuy