Archives de catégorie : Billets

Recense l’ensemble des billets parus sur le carnet.

Retour sur l’Atelier d’histoire numérique : Bucarest

Comme annoncé précédemment, l’équipe de la MSH de Dijon (Celine Alazard, Aurelia Vasile  et Serge Wolikow) soutenue par le consortium ArcMC a réalisé un déplacement à Bucarest dans le cadre de l’Atelier d’histoire numérique organisé par la Faculté d’Histoire de l’Université de Bucarest en collaboration avec le Centre Régional Francophone de Recherches Avancées en Sciences Sociales (CEREFREA).

Cette manifestation a été l’occasion de connaître les préoccupations méthodologiques et scientifique des collègues historiens et archivistes de Roumanie et Hongrie.

L’équipe dijonnaise a présenté d’une part, le rôle de la Maison des Sciences de l’Homme en l’occurrence celle de Dijon et du réseau des MSH et d’autre part, les méthodes de traitement des archives réalisées dans le cadre du projet Paprik@2F.

Le public a montré un intérêt particulier pour les recherches possibles dans les fonds de l’Internationale communiste (recherche dans les éléments descriptifs, en plein texte en dans les documents ocr-isé) et pour les aspects méthodologiques et techniques liés aux traitements de fonds : norme ISAD(G), outils de mise en ligne, langage de programmation (Java ; Tomcat).

Pour plus d’informations sur cet événement, consultez le site du consortium

Le consortium ArcMC signale l’ouverture des archives de la Seconde Guerre mondiale

Partenaire du consortium ArcMC, les Archives nationales ont annoncé sur leur site l’ouverture complète des archives de la Seconde Guerre mondiale.  Pour plus d’informations cliquez ici.

Cette annonce rejoint les journées d’études organisées le 30 septembre et le 1er octobre 2015 aux Archives Nationales sur les archives de la répression de l’internement et de la déportation pendant la Seconde Guerre Mondiale. Le consortium Archives des Mondes Contemporains (ArcMC) de la TGIR Huma-Num, avait pris une part active dans l’organisation des journées et dans la réflexion générale. Jean Vigreux, professeur à l’université de Bourgogne et coordinateur de l’ANR Paprik@2F avait présenté les fruits du partenariat réalisé entre les Archives Nationales, institution patrimoniale, et l’équipe de recherche du projet ANR Paprik@2F (voir la vidéo ici). Serge Wolikow, coordinateur du consortium ArcMC avait pour sa part conclu sur les enjeux des humanités numériques pour ce type d’archives (voir la vidéo ici).

L’arrêté du 24 décembre 2015 portant ouverture d’archives relatives à la Seconde Guerre mondiale, publié au Journal officiel le 27 décembre, permet désormais la libre consultation, avant l’expiration des délais prévus à l’article L. 213-2 du code du patrimoine, d’un important corpus d’archives conservé aux Archives Nationales.

C’est l’occasion de mettre en valeur le travail réalisé par Christophe Bouvier pour le projet ANR Paprik@2F qui a bénéficié du soutien financier du Consortium ArcMC. Il a permis l’achèvement des instruments de recherche de la section spéciale de la cour d’appel de Paris et des archives de la direction de la Sûreté nationale relatives à la surveillance du parti communiste entre 1917 et 1947 (F/7 et fonds de Moscou).

L’année 2016 verra l’aboutissement final de ce projet d’archivage numérique de données importantes pour la recherche sur la Seconde Guerre mondiale et sur l’histoire du communisme français avec d’une part :

– la mise en ligne prévue de l’instrument de recherche des archives de la section spéciale de la cour d’appel de Paris dans la salle des inventaire virtuelle des Archives nationales et sur Pandor de la MSH de Dijon

– la mise en ligne d’un instrument de recherche sur la surveillance du parti communiste entre 1917 et 1947 par la direction de la Sûreté nationale (F/7 et fonds de Moscou) dans la salle des inventaire virtuelle des Archives nationales et sur Pandor de la MSH de Dijon

– la mise en ligne d’un corpus de documents numérisés (tracts, papillons, affiches, journaux,  etc.) inédits (non encore numérisés par d’autres institutions patrimoniales ex. MSH Dijon dans Pandor ou BnF dans Gallica)  portant sur la propagande du parti communiste entre 1917 et 1947 issus des archives de la section spéciale de la cour d’appel de Paris et de la direction de la Sûreté nationale (près de 5000 documents numérisés correspondant à près de 13900 vues).

Enfin, l’année 2016 sera aussi l’occasion pour le Consortium en collaboration avec plusieurs de ses partenaires et les Archives Nationales de réfléchir sur le développement d’un portail numérique dédié aux archives de la Seconde Guerre mondiale en France, portant sur divers aspects: répression, internement, fusillés,  déportation,  mais aussi résistance.

Bonne découverte,

Journée d’étude en ligne: « Répression, internement, déportation pendant la Seconde Guerre mondiale. Nouveaux outils, nouveaux questionnements »

Fruit d’une réflexion commune avec le Consortium Archives des mondes contemporains (TGIR Huma-Num), la Fondation pour la Mémoire de la Déportation, la Fondation de la Résistance et les Archives départementales de Meurthe-et-Moselle, les journées d’étude Répression, internement, déportation pendant la Seconde Guerre mondiale. Nouveaux outils, nouveaux questionnements du 30 septembre au 1er octobre 2015, ont proposé de mettre l’accent sur les nouveaux outils documentaires et numériques, les renouvellements historiographiques, les partenariats mis en œuvre et la variété des publics visés, entre chercheurs, grand public, familles et public scolaire.
Organisées sous forme de tables rondes, elles ont fait également une place aux médiations nécessaires à l’heure de la disparition des derniers témoins et ont permis un dialogue vivant entre institutions patrimoniales, universités, historiens et monde associatif.
Aujourd’hui, les interventions de ces journées d’études se retrouvent en ligne sur la plateforme audio-visuelle des Archives nationales, consultable ici.
Bon visionnement!

Gérer les données de la recherche, de la création à l’interopérabilité ( 3/3)

3/3 –   L’interopérabilité en action

Depuis 3 ans, la TGIR Huma-Num organise annuellement une ANF sur les données de la recherche. Après la visualisation des données, l’architecture du web sémantique, cette année s’est centrée sur la problématique de l’interopérabilité des données de la recherche.

Nous vous proposons à travers une série de trois billets, un aperçu des enseignements de cette formation. Après avoir vu dans un premier billet l’importance des métadonnées, de leurs usages, et une introduction au Web de données (billet 1), les formats des fichiers (billet 2) , le dernier billet propose de revenir sur plusieurs retours d’expérience d’équipes et programmes de recherche en SHS qui se sont emparés de la question de l’interopérabilité au sein de leur projets.

Vincent Jollivet et Fréderic Glorieux travaillent pour le projet de l’observatoire de la vie littéraire qui cherche à développer l’analyse de corpus littéraire en s’appuyant sur les outils numériques et les dispositifs du web, en particulier la TEI.

Ils sont revenus tous les deux sur la gestion et l’exploitation des métadonnées dans le cadre de constitution de bibliothèques numériques. Vincent Jollivet a souligné les problèmes liés aux métadonnées : il est souvent plus facile – mais peu indiqué pourtant- de tordre les modèles et les standards requis, venant biaiser leur utilisation, les applications développées courent parfois le risque aussi de figer un modèle qui parce que collaboratif et libre est susceptible d’évoluer, certains logiciels peuvent enfin quelque fois nuire à l’interprétation des balises. Pour éviter ces erreurs, des initiatives communes ont été mises en œuvre. Le consortium CAHIER de la TGIR Huma-Num est l’une d’entre elles. Réunissant différents laboratoires de recherches français travaillant sur des « corpus d’auteurs » de littérature, philosophie ou de thématique liée à une école ou à une pratique, ce consortium travaille depuis 2011 à produire des guides de bonnes pratiques. Fréderic Glorieux a présenté une des formes possibles de l’exploitation des métadonnées en revenant sur une initiative de fouilles de données de la BNF. A découvrir sur son carnet de recherche http://resultats.hypotheses.org/518.

Véronique Ginouvès a proposé de son côté de revenir sur la valorisation des données de la phonothèque de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (MMSH). La phonothèque s’appuie sur la base de données Ganoub, le fonds se compose de plus de 5000 heures d’écoute. Pour mieux faire connaitre les richesses de ce fonds mais aussi pour le faire vivre et l’enrichir, Véronique Ginouvès a participé à plusieurs projets collectifs et collaboratifs. A chaque fois, il a fallu se confronter et/ou participer à la construction du modèle de structuration partagé et aux standards et référentiels adaptés. Elle a ainsi exposé quatre expériences de contribution : au portail du patrimoine oral, à la structuration des métadonnées pour un moissonnage par ISIDORE, à la description des données pour CALAMES et enfin la participation de la phonothèque au projet européen Europeana Sounds.

Voir son support de présentation :

 Stéphane Pouyllau a présenté les résultats du programme de recherche « Usines 3D » dont le but est de mieux documenter l’histoire du travail industriel. L’interopérabilité des données a été nécessaire à la réalisation du projet en permettant la constitution de corpus documentaires composés de documents de nature, localisation et support diversifiés qui offraient la possibilité d’être réutilisés, revisités par l’ensemble des équipes associés aux programmes. L’intéropérabilité  a été un enjeu important du traitement numérique des documents, du croisement de l’information et les modalités virtuelles offertes pour interpréter les documents en question. Dans ce projet, le modèle 3D n’était pas l’objectif, mais l’outil d’interprétation (la plateforme d’expérimentation) de la recherche historique. Ce programme de recherche a donné lieu à un documentaire «  L’usine en perspective » réalisé en 2012 par Olivier Rignault et produit par Alain Pichon. Il met en scène l’organisation du travail pluridisciplinaire et retrace les étapes du projet. Ce film est disponible dans la rubrique réalisations du site Usine 3D du projet.

Les services d’Huma-Num au service des chercheurs

A travers ces trois billets, nous avons tenté de dresser  un éventail des interventions et contenus de la formation, mais tout ne peut être dit. Cette semaine , en effet, a aussi été l’occasion pour les stagiaires de mieux se familiariser avec les outils et services proposés par la TGIR  Huma-Num. Ces services et outils   évoluent et s’enrichissent  en fonction des usages, pratiques et attentes  des chercheurs qui participent aux équipes des consortiums et plus largement à tous ceux qui entendent se saisir des outils numériques et des technologies du Web pour mieux faire avancer la recherche en sciences humaines et sociales.

 Pour plus d’informations : consultez la rubrique services et outils du site de la TGIR Huma-Num.

Image1

Pour finir, revenons sur l’intervention d’Adrien Desseigne (TGIR Huma-Num) qui a présenté l’un des derniers outils mis au point par les équipes d’Huma-Num : la version mobile d’ISIDORE. Un billet posté sur le carnet d’Huma-Num,  revient sur ses fonctions et possibilités .

mLien vers l’application : http://m.rechercheisidore.fr/

Consulter les deux billets précédents :

Vous pouvez lire  deux autres compte-rendus

© Image à la une : Adrien Desseigne