Archives de catégorie : Rencontres

Echos de la rencontre avec Anne Joly et Sophie David du comité de coordination de DARIAH-fr

Compte-rendu proposé par Julie Demange

Le 4 mars dernier a été l’occasion pour le consortium Archives des Mondes Contemporains (ArcMC) de rencontrer Sophie David et Anne Joly, membres du Comité de coordination de DARIAH France.

Cette réunion a permis de mieux connaitre la structure DARIAH, d’envisager quels types de contributions le Consortium ArcMC peut proposer et plus généralement comment il peut participer aux activités de DARIAH.

DARIAH

DARIAH – Digital Research Infrastructure for the Arts and Humanities est une infrastructure de recherche européenne qui prend la forme d’un consortium (ERIC : European Research Infrastructure Consortium) réunissant à ce jour 15 pays de l’Union Européenne. Inaugurée en mai 2014, DARIAH s’attache de manière privilégiée aux objets numériques tels que les textes, les images, les sons, la vidéo, pour lesquels la collecte, les traitements, la diffusion, l’archivage, etc. mettent en jeu les technologies de l’information et de la communication (TIC).

Plus d’information en cliquant ici

 Cette infrastructure s’organise autour de quatre axes principaux (les Centres virtuels de compétences, VCC) auxquels sont rattachés à la fois des projets et des groupes de travail.

  • VCC1 – e-Infrastructure (développement technique, développement de logiciel, stockage, archivage à long terme, etc.)
  • VCC2 – Recherche et enseignement des Humanités numériques
  •  VCC3 – Gestion des contenus (traitement des données, construction de thésaurus, numérisation et diffusions des données, etc.)
  •  VCC4 – Relations institutionnelles (avec les partenaires politiques, institutionnels et scientifiques, construction d’indicateurs)

Le but de DARIAH est de mettre en commun des savoirs, des pratiques, des réflexions et des compétences en matière de développement des technologies numériques dans le domaine des sciences humaines et sociales. Pour cela, elle fait appel aux laboratoires,  équipes et institutions de recherche des différents pays membres et les invite à faire des contributions. Ainsi, en échange d’une labellisation DARIAH, les laboratoires, équipes et institutions de recherche s’engagent à mettre à disposition des connaissances et des pratiques. L’idée étant de constituer un réseau scientifique européen de qualité autour des humanités numériques. Les contributions sont mises en avant sur le site de DARIAH.

Visiter le site : http://dariah.eu/

DARIAH-billet

 Pour rappel, une labellisation DARIAH peut devenir importante et stratégique dans l’évaluation des dossiers de financement européens de la recherche, en particulier les appels à projet H2020.

 Pour  la participation française à DARIAH, le CNRS et le Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche ont chargé la TGIR Huma-Num de mettre en place et d’animer le comité de coordination français.

Ce comité de coordination a pour mission de faciliter la communication entre les contributeurs français et les différentes parties impliquées (Conseil scientifique de la TGIR Huma-Num, tutelles d’Huma-Num, partenaires et instances de DARIAH-EU). Il accompagne les candidats dans la formulation de leur projet et recueille ensuite les propositions de contributions qui sont soumises aux instances de validation de  DARIAH.

 Pour la campagne 2015, 39 contributions françaises ont été validées, ce qui place la France parmi les plus gros contributeurs de DARIAH-EU. La diversité des contributions se reflète par la diversité des moyens investis qui vont de 3000 à 800 000 euros (pour information, est évalué par exemple le cout salarial des personnes impliquées dans le projet, le coût des moyens techniques qui ont permis la réalisation du projet, etc.).

 La campagne de candidature de 2016 n’est pas encore ouverte (lancement prévu en avril 2015), les modalités seront mises à jour sur le site de DARIAH France, qui indique déjà que les groupes de travail sont appelés à occuper une place importante dans les activités de DARIAH-EU.

Plus d’informations sur la procédure de candidature, en cliquant ici.

Quelles contributions envisager et pourquoi contribuer ?

Anne Joly et Sophie David ont bien insisté sur le fait qu’il n’y a pas de modèle de contribution imposé par DARIAH.

Cette souplesse permet de respecter la diversité des expériences déjà réalisées par de nombreuses institutions et équipes de recherche en sciences humaines et sociales qui ont intégré le développement des humanités numériques à leur démarche scientifique.

Toute entité publique (institution,  laboratoire, consortium, Programme ANR, Labex, Equipex, etc.) ayant un intérêt pour le domaine des humanités numériques a la possibilité de proposer son projet.

De plus, une même entité peut déposer plusieurs projets dans un ou plusieurs axes de travail, elle peut aussi proposer simultanément  un projet et la création d’un groupe de travail.

Cette procédure permet à un très grand nombre de projets de se faire connaitre qu’ils émanent d’une petite équipe de recherche ou d’un laboratoire, le site de DARIAH EU leur offre la même visibilité.  Mais l’intérêt ne réside pas en une simple question de communication, en permettant à ses contributeurs de mieux se faire connaitre, DARIAH favorise aussi le développement de contacts  à un niveau national et européen entre des équipes et des entités travaillant sur les mêmes problématiques ou partageant les mêmes pratiques du numérique. Les groupes de travail nouvellement mis en place vont dans le même sens.

Ainsi, DARIAH crée un lieu de rencontre qui jusqu’à présent manquait. Elle permet de relier des équipes et des projets disséminés ou difficilement visibles dans le maillage des logiques institutionnelles de chaque pays.

DARIAH souhaite promouvoir la mise en place d’un réseau européen autour des Humanités Numériques. Un réseau qui peut stimuler le développement d’une communauté européenne  réunissant des chercheurs de sciences humaines et sociales qui loin de se montrer indifférents ou méfiants, ont décidé de se confronter au développement de l’espace, des techniques et des usages du numérique dans la société et par la société.

Cette communauté de chercheurs européens  pourrait  mettre en avant ses spécificités, faire valoir ses intérêts en matière de protection des données et de leurs producteurs et mieux se positionner  auprès des autres interlocuteurs internationaux, privés et publics déjà investis dans l’espace mondial des Digital Humanities.

Lancement de PANDOR à la MSH de Dijon

La Maison des Sciences de l’Homme de Dijon, unité porteuse du Consortium Archives des Mondes Contemporains (ArcMC) dispose d’une plateforme technologique Archives Documentation Numérisation (Plateforme ADN).  Cette plateforme intervient à chaque étape de la chaine de traitement des données, une particularité notable et relativement singulière  au sein de la communauté scientifique SHS en France.

PANDORElle  a mis au point un outil de diffusion et de valorisation des corpus numériques créés dans le cadre de programmes de recherche en sciences humaines et sociales portés par la MSH.  Il s’agit du Portail Archives Numériques et DOnnées de la Recherche (PANDOR) .  Ce portail sera officiellement lancé lors d’une journée de présentation le 6 octobre  2014 à la MSH de Dijon.

 Plusieurs des corpus sur lesquels s’appuient les activités consortium ArcMC ont été traités par l’équipe de la Plateforme ADN.  Pour le moment, seuls certains d’entre eux sont déjà publiés sur PANDOR, par exemple le corpus de la Grande Edition Marx et Engels,  celui du Fonds des archives industrielles des Établissements Vairet-Baudot ou bien encore les Archives de l’Institut National des Appellations d’Origine (INAO). Au cours des prochains mois, PANDOR permettra la mise en ligne de nouveaux corpus et fonds d’archives en lien avec le Consortium ArcMC… affaire à suivre donc !

Pour plus d’informations :

–           sur la PLATEFORME ADN

http://msh-dijon.u-bourgogne.fr/plateforme-adn.html

–        Sur la journée de présentation :

adobe-pdf-logo  Invitation-Pandor-6oct2014

Compte rendu d’une réunion autour du Projet « Archives et histoire du plateau d’ Albion »

Le 7 avril dernier, Jean-Paul Barrière et Serge Wolikow, au titre du Consortium Archives des Mondes Contemporains ont participé à la réunion sur le projet de valorisation patrimoniale des anciennes installations militaires de dissuasion nucléaire du plateau d’Albion.

« Le projet Albion » s’inscrit dans le pôle thématique Mondes de l’industrie et travail industriel. Ce projet est porté par deux structures, le laboratoire souterrain à bas bruit (LSBB), dirigé par Stéphane Gaffet, et l’équipe HEMOC du Centre Norbert Elias, qui regroupe des historiens de l’Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse : Frédéric Monier pour la coordination du projet, Marion Fontaine pour la recherche historique et Bruno Bertherat pour la valorisation patrimoniale.

Continuer la lecture de Compte rendu d’une réunion autour du Projet « Archives et histoire du plateau d’ Albion »

CODHOS – Consortium ArcMC – une collaboration en projet

Le consortium a été convié à l’Assemblée générale du CODHOS, le 28 mars dernier.

Le Codhos : Collectif des centres de documentation en histoire ouvrière et sociale

CODHOSLe Codhos regroupe des centres universitaires, syndicaux et associatifs qui réfléchissent ensemble sur les archives et la documentation du mouvement ouvrier et social qui sont nombreuses mais dispersés au sein de nombreuses structures. Il se donne comme objectif de faciliter l’information et les échanges entre ses membres, de réaliser des instruments documentaires et des outils informatiques concernant le mouvement ouvrier et social, à partir des fonds détenus par chaque organisme adhérent à l’association et de permettre ainsi une meilleure visibilité de ce patrimoine pour le grand public mais aussi pour les étudiants et chercheurs travaillant sur cette thématique.

Le projet a pris corps au congrès de l’Ialhi (International Association of Labour History Institutions) à Amsterdam en septembre 1999 et le Codhos se crée en mars 2001 en tant qu’association loi de 1901. Tout organisme mettant au service du public des fonds documentaires concernant le mouvement ouvrier et social peut adhérer au collectif, en dix ans le nombre est passé de dix à plus de 40 partenaires. Fort de son bilan d’activités il constitue un pôle de référence important en histoire ouvrière et sociale en France, et il est reconnu comme tel par les grandes institutions publiques nationales et par ses partenaires européens de l’Ialhi, comme le montre la collaboration avec la Bibliothèque nationale de France et son portail Gallica autour d’un programme de numérisation.

Les soucis de mutualisation des données, d’échanges des savoirs et d’harmonisation des pratiques rejoignent les priorités du consortium Archives des mondes contemporains et en particulier son pôle mouvement sociaux et organisations ouvrières. Lors de la réunion de l’assemblée générale du Codhos, l’idée d’une collaboration avec le Consortium ArcMC a été favorablement accueillie et les conditions d’un partenariat ont été abordées. Il est prévu de poursuivre les échanges dans les semaines à venir.

Continuer la lecture de CODHOS – Consortium ArcMC – une collaboration en projet