Introduction à la DTD EAD 2002

Le carnet du consortium ArcMC  est un espace de travail collaboratif entre les différents membres, chercheurs, techniciens et  archivistes, il doit permettre de développer une boite à outils utile à tous.Dans ce billet nous proposons une rapide présentation de la DTD EAD  et des renvois vers des documents, sites ou référentiels. Il s’agit d’une liste de départ, n’hésitez pas à venir la compléter !

                                   

Présentation rapide : La DTD EAD, un outil pour la description archivistique

Source : Association des archivistes français, Abrégé d’archivistique : principes et pratiques du métier d’archiviste, Paris, France, Association des archivistes français, 2012, 2012, 346 p.

La DTD EAD 2002 est le format XML universellement utilisé pour la description archivistique
[DTD (document Type Definition) EAD ( Encoded Archival Description)].

Le XML est un métalangage qui génère des fichiers dans une syntaxe particulière. Cette norme (eXtensible Markup Language) permet de définir des formats d’échange, de gestion, de consultation pour de l’information électronique. XML n’est donc pas un format mais une infrastructure permettant de créer des formats de documents de manière générique, le DTD EAD est le format de conception américaine ( Society of American Archivists) et son évolution est pilotée par un groupe de travail international. Il est stable depuis sa seconde version en 2002, et aucune alternative n’est pour le moment venue contrebalancer son influence.

Il est de plus en courant d’utiliser le format DTD EAD 2002 pour encoder un instrument de recherche archivistique.

La DTD EAD 2002 respecte la description à plusieurs niveaux du général au particulier d’un instrument de recherche, s’appuyant pour cela sur la structure hiérarchique des fichiers XML à l’aide d’un arbre d’éléments XML :
: description globale
: description des subdivisions
: un arbre d’éléments

Chacun des 26 éléments d’informations définies dans la norme ISAD(G) a son correspondant dans la DTD EAD 2002, le plus souvent sous la forme d’un élément.

Le fait que la DTD EAD permette d’exprimer sans difficulté la structure hiérarchique des instruments de recherche constitue un avantage important sur les bases de données documentaires, dans lesquelles cette relation hiérarchique est plus difficile à représenter.

Par rapport à un instrument de recherche obtenu avec un traitement de texte ou avec des fichiers PDF, l’utilisation du XML DTD EAD 2002 permet d’offrir des possibilités d’exploitation bien plus importantes. En effet, toute unité d’information qui aura été isolée au sein d’un élément ou saisie comme valeur d’un attribut XML, peut servir à produire des index informatiques et donc peut être recherchée et trouvée.

Le document EAD peut contenir un ensemble d’informations utiles à l’exploitation qui sera faite de l’instrument de recherche. Par exemple:
– des éléments d’indexation
– des métadonnées bibliographiques et de gestion de l’instrument de recherche (au sein d’un élément d’en-tête ()
-des informations hypermédias comme la création de lien hypertextes, l’inclusion d’images ou de séquences sonores voire des documents d’archives numérisés.

                                                                   

Guides, sites et documents de références

( pour accéder aux documents, cliquez sur les liens)

Documents et sites de références :

  •  Faire un répertoire ou un inventaire simple en EAD : documentation préparée par le groupe AFNOR CG46/CN357/GE3 : adobe-pdf-logoDocumentation EAD

 

Guides :

Deux guides pratiques et illustrés, proposés par Hédi Maazaoui qui permettent de se familiariser avec la DTD EAD 2002 :

Sites :

  • EAD en bibliothèque : un site clair et didactique sur l’utilisation de l’EAD en bibliothèque.
  • Algone.net : un petit site fort utile qui propose d’expliciter certains aspects du langage EAD, notamment par la navigation par vocabulaire. 143 éléments sont présentés, pour chacun d’entre eux, une description, une explication et des exemples pour l’illustrer. Un bon outil pour compléter le dictionnaire des balises.
    Il offre aussi d’autres possibilités, comme l’analyse d’un document XML de données (SNBD) et permet notamment de vérifier des index produits en EAD.
    A ce sujet voir le mémo préparé par Hédi Maazaoui, responsable du service de numérisation et de bases de données (SNBD) de la MSH de Dijon : adobe-pdf-logoVérification-index-ALGONE_HM

1 réponse

  1. 08/07/2016

    […] ses moyens, pour nous aider. Dès notre arrivée, nous avons dû nous former en autonomie au format XML-EAD que nous ne connaissions pas, afin de pouvoir manipuler les instruments de recherche XML-EAD de la […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *