RETOUR SUR LA JOURNEE D’ÉTUDE « Archiver la recher­che : res­pon­sa­bi­li­tés par­ta­gées » : 23 JUIN 2016

Auteur du billet: Céline Alazard, archiviste à la MSH de Dijon

Le 23 juin dernier a eu lieu à l’Université de Montpellier une journée d’études organisée par la section AURORE de l’Association des Archivistes Français (AAF).

Le 23 juin dernier a eu lieu à l’Université de Montpellier une journée d’études organisée par la section AURORE de l’Association des Archivistes Français (AAF) et intitulée « Archiver la Recherche : responsabilités partagées ».

Consultez le programme de la journée ici: http://www.archivistes.org/Archiver-la-recherche-responsabilites-partagees#programme

La section AURORE (Archives des Universités, des Rectorats, des Organismes de Recherche et des Mouvements Étudiants) est l’un des groupes de travail de l’Association des Archivistes Français (AAF). Son objectif est de mettre en réseau les archivistes des différentes structures de l’Enseignement supérieur et de la Recherche et de permettre ainsi des actions collaboratives en vue d’échanger et partager les réflexions méthodologiques, outils, expériences.

La journée du 23 a permis de mettre en avant les différentes problématiques auxquelles sont confrontés les universités et les divers organismes de Recherche quant au traitement et la valorisation des archives issues de leurs activités (archives administratives ou scientifiques, papiers et électroniques).

Les présentations et retours d’expériences montrent avant tout des préoccupations communes.

La question des archives électroniques – et de leur traitement et conservation- a été abordée dès l’ouverture de la journée et a été mise en avant au cours des différentes présentations et discussion de même que le nécessaire dialogue entre archivistes et informaticiens.

Les intervenants successifs ont balayé les enjeux que représentent la nature même de ces archives, depuis leur collecte jusqu’à leur communicabilité.

Car si les archives administratives des institutions sont généralement gérées au sein de l’établissement, les archives scientifiques sont quant à elles souvent tributaires des initiatives menées par des chercheurs ou des personnels ingénieurs ou techniciens.

La collecte des archives scientifiques

On remarque que la politique de prise en charge des archives de la Recherche n’est pas toujours une décision institutionnelle.

Laure Carbonnel, docteur en ethnologie et ingénieure de Recherche dans le Labex «  Les passés dans le présent », travaille en tant qu’analyste de sources sur les fonds d’archives africanistes déposés à la Bibliothèque Éric de Dampierre du Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative (LESC-UMR 7186).

Collaborant à un projet de portail regroupant des bases de données de missions ethnographiques menées en Afrique, avec pour objectif de procéder à une éditorialisation de ces archives, Laure Carbonnel précise qu’il n’y a pas de dépôt systématique de la part des chercheurs. Le dépôt se fait sur la base de la confiance. La responsabilité est alors avant tout scientifique puisqu’elle s’appuie plus sur un réseau de chercheurs que sur les institutions auxquelles ils appartiennent.

Joëlle GARCIA, Pauline SAUSSEREAU et Julie RANDRIAMBAO, archi­vistes à la Direction des biblio­thè­ques et de la docu­men­ta­tion du Muséum natio­nal d’his­toire natu­relle, insistent également sur la nécessité de sensibiliser les producteurs (administrations, laboratoires, chercheurs) et futurs producteurs (étudiants et futurs chercheurs) à la question de leurs archives.

La collecte des archives institutionnelles, scientifiques et personnelles apparaissent comme étant complémentaires.

Rôle du Chercheur –Producteur

Il a été rappelé qu’archiver la recherche est pour partie la responsabilité du chercheur qui produit des archives, d’autant que ces archives sont publiques puisque produites dans le cadre de recherches menées sur des financements publics.

La question du droit est d’ailleurs primordiale dans la constitution, la consultation et la valorisation des archives de la Recherche.

Les archivistes s’appuient sur le Livre II du Code du Patrimoine mais également sur le Code de la Propriété intellectuelle.

Sylvain Foissey (chargé d’affai­res juri­di­ques au sein de la Direction des affai­res géné­ra­les et juri­di­ques (DAGJ) de l’uni­ver­sité Paris Diderot) rappelle dans son intervention que, si les archives de la Recherche sont publiques, certains documents produits par les chercheurs et les enseignants-chercheurs conservent néanmoins un caractère personnel.

Très souvent, des archives « publiques » côtoient dans le même fonds des archives « privées ».

On parle alors de fonds « mixte », même si cette terminologie n’apparait dans aucun texte juridique.

Cette particularité n’est en rien un frein au versement ou dépôt de fonds dans des centres d’archives publiques qui sont habilités à recevoir, traiter et communiquer ces documents selon la législation en vigueur.

Le statut particulier des enseignants-chercheurs et chercheurs est explicité dans le décret n°84-431 du 6 juin 1984 (fixant les dispositions statutaires communes applicables aux enseignants-chercheurs et portant statut particulier du corps des professeurs des universités et du corps des maîtres de conférences).

Rôle des archivistes et personnels d’accompagnement de la recherche

Suite aux échanges, il apparait que la pérennité des archives de la recherche est basée également sur la qualité du travail des personnels d’accompagnement de la recherche (archivistes, documentalistes, ingénieurs, techniciens, informaticiens) qui se doivent de développer des méthodologies et des outils performants. Ils ont pour mission de procéder au traitement documentaire et à la production de métadonnées de qualité.

En cela le passage au numérique représente un tournant crucial pour l’archivage des données de la recherche. De nouveaux objets apparaissent, comme les blo­gues scien­ti­fi­ques, permettant la publication d’activités scientifiques et la communication avec la communauté académique.

Le dialogue entre les différents métiers est de fait primordial pour la réussite d’un projet d’archivage numérique.

Conclusion

On remarque donc que la politique de prise en charge des archives de la recherche qui devrait être une décision institutionnelle découle souvent d’initiatives individuelles au sein de laboratoires ou équipe de recherche.

La Section AURORE de l’AAF s’attache à mettre en réseau les archivistes de ces établissements et à les accompagner depuis la col­lecte jusqu’à la cons­truc­tion d’une poli­ti­que d’archi­vage.

Mais si les universités sont de plus en plus conscientes de l’intérêt de l’archive (notamment les archives administratives au-delà de leur valeur probatoire) en intégrant un poste d’archiviste ou en créant un service dédié, les archives purement scientifiques de la Recherche restent encore souvent délaissées faute de moyens humains et/ou financiers.

Le Consortium ArcMC s’attèle donc à mettre en relation les initiatives pouvant amener des réflexions et des avancées méthodologiques pour le recensement, la prise en charge, le traitement et la valorisation de fonds et corpus numériques de/pour la recherche.

La diversité et la pluralité de nouveaux objets considérés comme archives (blogs, forums, mail, etc) nécessitent la contextualisation rigoureuse de ces ensembles documentaires, ce qui relève de la responsabilité de l’archiviste. Car l’objectif même de cette démarche est bien de mettre à la disposition de la communauté scientifique des données de recherche, la notion de « données » se substituant de plus en plus à celle d’archive.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *