Des archives pour les effectifs du PCF

Un billet proposé par Roger Martelli

prendre sa carte MartelliEn mai 2006, la direction du PCF déposait, aux Archives départementales de Bobigny, un document qui, il y a quelques décennies, eût été tenu pour explosif. Il s’agissait du classeur d’organisation du PCF, un document dont la teneur était réservée à un nombre infime de responsables. En fait, il n’y avait pas un classeur, mais deux : ils indiquaient, département par département et année par année, le nombre de cartes « placées » auprès des adhérents, ainsi que le nombre d’adhésions, de sections et de cellules, soit huit colonnes en tout, de chiffres notés à la main. Le premier classeur, couverture noire, allait de 1954 à 1984 (avec un rappel des chiffres, publics ceux-là, de 1937, 1945 et 1946) ; le second, couverture rouge, allait jusqu’en 1994, date à laquelle les données d’organisation commencent à être saisies et conservées électroniquement.

 Retour sur la collecte

carte_pcf_1945carte_pcf_1945_versoLa collecte de ces données a été commencée en 1954, l’année où le secrétaire à l’organisation depuis 1946, Auguste Lecoeur, est brutalement évincé de la direction du parti. Or il part avec les documents d’organisation de toute la période d’après-guerre (plus tard, ceux-ci seront confiés à l’historien Philippe Robrieux, qui n’en fera lui-même qu’un usage partiel). Un congrès va se tenir début juin. Le nouveau responsable, Marcel Servin, agit dans l’urgence. Il dispose de talons de carte de l’année précédente, qui vont lui permettre de présenter aux congressistes une radiographie de l’organisation. Mais il n’a pas de données de comparaison chronologiques. À la veille du Congrès, il demande donc à ses collaborateurs de reporter sur une feuille de classeur des effectifs rendus publics lors des congrès de 1937, de 1945 et de 1947. Le classeur est complété par la suite, au début de chaque année, à partir des données transmises par les fédérations, plus ou moins vérifiées par le centre.

 Un travail tenu secret

Les chiffres contenus dans ce classeur n’étaient pas destinés à publication. En fait, le secrétaire général du parti, le secrétaire à l’organisation et le permanent chargé de transcrire les données sont théoriquement seuls à en connaître la teneur. Ni le secrétariat, ni le Bureau politique, ni le Comité central ne sont informés. Les chiffres publics continueront quant à eux de se caler, plus ou moins selon les périodes, sur le nombre des cartes expédiées par le centre parisien aux fédérations départementales.

 Une longue vérification

Le caractère « secret » du document ne suffit pas à en dire la qualité : les chiffres consignés ne sont pas d’autant plus vrais qu’ils étaient soigneusement cachés. En fait, leur confection repose avant tout sur les déclarations venues du bas, qui a intérêt à « gonfler » les effectifs aux yeux des instances supérieures. On ne sait pas, par ailleurs, ce que recouvre la notion de carte « placée » ou « remise » et le degré d’engagement de l’adhérent supposé. Au bout du compte, pas plus pour le PCF que pour quelque autre parti que ce soit, on ne saura jamais combien exactement il y a de communistes « encartés », de « cotisants » ou de « militants ».

Mais le classeur d’organisation permet de clore provisoirement un long effort, émaillé de polémiques, pour décrypter la véracité des chiffres naguère avancés par la direction communiste. Annie Kriegel (1966-1968), Philippe Robrieux (1982) et Philippe Buton (1984) ont fourni en leur temps des données de référence et des estimations solides. Nous disposons désormais d’une série homogène qui donne une indication, sinon des effectifs complets, mais tout au moins du vivier politisé dans lequel l’organisation communiste puise ses cadres et ses militants. L’existence d’une série homogène d’adhésions annuelles et d’adhérents recensés permet en outre une vision plus fine des flux, à l’échelle nationale et départementale.

 Des résultats publiés,leseffectifs

Le document a suscité une première publication en 2010, sous forme d’un cahier proposé sous l’égide du département de Seine-Saint-Denis et de la Fondation Gabriel Péri (Prendre sa carte 1920-2009. Données nouvelles sur les effectifs du PCF). Préparé par Roger Martelli, ce cahier présente les chiffres du classeur d’organisation, accompagnés de tableaux d’évolution, de hiérarchisation et de ratios adhérents/électeurs. Des instruments graphiques complètent le tout. L’utilisation de sources d’archives inédites sur les périodes précédente et ultérieure (fonds d’archives de l’Internationale communiste, archives de Maurice Thorez, documents fournis par la direction du PCF sur la période 1994-2009) permettent en outre de réinsérer ces chiffres dans une série plus ou moins homogène, allant de 1920 à 2009.

 Pour une prochaine  mise en ligne des données 

Le tout est pour l’instant disponible sous une forme papier, un travail sur les bases de données a été envisagé dans le cadre des activités du consortium « Archives des mondes contemporains », il a pour objectif de proposer une version  électronique de la publication de ces données permettant des études complémentaires plus poussées. Ce projet s’insère directement au sein du  du pôle « mouvements sociaux et organisations ouvrières » du Consortium ArcMC. Le traitement de ces bases de données vise à documenter les fichiers et de proposer une publication en ligne qui permette de rendre possible une interrogation fine des documents.

A Noter !

Le  cahier est  consultable et téléchargeable sur le site de la Fondation Gabriel Péri, à l’adresse suivante : http://www.gabrielperi.fr/Prendre-sa-carte-1920-2009-Donnees

 Source de l’image : http://lepcf.fr/1944-la-faucille-et-le-marteau

 


Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. Jean-Yves Follézou dit :

    Je suis intéressé par vos publications. Fraternellement. Jean-Yves Follézou

  1. 26/05/2014

    […] la question des effectifs du PCF, nous vous recommandons le billet de Roger Martelli, Des archives pour les effectifs du PCF, publié sur le blog du Consortium ArcMC (Archives du monde contemporain) avec lequel nous […]

  2. 21/05/2015

    […]la question des effectifs du PCF, nous vous recommandons le billet de Roger Martelli, Des archives pour les effectifs du PCF, publié sur le blog du Consortium ArcMC (Archives du monde contemporain) avec lequel nous […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *